Les Chevaux célestes

Les Chevaux célestes. L’Histoire du Chinois qui découvrit l’Occident. De Jacques Pimpaneau. Editions Picquier poche. 140 pages. 2011.

Chine, -135. Envoyé par l’Empereur en mission diplomatique auprès des Yuezhi, Zhang Qian va vivre de nombreuses aventures et explorer de nombreuses contrées encore inconnues de son peuple.

Aussitôt acheté, aussitôt lu! (quand j’ai vu à quel point il était court, je n’ai pas résisté ^^)

L’auteur reprend le récit des aventures d’un personnage historique réel et le transpose sous forme de roman raconté à la 1e personne, comme s’il s’agissait d’une véritable biographie. On découvre la vie en Chine dans ce lointain passé, ses relations avec ses turbulents voisins et les aventures du narrateur dans ce contexte. Notre héros est un homme curieux de tout, tolérant et qui aime voyager à la rencontre d’autres peuples. C’est un plaisir de suivre un personnage intelligent et ouvert d’esprit, de découvrir le monde où il vit à travers ses yeux. On a l’impression d’y être.

Une excellente lecture, dont le seul défaut est d’être trop courte!

Publicités
Publié dans Lecture | Tagué , , | Laisser un commentaire

Feuillets de Cuivre

Feuillets de Cuivre. De Fabien Clavel. Editions ActuSF. 340 pages. 2015.

A Paris, entre 1872 et 1912, Ragon, policier obsédé par la littérature, va mener de nombreuses enquêtes délicates ayant pour toile de fond les progrès scientifiques ou l’ésotérisme.

La superbe couverture n’est pas la seule chose qui m’a attirée dans ce livre: quand on me promet un mélange de steampunk et de roman policier, je suis facilement appâtée 🙂 Et avec Feuillets de Cuivre, je n’ai pas été déçue du voyage!

La part du steampunk est discrète, mais bien présente, qu’il s’agisse de machines extraordinaires ou du contexte scientifique revisité. Il est également souvent question de Jules Verne et on sent toute une ambiance à la fois typique du genre et de l’époque dans laquelle se situe le récit.

Si le livre est présenté comme un roman, dans les faits il ressemble davantage à un recueil de nouvelles. Nous suivons le héros à différentes époques de sa vie et de sa carrière, enquêtant sur des crimes mystérieux plus à la façon d’un Hercule Poirot que d’un Harry Bosch. A la fin, l’ensemble prend tout son sens et j’en ai été d’autant plus bluffée que je n’avais rien vu venir 🙂

Chaque enquête est bourrée de références littéraires, historiques et artistiques. Non seulement le contexte s’en enrichit, mais c’est un véritable plaisir pour le lecteur amoureux des livres et/ou de la période.

Une excellente lecture!

A lire dans le même genre: L’Empire électrique de Victor Fleury.

Publié dans Lecture | Tagué , , | Laisser un commentaire

Sériemaniac épisode #27: du bon gros n’importe nawak!

Parce qu’on ne peut pas toujours regarder que des séries hyper sérieuses ou juste ayant un minimum de sens, je vous propose deux séries totalement allumées qui m’ont beaucoup fait rire.

Miracle Workers. Série créée par Simon Rich. Chaîne: TBS. Avec Steve Buscemi, Daniel Radcliffe, Geraldine Viswanathan, Jon Bass, Karan Soni, Sasha Compère, Lolly Adefope. 7 épisodes de 20-30 minutes. USA. 2019. Une saison 2 a été annoncée pour 2020.

Eliza vient d’obtenir sa mutation au département de réalisation des prières. Avec son nouveau collègue Craig, elle va devoir faire face à un défi de taille: réaliser une prière impossible sous 2 semaines, faute de quoi la Terre sera détruite, Dieu ayant décidé de se lancer dans un autre projet.

Je ne sais pas par quoi commencer tellement cette série est complètement barrée 😆 L’idée de départ pourrait être traitée sérieusement, mais au lieu de ça on est à fond dans le nawak le plus complet. Déjà, Steve Buscemi dans le rôle de Dieu, c’est grandiose tellement c’est absurde (j’adore cet acteur, alors je ne suis pas forcément objective ^^), mais en plus Harry Potter Daniel Radcliffe dans celui de l’ange empoté en charge de sauver le monde, il fallait y penser 😆

Malgré l’absurdité du truc, l’histoire se tient et on assiste, ébahi-e-s et mort-e-s de rire, aux nombreuses tentatives d’une équipe de bras cassés pour sauver le monde… en provoquant tellement de catastrophes qu’on se dit qu’il ne restera plus grand chose debout s’ils finissent par y parvenir 😆

Le coup du paradis vu comme une grande entreprise avec des règlements idiots n’est pas inédit, mais ça fonctionne d’autant mieux que les idées loufoques ne manquent pas. Les inventions improbables des différents départements à eux seuls sont une inépuisable source de rigolade.

Je ne suis pas forcément emballée par l’idée d’une seconde saison, parce que la 1e me semble se suffire largement à elle-même, mais je ne manquerai pas d’aller vérifier si je me trompe. En attendant je vous recommande très vivement cette série si vous éprouvez le besoin urgent de vous bidonner un peu.

***

I Picked Up a Star on the Road (J’ai ramassé une Célébrité dans la Rue/Naneun Gireseo Yeonyeineul Juwotda). Scénario de Lee Nam Gyu et Oh Bo Hyeon. Réalisation de Gwon Hyeok Chan. Chaîne: oksusu. Avec: Sung Hoon, Kim Ga Eun, Kim Jong Hun, Ji Ho Seong, Park Soo Ah, Yun Gyeong Ho, Kang Seong Jin. 10 épisodes de 60 minutes. Corée du Sud. 2018.

Lee Yeon Seo travaille pour une grande entreprise et subit au quotidien le harcèlement de ses collègues et de son supérieur. Jusqu’au jour où on la renvoie pour une erreur qu’ils ont commise. Ivre morte, elle assène un coup de chaussure sur la tête de son patron. Sauf qu’il s’avère qu’elle n’a pas frappé la bonne personne et se retrouve avec le cadavre d’un acteur célébrissime sur les bras. Pour échapper à la prison, elle décide de se débarrasser du corps et le ramène chez elle.

Avec un résumé pareil, vous vous dites qu’on est dans un thriller bien sombre? Raté! La série est classée en comédie romantique ^^ Et croyez-moi, question comédie, les scénaristes ne se sont pas loupés: c’est tellement n’importe nawak qu’on se demande bien ce qu’ils ont pu fumer avant d’écrire cette histoire 😆

Les personnages sont tous plus cinglés les uns que les autres et les situations dans lesquelles ils se retrouvent sont complètement surréalistes. Entre humour noir et gags débiles, les épisodes défilent rapidement. J’ai personnellement trouvé la fin un peu con-con, mais le chemin pour y parvenir a été semé de fous-rires incontrôlables, au point que j’ai dû faire souvent des pauses dans mon visionnage: je pleurais tellement de rire que je n’arrivais plus à lire les sous-titres 😆

Au programme: idées improbables, personnages hilarants ou juste débiles, running gags à gogo, références à d’autres dramas très connus (l’image au-dessus vous rappelle peut-être quelque chose?), suspense, relations compliquées et intrigue à peu près maîtrisée, malgré la fin pas très subtile. Honnêtement, je n’étais pas là pour l’intrigue, mais parce que c’était vraiment drôle. J’ai déjà oublié plein de détails, mais je me rappelle précisément un tas de scènes qui m’ont fait mourir de rire et je garderai un excellent souvenir de cette série. Si le gros n’importe quoi ne vous effraie pas, foncez!

***

C’est tout pour aujourd’hui, la suite au prochain épisode! D’ici là, si vous avez d’autres séries à me conseiller, vous savez quoi faire dans les commentaires 😉

Publié dans Séries | Tagué , , , | 2 commentaires

Un Jardin dans les Appalaches

Un Jardin dans les Appalaches. De Barbara Kingsolver, Steven L. Hopp et Camille Kingsolver. Editions Rivage. 520 pages. 2007.

Une famille quitte l’Arizona pour s’installer dans une ferme familiale au sud des Appalaches. Leur but: vivre de leur propre production et des produits locaux, dans un souci écologique.

Ce livre raconte, au fil des mois, l’installation et le quotidien de l’autrice, son mari et leurs filles dans leur nouvelle vie, leurs motivations (basées sur des réflexions concrètement expliquées), leurs doutes, leurs résultats. Il y a également des encarts rédigés par Steven L. Hopp, le mari de Barbara Kingsolver, qui abordent des chiffres et des faits sociétaux, scientifiques, et des chapitres rédigés par leur fille Camille, qui apporte un point de vue un peu différent et propose des recettes saisonnières.

J’ai trouvé ce témoignage absolument passionnant, à la fois pour les idées développées et pour l’expérience humaine qu’il retrace. Je ne sais pas à quel point l’autrice a idéalisé son expérience (il est plus question des réussites que des échecs), mais c’était un plaisir de « voir » des gens vivre selon les principes qu’ils professent.

Le livre date de 2007, alors il n’est pas tout à fait actuel. D’autre part, il n’est question que de la situation des USA et de sa population, de ses règlements, de ses lois. Toutes les suggestions de lectures et de sites internet sont en anglais. Comme ils ne s’appliquent pas à nous, je ne suis pas allée voir de près, mais j’imagine que certains sites n’existent probablement plus. Quant à l’autrice, elle m’a semblé idéaliser énormément l’Europe et ses habitants, ce qui prête un peu à sourire. Mais c’est intéressant de découvrir comment nous sommes vus ailleurs.

Si j’ai énormément apprécié ma lecture, deux points m’ont dérangée. Le 1er est la description de l’abattage des volailles qui vont être consommées par la famille. Je ne suis pas d’accord avec les arguments utilisés par l’autrice pour justifier la consommation de viande, mais je les respecte, tout comme je respecte le choix de chacun d’en consommer ou pas. Par contre, même avant d’être végétarienne, je n’aurais pas supporté cette description. Là, ç’a été une horreur à lire, même si ça n’a rien à voir avec les techniques d’élevage et d’abattage industriel. 2e aspect qui m’a fait trépigner: la vision qu’a l’autrice de la « libération » des femmes (question de génération?).

Ces points négatifs n’ont pas réussi à gâcher ma lecture. J’ai appris plein de choses, à la fois sur la société américaine de 2007 et son industrie agro-alimentaire, mais évidemment surtout sur les potagers, l’agriculture biologique et raisonnée, sur les fruits et légumes et même sur la cuisine.

Une lecture passionnante et très enrichissante!

Publié dans Lecture | Tagué , , | Laisser un commentaire

Mid-year freak out 2019 book tag

Parce qu’on est (déjà!) à la moitié de 2019, ce petit tag est parfait pour voir si ce début d’année a été vraiment chouette ou un peu décevant: il s’agit de faire un mini-bilan de ces 6 premiers mois. Je l’ai trouvé sur la chaîne Kiss The Librarian 🙂

Pour en savoir plus sur tous ces livres, clic clic sur les couvertures 😉

1. Le meilleur livre que tu as lu pour l’instant en 2019.

2. La meilleure suite de saga que tu as lu pour l’instant en 2019.

3. Une nouvelle parution que tu n’as pas encore eu le temps de lire.

Tout simplement parce que je ne l’ai pas trouvé en librairie et que je n’ai pas pris le temps de le commander. Mais ça ne saurait tarder, c’est une de mes séries préférées 🙂 (attention si vous allez lire le pitch, c’est un tome 4; pour voir ce que raconte le tome 1, c’est ICI)

4. La parution que tu attends le plus pour la seconde moitié de l’année.

J’attends avec impatience la sortie au format poche de plusieurs suites de séries, comme le tome 2 du Problème à trois Corps de Liu Cixin ou le tome 5 de The Expanse de James S.A. Corey, ou encore le 1er tome de G.R.R. Martin sur les Targaryen.

5. La plus grosse déception.

6. La plus grosse surprise.

7. Votre nouvel.le auteur.rice favori.te.

Je passe. Parmi les auteurs-trices que j’ai découverts cette année, je n’ai pas lu assez de leurs livres (et je n’ai pas non plus assez de recul) pour en juger.

8. Nouveau crush fictif.

ça, c’est le genre de questions auxquelles j’ai du mal à répondre. J’ai rarement des crushs sur des persos de bouquins (contrairement aux persos de séries télé ^^) et ça ne m’est pas encore arrivé cette année…

9. Nouveaux personnages préférés.

Pour ne pas laisser à nouveau une question sans réponse, je vais citer Peter Grant, le Dernier Apprenti-Sorcier et Courtney Crumrin. L’avenir dira s’ils me restent finalement en mémoire sur la durée.

10. Un livre qui t’a fait pleurer.

Vous allez peut-être trouver bizarre que je pleure avec un livre de ce genre, mais il y a un chapitre où l’autrice explique comment elle tue ses volailles pour les manger. J’ai été partagée entre la nausée et les larmes au point de lire ce chapitre en plusieurs fois.

11. Un livre qui t’a rendue heureuse.

12. Le plus beau livre que tu as acheté ou reçu.

Les photos ne leur rendent pas justice. Celui de gauche est couvert de dorures et celui de droite est cuivré.

13. Quels livres as-tu envie de lire avant la fin de l’année ?

Tous ceux de ma PAL? 😆 Vu la quantité, ce serait hélas impossible. Dans l’idéal j’aimerais terminer un maximum de séries (pour pouvoir en commencer plein d’autres ^^) 🙂

Voilà, c’est déjà fini! Pour le moment 2019 n’a rien eu de grandiose niveau lectures. J’ai passé de très bons moments avec d’excellents livres, mais j’ai eu aussi des lectures très décevantes ou juste oubliables. J’espère que la 2e moitié de l’année sera plus enthousiasmante 🙂

Et vous, c’était comment, ces 6 premiers mois? 😉

Publié dans Blabla | Tagué , | 14 commentaires

Le Château de Fontainebleau

Le Château de Fontainebleau. Textes de Stéphanie Lepers. Illustrations de Bettina Schopphoff. Editions Les Superflus. 76 pages. 2015.

Résumé de l’éditeur: Le château de Fontainebleau fut une immense demeure de famille où des générations de souverains se sont succedées. Sa vie tumultueuse fut remplie de toutes ces petites histoires et anecdotes piquantes et pleines d’humour qu’il s’apprête aujourd’hui à dévoiler. Du superflu sans doute mais si drôle à raconter.

J’ai reçu ce livre grâce à la dernière Masse critique Babelio et aux éditions Les Superflus, merci à eux pour cette lecture.

Dans la famille Cyan, nous sommes tous de grands amateurs de sites historiques et de visites culturelles, de la plus jeune des Belettes à leurs papys et mamies, en passant par les tantes et les cousins. Fontainebleau est un château qui manque encore à notre palmarès, mais qui nous tente bien. Ce petit livre jeunesse était l’occasion d’apprendre quelques petites choses à son sujet avant de le voir en vrai.

C’est la partie historique qui est mise en avant, on nous raconte l’histoire de Fontainebleau de sa construction jusqu’à nos jours, à travers les personnalités qui l’ont occupé et les évènements qui l’ont marqué. S’agissant d’un livre destiné aux enfants, on n’entre pas vraiment dans les détails, mais on a les grandes lignes (pas d’explications sur ce que sont les Guerres de Religion, par exemple), à charge pour le lecteur curieux de chercher plus d’informations ailleurs.

Les dessins sont sympas, ils tirent un peu vers la caricature, mais sont adaptés à l’âge du public ciblé. C’est coloré, les thèmes abordés sont illustrés avec une touche d’humour. Dans le texte, on a des mots en couleurs ou dont la taille varie. Tout est fait pour donner envie à l’enfant de lire et de découvrir Fontainebleau.

J’ai été un peu déçue que l’aspect artistique et architectural ne soit pas davantage abordé. On a quelques mentions de certaines choses, mais on passe rapidement dessus et les dessins ne sont pas assez précis pour les souligner efficacement selon moi. Mais la collection s’appelle Les Superflus de l’Histoire et pas Les Superflus de l’Art, donc j’imagine que c’est logique.

Tel qu’il se présente, ce livre est un bon point d’entrée pour intéresser un jeune lecteur. C’est frais, coloré, plutôt ludique et ça donne envie d’aller voir le château de plus près.

Publié dans Lecture | Tagué , , | 4 commentaires

Mon butin de la semaine dernière

Mon incapacité à résister à des étalages de bouquins commence à prendre des proportions délirantes, mais au point où j’en suis, ça ne m’inquiète plus vraiment 😆 La semaine dernière, j’ai réussi quand même à rester dans les limites du (à peu près) raisonnable (évidemment, c’est relatif: raisonnable par rapport à d’habitude, je veux dire 😆 ).

Je suis passée à N** pour prendre quelques bricoles pour les Belettes et je suis tombée sur un livre de ma WL:

Je pensais que c’était une grosse brique et j’ai eu la surprise de constater qu’il ne fait que 150 pages. Du coup je l’ai déjà commencé et je pense le terminer dans la journée 🙂

Fête des Pères oblige, j’ai fait les boutiques pour trouver une bricole pour mon papa. Et toute virée shopping qui se respecte se termine par un arrêt en librairie, d’où j’ai rapporté:

Ces deux-là étaient dans ma WL à cause de grâce à SpacyM, j’ai hâte de les découvrir 🙂

Pour finir, la dernière Masse critique Babelio m’a permis de recevoir:

Celui-ci est déjà lu, je vous en reparle dans la semaine.

Alors, d’après vous: raisonnable, ou pas?

Et vous, quoi de nouveau dans votre PAL? 😉

Publié dans Blabla | Tagué , | 11 commentaires

La Fée Morgane

Le Cycle du Graal. Quatrième époque: La Fée Morgane. De Jean Markale. Editions Pygmalion. 331 pages. 1994.

Pour savoir ce que j’ai pensé des tomes précédents: 1. La Naissance du Roi Arthur. 2. Les Chevaliers de la Table Ronde. 3. Lancelot du Lac.

Ce tome commence immédiatement après la fin du précédent, mais est raconté en partie du point de vue de Morgane, soeur du roi Arthur et disciple de Merlin. Dans les aventures où elle n’est pas ou peu présente, c’est son influence ou ses sortilèges qui sont à l’origine des évènements.

Bien sûr, s’agissant d’un personnage féminin libre et détentrice de pouvoirs, les moines qui ont retranscrit ces histoires n’ont pas fait dans la dentelle. Mais si Morgane est le plus souvent montrée sous un jour négatif, elle est objectivement le pendant sombre de Merlin et de Viviane. Sans elle, donc, beaucoup d’intrigues auraient stagné, voire auraient été inexistantes.

Ce tome laisse également beaucoup de place à Yvain et à d’autres personnages masculins ennemis de Morgane à divers degrés, mais qui, sans elle, n’auraient pas beaucoup d’occasions de se distinguer.

Du fait que l’intrigue se centre essentiellement sur Morgane et ses divers sortilèges, ce 4e opus diffère un peu des précédents. Après celui consacré à Lancelot, qui m’avait un peu ennuyée, celui-ci m’a plus intéressée. Non seulement on a enfin un personnage féminin qui sort du lot dans cette histoire, mais il n’est pas question que de duels entre chevaliers ou de leurs « amours ».

En bref, une lecture à la fois intéressante et distrayante, qui relance mon intérêt pour une série après un tome 3 qui m’avait laissée sur ma faim.

Publié dans Lecture | Tagué , | Laisser un commentaire

Le Camée anglais

Le Camée anglais. De Madhulika Liddle. Editions Philippe Picquier. 352 pages. 2008.

Inde, 1656. Un riche marchand est assassiné. Pour tenter de prouver l’innocence d’un ami injustement accusé, Muzaffar décide de mener sa propre enquête, la police ne semblant pas très encline à chercher plus loin un autre suspect.

Je n’avais pas lu le résumé plus loin que « Inde, 1656 », surtout après avoir vu le « roman policier moghol » sur la couverture, avant d’ajouter ce livre à ma wishilist. Il m’a fallu longtemps pour le trouver, mais je ne regrette pas d’avoir été patiente, parce que ça a été une très bonne lecture 🙂

L’intrigue policière en elle-même n’a rien de particulièrement original ou imprévisible. On rencontre ici un jeune noble un peu excentrique qui s’autoproclame détective pour des raisons personnelles et qui parvient rapidement à être plus efficace que la police. Et si les personnages avancent lentement dans leur enquête, en tant que lecteur-trice, on voit venir certaines choses qu’ils mettent longtemps à comprendre. D’autres révélations sont plus inattendues et nous entraînent dans des péripéties assez haletantes. Le(s) héros sont plutôt attachants et on les suit avec plaisir. On s’inquiète ou on se réjouit pour eux selon les circonstances. Même les personnages secondaires sont intéressants.

Ce qui fait toute la richesse du récit, c’est avant tout son contexte historique et géographique. J’avoue que je n’avais pas vraiment d’idée précise sur ce que recouvrait le terme « moghol », mais ça me semblait un peu exotique et c’est ce qui m’avait appâtée. De ce point de vue, c’était tout à fait ce que j’attendais: j’ai appris plein de choses sur cet aspect et j’ai trouvé que c’était passionnant. Dépaysement garanti!

La plume est agréable, ça se lit facilement et avec plaisir. Il y a beaucoup d’humour et les personnages font parfois preuve d’autodérision ou d’ironie. Beaucoup de termes m’étaient inconnus, mais il y a heureusement un glossaire à la fin. Même s’il ne donne pas toutes les explications, il est bien utile. Le reste se comprend grâce au contexte.

Une très bonne lecture, très agréable et instructive 🙂

Publié dans Lecture | Tagué , , | 4 commentaires

Pause lecture #52

Image | Publié le par | 2 commentaires