Merci la Masse critique!

 

J’ai reçu coup sur coup un numéro de la revue Dada et un petit guide sur l’Afrique du Sud, grâce aux Masses critiques de mai et juin 🙂 La revue est déjà lue et je suis plongée dans le guide, on en reparle très vite! En attendant, si vous voulez en savoir plus, clic clic sur les couvertures 😉

Merci la Masse critique 🙂

Publié dans Blabla | Tagué , | 2 commentaires

Contrecoups

Contrecoups. De Nathan Filer. Editions Michel Lafon. 352 pages. 2013.

Matt est un jeune homme qui a vécu des évènements difficiles dans son enfance et qui débute sa vie d’adulte sous les auspices d’une terrible maladie: la schizophrénie.

J’avais ce livre dans ma PAL depuis assez longtemps et j’avoue qu’il me faisait un peu peur. Je craignais que le sujet abordé soit difficile à appréhender pour moi ou qu’il ne soit pas traité de façon assez subtile, sachant que c’est Matt le narrateur.

Dès les premières pages, mes craintes se sont envolées. Les symptômes de la maladie s’expriment non seulement dans les propos, mais également dans la mise en page et le format du récit. Le lecteur est donc immergé dans l’histoire de Matt, dans sa perception de son environnement et dans les détours de ses pensées. Surtout, on se rend compte qu’on n’est pas si différents de Matt. On peut tous se reconnaître dans certains actes ou certaines pensées. Sans doute est-ce pour ça que cette maladie est si effrayante. A quel moment bascule-t-on de la « normalité » (entre guillemets, parce que je ne crois pas à la « normalité ») au trouble psychiatrique? Y a-t-il à un moment une barrière qui se rompt et nous laisse dériver vers un état mental inquiétant sans même qu’on s’en aperçoive? Qu’est-ce différencie une personne « malade » d’une personne « saine »?

La façon dont le sujet est abordé déconstruit beaucoup d’idées reçues autour de la schizophrénie et des personnes qui en souffrent. L’auteur met également l’accent sur les effets secondaires induits par les traitements ou sur le changement dans la perception qu’un schizophrène a de lui-même et dans celle que les gens ont de lui une fois diagnostiqué.

Le fait que le narrateur s’exprime à la première personne permet au lecteur d’être plus proche de lui, de s’immerger dans ses émotions. Matt s’adresse directement à nous, les sentiments sont bruts, il n’y a pas de filtre. On y est confronté-e-s de plein fouet. J’ai ressenti une profonde empathie pour lui et j’ai été très émue par certains passages.

Une très bonne lecture, très touchante. Je recommande chaudement!

Publié dans Lecture | Tagué , , | Laisser un commentaire

Texas Jack

Texas Jack. Scénario de Pierre Dubois. Dessin de Dimitri Armand. Editions Le Lombard, collection Signé. 125 pages. 2018.

Le terrible Gunsmoke, bras armé de grands propriétaires terriens, sème la terreur parmi les colons installés dans l’Ouest. Texas Jack, tireur d’élite dans un cirque devenu légendaire, est sollicité pour aller mettre fin à ses exactions. Mais Jack n’est qu’un artiste, qui va heureusement trouver sur sa route le marshall Sykes.

Cette BD est la préquelle de Sykes, que j’avais lu récemment et beaucoup aimé. Si celle-ci m’a semblé un peu en-deça, j’ai néanmoins passé un très bon moment de lecture et je regrette qu’il n’y ait pas plus de tomes dans cette série 🙂

Là aussi, on est dans un thème classique du western, avec les clichés que ça implique, mais c’est bien mené, les personnages sont intéressants et il se passe beaucoup de choses. C’est un peu moins sanglant que Sykes, me semble-t-il, mais on se concentre sur une intrigue plus linéaire et il y a quand même beaucoup d’action. C’est une BD qui n’apporte rien de nouveau au genre, mais s’approprie ses thèmes et ses codes. Les amateurs apprécieront.

Les dessins sont toujours aussi plaisants et correspondent bien à l’ambiance western. Les traits des personnages sont variés, tout comme les paysages. Les couleurs contribuent à donner une ambiance western très réussie.

Très bonne lecture, très belle BD 🙂

Publié dans Lecture | Tagué , | Laisser un commentaire

Le Voyage en Orient

Le Voyage en Orient. De Hermann Hesse. Editions Le livre de poche, collection Biblio. 126 pages. 1932.

Résumé de l’éditeur: Un homme entreprend de raconter le voyage en Orient qu’il a autrefois accompli. Le long de ce parcours initiatique et symbolique autant que réel, il accompagne des pèlerins, des  » éveillés  » pour reprendre le langage piétiste de Hermann Hess, qui s’acheminent sur les routes de la connaissance.  » Nous marchions vers l’Orient, mais nous traversions aussi le Moyen Âge ou l’Âge d’Or, nous parcourions l’Italie et la Suisse, mais nous campions aussi parfois au Xe siècle et logions chez les patriarches et les fées. »

Je suis toujours curieuse de découvrir un livre de Hermann Hesse: ce ne sont pas des lectures faciles, mais elles m’apportent toujours beaucoup. Bon, je dis toujours, mais je n’ai pas encore lu énormément de ses livres et c’est un peu ce qui m’a posé problème avec celui-ci: il y a beaucoup de références à des personnages et thématiques rencontré-e-s dans ses précédents ouvrages et je n’en avais pas lu suffisamment pour tout suivre. Heureusement, la préface m’avait prévenue et je connaissais quelques-unes de ces références pour les avoir rencontrées ailleurs (notamment chez Hugo Pratt).

Malgré tout, ç’a été une lecture assez difficile d’accès, surtout au début. J’ai trouvé le premier chapitre particulièrement confus et abscons. Je me suis quand même accrochée, sachant que c’est un auteur qui se mérite, et j’ai bien fait, parce que la suite était plus compréhensible et plus intéressante (c’est toujours plus intéressant quand on comprend ce qui se passe, bizarrement 😆 ).

De nombreux thèmes sont abordés et le parallèle voyage physique/voyage intérieur, s’il n’est pas inédit, surtout chez Hesse, proposait des questionnements intéressants. Il est beaucoup question de foi: foi en un but qui nous dépasse, mais aussi foi en soi-même. Les idées développées par l’auteur ici rejoignent celles qu’on rencontre dans d’autres de ses livres, même si l’angle est différent.

Une lecture qui a confirmé mon intérêt pour l’oeuvre de Hesse, mais qu’il aurait été plus judicieux de faire plus tard dans ma découverte de cette oeuvre. A lire plutôt si vous connaissez déjà bien l’auteur et à éviter si vous êtes fatigué-e-s, vous aurez besoin de toute votre concentration pour aborder ce livre.

De Hesse, j’ai déjà lu et vous conseille vivement: Siddharta et Le Loup des Steppes. Si vous avez envie de découvrir l’auteur par les références qu’a faites Pratt à son oeuvre Les Helvétiques pourrait vous intéresser.

Publié dans Lecture | Tagué , , | 2 commentaires

Mid-year freak out 2020 book tag

On est déjà à la moitié de 2020, il m’a semblé que c’était un bon moment pour faire un petit bilan de mi-année. Et pour que ça ne soit pas fastidieux, j’ai repris ce tag que j’avais fait l’an dernier, tout simplement 🙂 Comme d’hab, pour en savoir plus sur tous ces livres, clic-clic sur les couvertures 😉

1. Le-s meilleur-s livre-s que tu as lu pour l’instant en 2020.

J’étais censée n’en citer qu’un, mais c’était trop dur ^^ (mes réponses tiennent compte de mes lectures entre le 1er janvier et le 30 juin, sinon le livre que j’ai terminé hier ferait partie de cette sélection)

2. La meilleure suite de saga que tu as lu pour l’instant en 2020.

3. Une nouvelle parution que tu n’as pas encore eu le temps de lire.

Les versions au format poche de quelques livres de ma WL. Mais je ne suis pas vraiment les sorties des nouveautés, en fait: j’achète essentiellement des livres d’occasion et les quelques séries que j’achète neuves n’ont pas eu de tomes ces derniers mois.

4. La parution que tu attends le plus pour la seconde moitié de l’année.

Voir la question au-dessus: les tomes suivants des rares séries que je suis assidûment. ça concerne Lockwood & co (et je suis inquiète, parce que le tome 5 est sorti depuis longtemps en VO et toujours pas en français…), Constance Kopp et le format poche de The Expanse.

5. La plus grosse déception.

J’ai abandonné après 250 pages d’ennui. Je n’ai un peu apprécié qu’un chapitre…

6. La plus grosse surprise.

Je m’attendais à retrouver du Percy Jackson en version mythologie nordique. Et, oui, c’est le cas. Mais c’était aussi bourré d’action et extrêmement drôle 🙂

7. Votre nouvel.le auteur.rice favori.te.

Cette question suppose de citer un auteur ou une autrice qui aurait « détrôné » les autres, non? Je ne peux pas dire que c’est arrivé et je ne crois pas qu’en 6 mois je peux lire assez de livres d’un-e même écrivain-e pour que ça soit possible. Je pense qu’en tant que lecteurs-trices, nous construisons des relations avec les auteurs-trices au fil du temps et des lectures. Ce n’est pas possible pour moi d’avoir un-e nouvel-le auteur-trice favori-te tous les 6 mois.

Par contre, je redécouvre Léa Silhol, depuis quelques mois, et ses univers et sa plume m’ont complètement re-séduite. Elle est en bonne voie pour rejoindre le cercle restreint des auteurs-trices que j’achète les yeux fermés, mais je n’en ai pas encore lu assez pour la mettre sur la première marche du podium (podium qui n’existe pas de toute façon ^^).

8. Nouveau crush fictif.

Je passe. Je n’ai pas ce genre de relation avec les personnages de romans 😆

9. Nouveaux personnages préférés.

Je n’ai pas rencontré de personnages marquants à ce point dans mes lectures de ce début d’année. Et comme pour la question sur les auteurs-trices, je n’ai pas encore assez de recul pour en juger. Disons que le Marshall Sykes est ce qui s’en rapproche le plus pour l’instant, mais je ne suis pas sûre qu’il me restera en mémoire sur la durée, du moins pas au point de le qualifier de « personnage préféré ».

10. Un livre qui t’a fait pleurer.

Aucun livre ne m’a fait pleurer ces derniers mois (à part Magnus Chase, qui m’a fait pleurer de rire, ça compte? ^^), c’est extrêmement rare que je pleure en lisant. Je n’en ai pas été loin avec ces deux-là:

11. Un livre qui t’a rendu-e heureux-se.

J’ai pris énormément de plaisir à lire certains livres, mais de là à dire qu’ils m’ont rendue heureuse, ce serait peut-être exagéré. Certains m’ont fait rire, d’autres m’ont mise de bonne humeur. J’imagine que ça dépend de ce qu’on appelle « heureuse »?

12. Le-s plus beau-x livre-s que tu as acheté-s ou reçu-s.

Les autres livres de Léa Silhol pourraient aller ici aussi, ils sont tous très beaux 🙂

13. Quels livres as-tu envie de lire avant la fin de l’année ?

Comme l’an dernier, j’ai envie de répondre: tous ceux de ma PAL 😆 Mais soyons réalistes et disons que j’aimerais lire le plus possible des livres les plus anciens de ma PAL. Et aussi ceux qui m’ont été offerts 🙂

Voilà, c’est déjà fini! J’espère que ce tag vous a plu et que je vous ai donné envie de lire certains de ces livres ou auteurs-trices 🙂

Et vous, à quoi ressemblerait votre bilan de mi-année? 😉

Publié dans Blabla | Tagué , | 6 commentaires

Ce que j’ai envie de lire en juillet

L’été s’annonce chaud, quelle meilleure occupation que s’installer sur une chaise longue avec une boisson fraîche et un bon bouquin? 🙂

Mes lectures en cours en ce début juillet:

Il est prévu que je fasse une LC avec mes complices de forum:

Comme d’habitude, je n’ai pas lu tout ce que j’avais prévu le mois dernier, j’ai plutôt suivi les envies du moment que pioché dans ce que j’avais sorti. J’espère que juillet sera un bon mois pour les pavasses, parce que j’espère lire celles que j’avais prévues et finalement laissées de côté:

Pour le challenge Objectif du mois, la consigne de juillet est « lire un titre qui commence par une voyelle ». Je pense piocher parmi ceux-là:

J’avais noté un autre titre qui pouvait coller, mais j’ai finalement préféré le garder pour un autre moment. J’espère pouvoir lire au moins 2 de ces titres ce mois-ci 🙂

Ensuite j’aimerais continuer sur ma lancée et lire au moins un classique et une pièce de théâtre. Je ferai aussi selon les envies du moment, mais si vous avez des livres à me conseiller qui soient déjà dans ma PAL, vous pouvez la voir ICI 😉 Et si vous avez lu certains que je vous montre aujourd’hui, votre avis m’intéresse, vous savez quoi faire dans les commentaires 😉

Pour en savoir plus sur tous ces livres, comme d’hab, clic clic sur les couvertures!

Et vous, vous prévoyez de lire quoi, en juillet? 🙂

Publié dans Blabla | Tagué , | 10 commentaires

Ce que j’ai lu en juin

Malgré la fin du confinement, j’ai gardé les bonnes habitudes prises les mois précédents et j’ai continué à lire un peu plus que je ne le faisais dernièrement (parce que je ne prenais plus assez le temps de le faire, pas par manque d’envie). Je suis très contente d’avoir retrouvé ce rythme de lecture, j’ai enfin mis en oeuvre ce qui est resté longtemps un voeu pieux: moins de procrastination devant mon écran (ce qui me frustrait) et plus de lecture pour occuper mon temps libre (ce qui me fait beaucoup de bien pour diverses raisons) 🙂 Je n’ai pas fait que de bonnes lectures, mais dans l’ensemble ç’a quand même été un mois bien agréable. Pour en savoir plus sur tout ça, comme d’hab, clic clic sur les couvertures 😉

En juin, j’ai lu ou fini de lire:

*12 livres:

*2 abandons ce mois-ci:

*1 BD:

Les billets manquants arrivent dans les jours à venir, en attendant je vous ai mis des liens vers les résumés d’éditeurs 😉

Un mois bien rempli comme vous voyez 🙂 Et pour vous, c’était comment, en juin? 😉

Publié dans Blabla | Tagué | Laisser un commentaire

Des petits nouveaux dans ma PAL

Je n’avais pas prévu d’acquérir encore de nouveaux bouquins, surtout que j’étais contente de la diminution notable de ma PAL ces derniers temps. Mais que voulez-vous, je suis faiiiible 😆

En vrac, le reliquat de ma précédente commande, qui a mis plus de 3 semaines à arriver dans une édition différente de celle prévue (le Covid a bon dos…), un comics reçu grâce à un bon cadeau et une commande d’occasion suite à une promo vraiment intéressante (4 romans, une BD et un comics pour 20€ frais de port compris, difficile de résister ^^):

Je ne suis pas très satisfaite de l’état dans lequel sont arrivés les livres neufs, à l’avenir je réserverai ce type d’achats à mes (trop rares) visites en librairie. J’ai déjà lu Le Voyage en Orient, je vous en reparle très vite. Et si vous voulez en savoir plus sur tous ces livres, comme d’hab, clic clic sur les couvertures 😉

Comme toujours j’ai très hâte de lire tout ça (on peut toujours rêver ^^) 🙂 Si vous en avez lu certains, votre avis m’intéresse, vous savez quoi faire dans les commentaires 😉

Et vous, quoi de nouveau dans votre PAL?

Publié dans Blabla | Tagué , | 4 commentaires

Les Secrets de la Mer Rouge

Les Secrets de la Mer Rouge. De Henry de Monfreid. Editions Le livre de poche. 438 pages. 1931.

Résumé de l’éditeur: Henry de Monfreid arrive à trente-deux ans à Djibouti où il devient commerçant en cuirs et cafés. Cette existence le lasse vite, et il achète un boutre, engage deux matelots somalis, un mousse et se lance dans l’aventure. La pêche aux perles d’abord, puis surtout le commerce des armes. Ce ne sont plus que bagarres, poursuites, chassés-croisés entre trafiquants et policiers de la mer, tempêtes, sur cette mer Rouge qui retint Henry de Monfreid sa vie durant et qui fascinera tous les lecteurs de cette extraordinaire épopée.

Si j’en crois LivrAddict, ce livre est le 1er tome d’une série de récits autobiographiques et Wikipédia le classe dans les romans. Comme il n’y a pas de préface explicative dans mon édition, je ne saurais pas dire exactement s’il y a une part de fiction ou si le récit est purement autobiographique. Lorsque j’ai trouvé ce livre, je l’ai pris parce que le nom de l’auteur avait été mentionné dans un album de Corto Maltese et que ça avait suffi à me rendre curieuse. Ce qui est sûr, c’est que c’est bien un tome 1, l’auteur précisant à la fin qu’on saura ce qui est advenu de lui après les derniers évènements racontés dans le volume suivant .

Ce livre vaut pour les deux aspects essentiels qui le caractérisent: l’aventure et le témoignage.

Nous suivons un Européen dans ses pérégrinations sur le pourtour de la Mer Rouge à bord d’un boutre, une embarcation traditionnelle avec un équipage d’autochtones. Le narrateur se distingue de ses compatriotes par sa façon de vivre, qui se rapproche plus de celle des locaux que des colons, bien qu’il ne prenne pas vraiment modèle sur les plus pauvres d’entre eux et plutôt sur les puissants, évidemment. Comportement qui va lui causer pas mal d’ennuis avec les fonctionnaires coloniaux. Voilà pour la partie aventure.

Le témoignage nous permet de découvrir la vie et les coutumes dans cette région du monde et à cette époque (juste avant la Première Guerre Mondiale). Les grandes puissances européennes se partagent les territoires et on a une description des colonies et de leur fonctionnement. Ce n’est pas extrêmement détaillé, car l’auteur suppose que son lecteur connaît un minimum le contexte, mais il explique clairement le pourquoi des problèmes qu’il rencontre et n’hésite pas à critiquer sévèrement l’administration coloniale et sa corruption, la médiocrité de ses fonctionnaires. Lorsqu’il signale un employé honnête, il est visiblement surpris d’en rencontrer. Les populations locales ne sont pas épargnées non plus, même si l’auteur est plutôt bienveillant et intéressé par leurs coutumes et croyances.

Il est difficile de s’attacher à ce narrateur: comment pourrait-on trouver sympathique un trafiquant d’armes? Un homme qui considère parfaitement normal le commerce d’esclaves, voire même y contribue une ou deux fois, n’hésite pas à recourir aux châtiments corporels avec son équipage « si nécessaire » et qui, malgré sa critique du système colonial, a un point de vue parfaitement colonialiste et paternaliste sur les populations locales…

Malgré tout, j’ai trouvé cette lecture très intéressante. Je ne savais pas grand chose sur le sujet avant d’ouvrir ce livre et j’ai pu en apprendre plus sans que ce soit aride ou ennuyeux grâce au format « récit d’aventure ».

A lire sur des thèmes proches: Gertrude Bell. Archéologue, Aventurière, Agent secret de Christel Mouchard; Henri le Navigateur de Michel Vergé-Francesch (sur la colonisation de l’Afrique); Les Ethiopiques d’Hugo Pratt.

Publié dans Lecture | Tagué , , , | 1 commentaire

Joy Ruby

Joy Ruby. D’Ayrton Glenet. Auto-édité. 138 pages. 2019.

Résumé de l’auteur: Un poulpe illusionniste, un chapeau de cowboy, un parieur avec la corde au cou et le plus grand vaisseau de paris de la galaxie, ça vous parle ?

Tout commence au milieu du désert. Sa dernière chance, son dernier souhait, un paris et une simple question : « Est-ce que vous pensez vraiment avoir mis la corde au cou de Joy Ruby?? ». Les deux chasseurs de prime n’ont aucun doute, mais avant de répondre, ils doivent écouter une histoire. Celle qui est à l’origine de la prime les ayant menés à ce jour fatidique.

J’ai découvert l’existence de ce roman au détour d’une recommandation automatique et quand le résumé en arrive à « ça vous parle? », la réponse a été un grand oui!

Mais là maintenant, c’est la 3e fois que je recommence ce billet, parce que ce n’est pas évident de donner un avis juste… C’est difficile d’écrire un avis négatif, mais je ne peux pas non plus en donner un qui soit totalement positif. Parce que j’ai aimé le fond, mais ça pêche vraiment sur la forme et ça a en grande partie gâché ma lecture.

L’histoire est originale, dans le genre absurde/nawak/défoncé, c’est assez drôle, distrayant, tout en étant bien mené et bien ficelé jusqu’à la fin. Il faut aimer le genre barré, bien sûr. C’est mon cas. Surtout qu’on est dans un mélange de SF et de western un peu halluciné qui à mon avis fonctionne très bien.

La plume est plutôt agréable, ça se lit bien. Je trouve qu’on y sent un potentiel d’amélioration qui serait plus facile à exploiter avec un récit plus long. Là, il fallait que ça aille vite pour être pertinent, donc les faiblesses de style, pas si nombreuses, ne sont pas gênantes.

Le problème, c’est que la forme « technique » ne va pas du tout. Le texte est bourré de coquilles et, pire encore, de fautes de conjugaison, innombrables. L’auteur s’est visiblement fié uniquement à son correcteur automatique pour la relecture de son roman… Certaines phrases n’ont aucun sens si le lecteur ne fait pas l’effort de corriger les coquilles et d’autres ne veulent pas dire ce que l’auteur voulait exprimer parce qu’il confond passé simple et imparfait. Si en français on utilise deux temps différents, ce n’est pas par hasard. Et ça, ce sont des fautes qui reviennent à toutes les pages, ça fait mal aux yeux. Ne parlons pas des « allait viens! » qui se répètent régulièrement.

La mise en page plus qu’approximative n’aide pas. Parfois il faut revenir en arrière pour être sûr-e de savoir qui parle ou même juste si c’est bien un dialogue, parce que la ponctuation et les retours à la ligne sont mal utilisés. A d’autres endroits, un saut de ligne aurait été indispensable pour se rendre compte qu’on passait à autre chose et qu’on n’était plus dans la continuité de ce qui précédait. ça peut vous sembler ridicule de tiquer sur ces détails, mais dans un récit aussi absurde, où beaucoup de choses n’ont ni queue ni tête, ça rend le récit parfois vraiment confus. Ce qui aurait pu passer dans un roman contemporain est vraiment un handicap ici.

J’ai aimé cette histoire, mais mes yeux ont tellement saigné dessus que je n’ai pas pris beaucoup de plaisir à la lire. Si ça avait été plus long, j’aurais abandonné…

Je vous conseille quand même ce livre si vous aimez le genre et que les fautes/coquilles ne vous dérangent pas. Mais si vous avez les yeux sensibles à ça, sachez que ça ne s’améliore à aucun moment et que ça donne l’impression que ces 138 pages sont beaucoup plus longues qu’elles ne le sont en réalité. C’est vraiment dommage… (ceci dit, le livre a dormi longtemps dans ma PAL, peut-être que l’auteur a fait des corrections depuis?)

Publié dans Lecture | Tagué , , | Laisser un commentaire