Sériemaniac épisode #8: du côté de Taïwan et de la Chine

Mon rythme de lecture a un peu diminué ces derniers temps, c’est l’occasion pour moi de découvrir de nouvelles séries. Et histoire de changer un peu d’horizons, c’est vers l’Asie que je me suis tournée 🙂

***

Black & White. Série taïwanaise créée par Tsai Yueh Hsun pour TVBS. Avec: Vic Zhou, Mark Chao, Ivy Chen, Chang Chun Ning… 24 épisodes de 55 minutes. 2009.

Chen Zai Tian, un flic je-m’en-foutiste et coureur de jupons, est muté dans un nouveau commissariat, où il fera équipe avec Wu Ying Xiong, un policier colérique qui applique la loi à la lettre. Ils vont devoir mettre de côté leurs différends pour enquêter sur un trafic de drogue et semer la pagaille en arrêtant la fille d’un chef de triade.

Deux flics que tout oppose contraints de travailler ensemble, la recette n’a rien de très inédit. La ressemblance avec un buddy-movie des années 80-90 style Tango & Cash ou L’Arme Fatale est d’ailleurs parfaitement assumée. Et toute remâchée que soit cette recette, elle fonctionne très bien dans Black & White.

Autour des deux héros gravitent toute une galerie de personnages qui permettent à l’histoire d’avancer et d’avoir un arrière-plan crédible, bien construit. On n’a pas seulement affaire à des flics luttant contre des bandits, mais à des protagonistes issus des deux factions qui naviguent tous plus ou moins entre le blanc et le noir du titre. Tous ces personnages, interprétés par de bons acteurs à fond dans leurs rôles, donnent du réalisme à une intrigue qui n’hésite pas à partir dans le gros n’importe quoi s’agissant d’aller dans la surenchère.

Au programme: trafics, mercenaires surentraînés, triade, duo de tueurs, romance et triangles amoureux, corruption, secrets de familles, meurtres, complots, etc, etc. Le tout avec énormément d’action, de courses-poursuites, de bastons en tous genres. A chaque fois qu’on pense avoir atteint le fond des choses, on découvre que l’oignon avait encore une couche à proposer, puis une autre et ainsi de suite. S’il y a une chose qu’on ne peut pas reprocher à la série, c’est de lésiner sur les twists ^^

La série a beaucoup de défauts, voire des incohérences, pourtant ça fonctionne très bien. Parce qu’il se passe toujours un tas de choses et qu’on n’a jamais le temps de s’ennuyer (à part peut-être un peu pendant les innombrables crises de larmes vécues par les personnages). En ce qui me concerne, j’ai trouvé cette série hyper addictive. J’ai dévoré ses 24 épisodes en moins d’une semaine ^^ Il faut dire que tous les épisodes se terminent sur des cliffhangers haletants et qu’on ne peut pas s’empêcher d’enchaîner tellement on reste sur les dents.

Si vous aimez les séries d’action avec de l’humour, de belles bastons et un peu de romance, n’hésitez pas, Black & White vous rendra aussi addict que moi 🙂

***

La douce Détective (Miss Sugar Holmes Collection). Série chinoise créée par Wang Peng et diffusée par Tencent. Avec Chen Xiao Ping, Chen Xin Su, Su La Wen Ya… 10 épisodes de 20 minutes. 2016.

Seule survivante d’un accident de bus, Su Tang est une jeune autiste qui a développé des facultés de réflexion et de déduction dignes de Sherlock Holmes. Elle va aider le policier chargé de l’enquête sur l’accident à découvrir ce qui s’est passé, avant de devenir sa partenaire officielle.

Encore un concept qui n’a rien de réellement inédit: un civil avec un don particulier va devenir consultant pour la police afin de résoudre des enquêtes compliquées. On a vu ça un peu partout ces dernières années.

L’intérêt réside avant tout dans le mystère autour de l’héroïne, qui va utiliser ses nouvelles capacités pour enquêter sur différentes affaires, mais aussi chercher à comprendre ce qui lui est arrivé. Je dois avouer que l’enquête sur l’accident de bus est la seule qui m’ait réellement plu, j’ai trouvé qu’ensuite l’intérêt retombait assez vite.

Les 2 personnages principaux forment un bon duo. Ils sont plutôt sympathiques, si ce n’est que l’héroïne est parfois un peu agaçante à force de sourire sans arrêt. Autour d’eux gravitent quelques personnages récurrents, malheureusement trop peu développés pour réellement susciter l’intérêt (on ne comprend pas toujours qui ils sont par rapport aux héros, ça n’aide pas). Il faut dire qu’avec si peu d’épisodes, si courts en plus, il est compliqué d’entrer dans le détail.

En bref, une série qui démarrait très bien, mais dont seule la 1e moitié m’a réellement convaincue. A voir par curiosité si le thème sherlockien vous tente.

***

J’espère vous avoir donné envie de découvrir au moins une de ces 2 séries, si vous les connaissiez déjà, votre avis m’intéresse 😉

Et vous, avez-vous des séries à me conseiller? 🙂

Publicités
Publié dans Séries | Tagué , , | Laisser un commentaire

Prodigieuses Créatures

Prodigieuses Créatures. De Tracy Chevalier. Editions Folio. 422 pages. (2009)

Angleterre, début du 19e siècle. N’ayant pas trouvé à se marier, Elisabeth Philpot et ses soeurs emménagent à Lyme Regis, au bord de la mer. Elles vont y rencontrer Mary Anning, une fillette qui « chasse » les fossiles dans cette région qui en regorge. Au fil des années, Elisabeth et Mary vont se lier d’amitié et partager la même passion, faisant des découvertes incroyables.

En ouvrant ce livre, je m’attendais à trouver le récit de trouvailles palpitantes, de découvertes scientifiques et de la lutte de 2 femmes pour voir leur travail reconnu à sa juste valeur dans un monde régi par les hommes. C’est plus ou moins ce qu’on y trouve (plutôt moins que plus, à vrai dire), mais sans le côté palpitant. Les découvertes sont la plupart du temps survolées et, pour ce qui est de la lutte, elle est assez limitée. On suit le quotidien des héroïnes, les années passent parce qu’on nous dit qu’elles passent, mais peu de choses changent réellement dans leurs vies. L’évènement le plus souligné dans l’histoire n’est même pas une découverte de fossile, mais une affaire de jalousie à propos d’un homme…

Le style est agréable, la plume est fluide et le texte défile assez facilement. Malgré tout, arrivée à la moitié du roman, je m’ennuyais ferme. Je suis allée au bout en espérant que « quelque chose », n’importe quoi, allait me sortir de la monotonie ambiante, mais ça n’a pas été le cas. Pour tout dire, j’ai eu l’impression que cette histoire n’était qu’une très longue introduction pour une histoire qui aurait dû débuter là où l’auteure s’est arrêtée. Surtout que la conclusion est assez abrupte. Tracy Chevalier termine son histoire sur une page où elle explique qu’elle s’est inspirée de personnages réels sur lesquels elle a brodé un roman et achève en décrivant comment ils ont terminé leur vie.

J’avais vu beaucoup d’avis positifs sur ce livre et j’avoue que je suis un peu déroutée. En le refermant, ma réaction a été de me dire « tout ça pour ça? »… Si vous l’avez lu, ça m’intéresserait de savoir ce que vous en avez pensé, parce que je ressors perplexe de cette lecture. C’est le 3e roman de Tracy Chevalier que je tente (j’étais restée mitigée après La Dame à la Licorne et j’avais carrément abandonné La jeune Fille à la Perle) et je pense en rester là avec cette auteure qui, visiblement, ne me correspond pas.

Pour résumer: une lecture longue et monotone, dans laquelle je n’ai pas trouvé mon compte.

Publié dans Lecture | Tagué , , | 6 commentaires

Des BD en pagaille #36

Flash: Guerre au Gorille. Scénario de Francis Manapul et Brian Buccellato. Dessin de Francis Manapul, Marcus To, Ryan Winn et Marcio Takara. Editions DC Comics et Eaglemoss Collections. 158 pages. (2012-2013)

Suite aux évènements de La Révolte des Lascars, Barry Allen, qui passe pour mort, va devoir affronter une invasion de gorilles menés par Gorilla Grodd.

Encore une fois, j’ai eu un peu de mal avec cet opus des aventures de Flash, même si j’ai eu l’impression d’être davantage en terrain connu, puisque des évènements du même genre avaient eu lieu dans la série télé. J’ai à nouveau été gênée par ma méconnaissance de ce super-héros et de son univers et aussi par la présence de personnages qui m’étaient inconnus. Malgré tout, cette histoire était nettement plus claire que la précédente et, si je ne peux pas affirmer avoir tout compris, j’ai du moins pu suivre l’intrigue propre à ce tome sans trop de problèmes.

A défaut du reste, j’ai été séduite par le dessin, en particulier celui de Francis Manapul. Il y a de très jolies planches, bien mises en valeur par les couleurs utilisées. Les cases sont assez dynamiques et les auteurs jouent sur la mise en page pour accentuer le visuel de la vitesse de Flash.

Une lecture plutôt sympa, avec de beaux dessins, mais peut-être un peu difficile d’accès pour les néophytes dans mon genre.

***

Justice League: Le Trône d’Atlantide. Scénario de Geoff Johns. Dessin de Ivan Reis, Paul Pelletier, Tony Daniel, Pete Woods et Marlo Alquiza. Editions DC Comics et Eaglemoss Collections. 196 pages. (2012-2013)

La Justice League resserre les rangs autour de Wonder Woman pour affronter Cheetah, son ennemie de longue date, avant d’être confrontée à de mystérieuses attaques venues de l’océan. Des dissensions au sein de l’équipe vont apparaître s’agissant de les combattre.

Ce tome fait suite aux évènements racontés dans L’Odyssée du Mal (et de Couple Mythique??). Après s’être intéressé à la relation Superman-Wonder Woman, Geoff Johns centre cette histoire sur Aquaman en particulier. Nous apprenons pas mal de choses sur son passé (et ce n’était pas du luxe en ce qui me concerne) et ses pouvoirs, sur l’Atlantide elle-même et ce qui s’y joue. Et une fois encore, les super-héros vont avoir du mal à travailler ensemble et à se comprendre. A noter que le personnage de Cyborg commence à émerger un peu également au sein du groupe, j’espère en apprendre plus à son sujet dans un prochain tome.

Les dessins quant à eux sont magnifiques, certaines planches sont de vraies oeuvres d’art. Le changement de style est assez visible quand les dessinateurs se relaient, mais on ne le ressent pas comme un manque d’unité. Il y a énormément de scènes d’action et on en prend plein les yeux.

Une histoire palpitante et remarquablement dessinée, qui vaut vraiment le détour, je conseille vivement (mais après avoir lu les précédents tomes évidemment ^^) 🙂

***

Lobo: La Ballade de Lobo, suivi de Le Retour de Lobo. Scénario de Keith Giffen et Alan Grant. Dessin de Simon Bisley et Danny Vozzo. Editions DC Comics et Eaglemoss Collections. 220 pages. (1990-1991-1992)

Lobo est le dernier des Czarniens, un psychopathe qui a exterminé tous les habitants de son monde et qui travaille désormais pour LEGION en tant que chasseur de primes/mercenaire. Dans la 1e histoire, il est chargé de ramener vivante une prisonnière qu’il avait juré de tuer. Dans la 2e, nous suivons ses aventures après sa mort, alors qu’il tente de convaincre les employés divins de le réincarner.

Autant le dire tout de suite, je n’ai pratiquement rien aimé dans ce comics. Le personnage de Lobo, avec son look d’échappé de Kiss et son excès de testostérone, m’a semblé complètement ridicule. Je sais qu’on est censé être dans la parodie, mais je n’ai jamais réussi à dépasser ce côté ridicule. J’ai souri une ou 2 fois, et encore. Il y a quelques idées intéressantes dans la 2e histoire, mais elles ne servent qu’à alimenter les excès du personnage.

Quant aux dessins, je les ai trouvés moches  et assez simplistes (ça n’engage que moi ^^). Les couleurs font mal aux yeux.

Bref, s’il est un tome de cette collection que je regrette bien d’avoir acheté, c’est celui-ci. Il ne m’a strictement rien apporté, à part des réactions exaspérées.

Publié dans Lecture | Tagué , , | Laisser un commentaire

Tag Les livres préférés

Un petit tag, ça vous dit? 🙂 Justement PKJ propose le tag des livres préférés, je l’ai vu passer ici et là et je l’ai trouvé plutôt sympa, donc c’est parti!

Le petit laïus de PKJ: Cette semaine, notre nouveau tag se consacre à vos livres préférés! Quoi de mieux que de parler de ses favoris? Alors oui, la question « quelle est votre livre préféré? » semble extrêmement difficile ; c’est pourquoi nous vous posons 10 questions sur le sujet! Essayez, autant que possible, de proposer des réponses différentes pour chaque question et de n’avoir qu’une seule réponse par question.

1) Quel est votre livre one-shot préféré (livre en un seul volume qui n’a pas de suite)?

En citer un seul, c’est un peu « le choix de Sophie », hein! Surtout que ça peut changer selon mon humeur… Je vous montre celui-ci, qui m’a beaucoup marquée, mais demain je pourrais répondre tout autre chose ^^

2) Quelle est votre série préférée? (Si vous répondez Harry Potter, citez également votre 2e série livresque préférée.)

Je ne risque pas de répondre Harry Potter, que je n’ai pas lu et ne compte pas lire 😀 Il y a plein de séries que j’adore, mais je crois que j’aurai toujours un faible pour Les Annales du Disque-Monde de Terry Pratchett ❤ Je vous montre 2 tomes parmi mes préférés, mais il y en a une quarantaine en tout.

3) Quel est votre auteur préféré?

Réponse évidente, au vu de la question précédente ^^

4) Quelle est votre meilleure lecture de l’année en cours?

J’ai eu d’excellentes lectures cette année, mais à ce jour c’est ce 2e tome qui a le plus comblé mes attentes 🙂

5) Citez un livre dont vous n’attendiez pas grand chose et qui est finalement devenu l’un de vos livres préférés.

6) Quel est votre PKJ préféré?

Je lis très peu de PKJ, pour la simple raison que je préfère les histoires avec des personnages adultes. Et après une période où j’ai lu beaucoup de YA, je suis arrivée à saturation du genre. Malgré tout, il y a une série publiée chez PKJ que j’ai énormément appréciée, en particulier le tome 1:

7) Quel livre conseillez-vous souvent autour de vous?

Je conseille à peu près tout les livres que j’ai un minimum appréciés, alors c’est difficile de répondre à cette question 😆 Les auteurs que je conseille le plus sont probablement Terry Pratchett, Jane Austen et Agatha Christie (et je me rends compte à l’instant que les 3 sont anglais, je n’avais jamais fait attention!), mais en général je conseille un livre plus en fonction des goûts de la personne à qui je m’adresse qu’en fonction des miens… Il y a 2 livres que j’ai beaucoup offerts autour de moi: Le Cercle littéraire des Amateurs d’Epluchures de Patates et La Couleur des Sentiments. Pour ne pas citer une 2e fois le même bouquin:

8) Quel était votre livre préféré lorsque vous étiez enfant?

J’étais une grande fan de la série des Fantômette de George Cholet 🙂

Je n’ai pas souvenir d’un tome que je préférais aux autres, je les dévorais tous ^^

9) Citez un de vos livres préférés dans un genre que, normalement, vous aimez moins.

Je n’aime pas les romances, mais la plume de Jane Austen m’emporte à chaque fois 🙂

10) Citez un de vos livres préférés que peu de gens connaissent.

Encore une question compliquée: comment savoir si peu de gens connaissent un livre? Par défaut, j’en citerai un dont je n’ai jamais entendu parler ni autour de moi, ni sur la blogo/booktubosphère.

Et voilà, c’est déjà fini! Encore un tag que je me suis bien amusée à faire 🙂 Je suis très curieuse de découvrir quels livres vous choisiriez pour répondre à ce tag, alors si vous l’avez fait, laissez-moi un lien, ou si ça vous tente, utilisez les commentaires pour y répondre 😉

Pour en savoir plus sur tous ces livres, comme d’hab, clic clic sur les couvertures 😉

Publié dans Blabla | Tagué , | 6 commentaires

Week-end sauvage

Week-end sauvage. D’Hubert Corbin. Editions Albin Michel. 287 pages. (1992)

Le docteur Kurnitz étudie les grands fauves depuis des années et le maire de Dos Rios lui a donné carte blanche pour créer une réserve. Celui-ci, accompagné de ses enfants et de quelques collaborateurs, a organisé une visite avec des journalistes pour faire découvrir au public le travail de Kurnitz. Mais ils s’aperçoivent bientôt qu’ils sont enfermés dans la réserve et que les enclos des fauves ont été ouverts.

Ce livre m’a été prêté par une amie, qui l’avait trouvé palpitant. J’avoue que je n’avais pas bien compris son résumé, je croyais qu’on avait affaire à un tueur en série traqué par la police, un peu comme dans la série Criminal Minds. En fait on est plutôt dans un récit à la Survivor, avec des gens ordinaires traqués par des fauves affamés. Si c’est nettement plus écoeurant, c’est aussi beaucoup plus original et palpitant. Enfin, une fois qu’on est entrés dans le vif du sujet, parce que la mise en place est quand même très longue.

Les personnages sont pour la plupart assez antipathiques, du coup je crois que j’ai été moins choquée que je l’aurais dû. J’ai même été contente de voir certains se faire dévorer tellement ils étaient odieux ^^Heureusement, quelques-uns des protagonistes sont plus agréables et on peut ressentir assez d’empathie à leur égard pour s’impliquer un minimum dans ce qui leur arrive. Ceci dit, vu la brièveté du livre, on n’a pas tellement le temps de s’attacher beaucoup à eux.

Le livre a été publié en 1992 et je l’ai trouvé un peu daté. Dans les comportements des personnages et, évidemment, dans les moyens technologiques utilisés. Du matériel lourd et encombrant, pas de téléphones portables. Des comportements sexistes et du harcèlement sexuel envers les femmes. Le seul point qui est toujours d’actualité, c’est la critique des médias. Le côté daté n’a pas entravé ma lecture. Le style est sobre et pas forcément original, mais ça se lit bien et vite. Peut-être un peu trop vite, parce que certaines choses auraient pu être plus fouillées, mais d’un autre côté ce n’est pas le genre d’histoire qu’on a envie de voir s’éterniser, parce que les descriptions sont quand même assez écoeurantes.

Une lecture sympathique, qui tient en haleine après un début un peu trop long, mais qui ne conviendra sans doute pas aux plus sensibles.

Publié dans Lecture | Tagué , | 4 commentaires

Le Lion, la Sorcière Blanche et l’Armoire magique

Le Monde de Narnia tome 2: Le Lion, la Sorcière Blanche et l’Armoire magique. De C.S. Lewis. Editions Gallimard. 100 pages/869. (1950)

Peter, Susan, Edmund et Lucy découvrent par accident qu’une armoire du manoir où ils résident mène au monde de Narnia. Ils vont y rencontrer la majestueux Aslan et devoir y combattre la terrible Sorcière Blanche.

Voir le billet sur le tome 1.

Ce 2e tome est en fait le 1er à avoir été publié et je continue de penser que j’aurais mieux apprécié le précédent tome si je l’avais lu celui-ci d’abord. Parce qu’on n’a pas besoin de savoir comment est né Narnia pour comprendre ce qui se passe. Pour moi, lire cette saga dans l’ordre de publication est plus logique, j’ai la forte impression que le style de l’auteur a évolué au fil des tomes et que, outre que ça permet d’éviter les spoilers, les histoires deviennent plus « matures » (toutes proportions gardées, ça reste du jeunesse) avec le temps. Bref, après ce 2e tome, je continue de regretter de ne pas avoir tenu compte de l’ordre de publication avant de me lancer.

Le Lion, la Sorcière Blanche et l’Armoire magique reprend une recette classique du genre: des personnages de notre monde traversent un « portail » magique qui les mène dans un univers merveilleux. Là, ils vont devoir faire preuve de leurs qualités pour affronter de grands dangers et sauver le monde qu’ils ont découvert.

Ici nous sommes dans le très jeunesse, donc les problèmes se résolvent assez facilement et les épreuves rencontrées ne sont que succinctement décrites. ça fonctionne malgré tout, parce que l’auteur propose un monde réellement attrayant et des idées originales.

Le style est agréable, fluide et facile à lire pour de jeunes lecteurs. Contrairement au tome précédent, il ne contient pas vraiment d’ironie (autre évolution au niveau du style), même si les touches d’humour restent présentes. J’ai trouvé qu’il y avait une scène un peu dure, mais dans l’ensemble, même si on parle de guerre, tout passe assez facilement. A l’exception d’une ou deux réflexions un peu trop sexistes, que je mettrai sur le compte de l’époque où le roman a été écrit.

Une lecture bien sympathique, donc, mais vraiment jeunesse.

Publié dans Lecture | Tagué , , , | 6 commentaires

Sériemaniac épisode #7: viva España!

A défaut de voyager IRL, mon été (comment dire que je suis très en retard pour ce billet? 😆 ) a été propice à la découverte de nouveaux horizons, en grande partie grâce à Outis du forum Séries of Interest et à son défi découverte de séries hors US et UK (merci Outis!). Aujourd’hui, c’est à un détour par l’Espagne que je vous invite.

***

El Ministerio del Tiempo. Série espagnole créée par Pablo Olivares et Javier Olivares pour La 1. Avec entre autres: Rodolfo Sancho, Aura Garrido, Nacho Fresned, Cayetana Guillén Cuervo et Juan Gea. Saison 1 et 2: 8 épisodes et 13 épisodes d’1h10. 2015. Série en cours de production.

Julian Martines, ambulancier à Madrid, est témoin d’un incendie au cours duquel deux hommes habillés à la mode napoléonienne disparaissent. Il va être recruté par le Ministère du Temps, dont la mission est d’empêcher que l’Histoire de l’Espagne soit modifiée. Il va faire équipe avec Amélia Folchs, une des premières femmes acceptée à l’université au 19e siècle, et Alonso de Entrerrios, un soldat du 16e condamné à mort. Ensemble, ils vont voyager à travers les époques pour préserver l’Histoire.

Il y a quelques mois, je vous parlais de Timeless, une série de voyage dans le temps made in USA. Et bien Timeless a presque tout plagié sur El Ministerio del Tiempo, y compris l’intrigue pénible du type qui a perdu sa femme… Les 1es aventures de Julian, Amélia et Alonso avaient donc un petit goût de déjà vu pour moi… Mais heureusement, El Ministerio del Tiempo a suffisamment de choses intéressantes à proposer pour qu’on fasse assez rapidement abstraction de Timeless, dont les protagonistes (à l’exception de Flynn) sont nettement moins sympathiques.

Ici on trouve toute une galerie de personnages secondaires venus d’époques différentes qui ancrent le trio vedette dans un univers solide et fouillé. On visite une plus large étendue de siècles et de lieux, également, l’Histoire de l’Espagne étant plus vaste que celle des Etats-Unis. Il y a de l’aventure et de l’action, mais on apprend aussi énormément de choses sur l’Histoire espagnole et sur sa culture populaire: Lope de Vega et Vélasquez (probablement les 2 meilleurs personnages de la série) y croisent des groupes de rock du 20e siècle; Torquemada et Isabelle la Catholique voisinent avec Hitler ou Napoléon.

La qualité des épisodes est un peu inégale. Certains sont bourrés d’action ou hilarants (le 4e épisode de la saison 2 reste à ce jour le plus loufoque et le plus inspiré), alors que d’autres (généralement ceux qui tournent autour de Julian et sa femme) sont particulièrement ennuyeux, au point que j’ai eu récemment la tentation d’abandonner.

Cependant, je recommande cette série malgré ses défauts, parce qu’elle a quand même de très grands moments, des idées super originales, une poignée d’excellents personnages et de répliques hilarantes. Mon plus grand reproche serait que les épisodes sont trop longs. Pour le reste, El Ministerio del Tiempo vaut la peine que vous lui donniez sa chance.

A noter que les épisodes sont suivis d’explications sur certains points historiques ou culturels qui pourraient sembler obscurs si on n’est pas familiers de la culture espagnole.

Publié dans Séries | Tagué , , , | Laisser un commentaire

Des petits nouveaux dans ma PAL

Oui, je suis toujours en phase de no-buy! Mais (il y a toujours un mais ^^), je continue quand même de prendre les comics de chez Eaglemoss:

Puis j’ai reçu un chèque cadeau que je n’ai évidemment pas pu m’empêcher d’utiliser 🙂 Histoire de ne pas trop faire grimper ma PAL, je me suis dit qu’au lieu de prendre plusieurs livres de poche, j’allais prendre un beau livre qui me faisait envie depuis longtemps:

Je ne regrette pas mon achat, car ce livre est une petite merveille! L’image ne lui rend pas du tout justice, mais je vous ferai des photos quand la lumière sera meilleure (je ne sais pas chez vous, mais ici le ciel tombe en morceaux).

Si vous avez lu l’un ou l’autre de ces titres, dites-moi s’il faut que je me jette dessus 😉

Et vous, quoi de nouveau dans votre PAL? 🙂

Publié dans Blabla | Tagué | 6 commentaires

Un, deux, trois

Un, deux, trois… D’Agatha Christie. Editions Club des Masques. 190 pages. (1940)

Le dentiste d’Hercule Poirot meurt dans des circonstances étranges. La police conclut au suicide, mais notre détective est convaincu qu’il s’agit d’un meurtre.

Ici c’est parmi la clientèle d’un dentiste qu’Agatha Christie va trouver la brochette de personnages qui peupleront son récit. Encore une fois, elle mise sur un pseudo-huis-clos pour nous les présenter, en utilisant la salle d’attente de la victime comme vivier à suspects. Huis-clos élargi, puisque nous allons également rencontrer les proches des patients. Au milieu de tous ces protagonistes, Poirot note les détails, étudie les caractères, attend le moment où sa réflexion se mettra en branle. Pour une fois, il semble un peu hésitant, il sent que quelque chose lui échappe. C’est que tout le monde peut avoir l’air d’un assassin quand il se trouve dans la salle d’attente d’un dentiste ^^

Le roman est assez bref, peut-être un peu trop s’agissant de réellement approfondir les personnages et leurs interactions. J’avoue que j’ai plusieurs fois confondu certains d’entre eux. Le développement de l’intrigue n’est pas inintéressant pour autant et j’avais vraiment hâte de découvrir qui était coupable. Bien sûr, je me suis encore plantée dans mes déductions, ça fait partie du plaisir quand on lit Agatha Christie 😆

Ce que j’ai le plus apprécié dans cet épisode, c’est la relation de Poirot avec l’inspecteur Japp, les réflexions au début sur le dentiste et ses patients et une des dernières répliques du livre (que je ne peux évidemment pas vous dévoiler ^^).

Comme toujours avec cette auteure, j’ai passé un bon moment, même si Un, deux, trois… n’est pas son meilleur à mon avis.

Publié dans Lecture | Tagué , | 5 commentaires

Batman Anthologie

Batman Anthologie: 20 Récits légendaires du Chavalier Noir. Collectif. Editions Urban Comics / DC Comics. 366 pages. (2013)

Cette anthologie regroupe 20 histoires de Batman, de la 1e où il apparaît en 1939 jusqu’à un épisode de 2013, en passant par la plupart des évènements marquants de son histoire.

Il m’a fallu pratiquement 2 mois pour lire l’intégralité de ces 366 pages des aventures de Batman, j’ai vraiment pris le temps de les savourer 🙂

Certaines histoires sont très courtes, comme la 1e qui ne fait que 2 pages; d’autres sont seulement des épisodes appartenant à des récits en plusieurs parties; d’autres enfin sont des histoires complètes plus ou moins longues. Pour être tout à fait honnête, certaines m’ont paru plutôt anecdotiques; j’ai énormément aimé une partie des autres.

L’intérêt de cette anthologie, c’est surtout qu’elle permet de découvrir l’évolution du personnage et de son univers, du détective qui élucide des affaires policières au justicier qui affronte des super-vilains; du comics un peu naïf aux couleurs criardes à l’oeuvre graphique complexe; des aventures « simplistes » à la noirceur du super-héros en pleine introspection.

Le volume est divisé en plusieurs parties qui détaillent, pour chaque période, l’évolution scénaristique et graphique en fonction des questionnements propres à chaque époque. Et chaque histoire est précédée d’une présentation du contexte et des artistes qui y ont participé. J’ai trouvé ces textes intéressants, mais je leur reproche de ne pas toujours correspondre à l’histoire qui est proposée ensuite. D’autre part, on y trouve énormément de coquilles.

Je regrette aussi que certains épisodes proposés ressemblent plus à des extraits qu’à de véritables histoires: si on n’a pas lu ce qui vient avant, on ressent un manque; si on n’acquiert pas ce qui vient après, on ne connaîtra pas la conclusion.

Quelques-uns des opus proposés m’ont semblé sortir du lot: Le Batman de Demain et Les Débuts fracassants de Batgirl pour leur côté amusant; Mon Commencement et ma probable Fin pour la plongée dans les tourments de Batman; Les belles Gens et Batman Impossible pour leurs graphismes. L’histoire que j’ai préférée: Le Secret des Sépultures vacantes pour son originalité et son côté gothique.

Une lecture vraiment intéressante qui a comblé quelques-unes de mes lacunes sur le sujet, j’ai passé un très bon moment et je recommande vivement.

Publié dans Lecture | Tagué , , | Laisser un commentaire