Sérimaniac #31: policier et thriller épisode 2

Même si je visionne beaucoup moins de séries qu’il y a quelques années, faute d’en trouver beaucoup qui me plaisent suffisamment sur la durée, j’apprécie toujours d’en regarder et l’envie de partager celles qui m’ont plu est toujours là 🙂 Aujourd’hui, nous allons parler policier et thriller, qui sont finalement les genres que je regarde le plus depuis quelques temps.

 Rebel Detectives (Devil Inspector/Akdong Tamjeongseu / 악동 탐정스). Scénario et réalisation de Park Seon Jae. Chaîne: Naver TV. Saison 1: 9×15 minutes. Saison 2: 18×10 minutes. Corée du Sud. 2017-2018.

L’inspectrice Oh Jin Gyeong travaille avec Pyo Han Eum et Seol Oh Seong, deux lycéens surdoués, pour résoudre ses enquêtes.

De ce webdrama assez court et bien sympathique, on pourrait dire qu’il ne casse pas trois pattes à un canard. Les enquêtes sont assez simples, rapidement résolues en deux ou trois épisodes, format oblige. C’est justement ce format qui m’a plu: une petite enquête était facile à caser à une période où j’avais peu de temps et pas du tout de motivation pour de longs épisodes complexes.

Le manque de moyens est assez visible à l’image et dans la simplicité des scénarios, mais ça fonctionne plutôt bien malgré tout. Les personnages sont sympathiques, le mystère concernant leur passé donne envie d’en savoir plus et on s’amuse à chercher le fin mot des histoires avec eux.

Sans prétention, mais plaisant à suivre. On apprend même quelques détails sur l’Histoire de la Corée, ce qui est toujours une bonne chose. N’hésitez pas à lui donner sa chance si vous cherchez une petite websérie amusante et sans prétention.

***

Watcher (왓쳐). Scénario de Han Sang Wun. Réalisation de An Gil Ho. Chaîne: OCN. Avec: Seo Kang Jun, Han Seok Gyu, Kim Hyun Joo, An Gil Kang, Heo Sung Tae, Jeong Sun Won. 16 épisodes de 65 minutes. Corée du Sud. 2019.

Suite à une intervention qui lui a causé des ennuis, l’officier Kim Yeong Gun est muté dans le tout nouveau service de lutte contre la corruption dirigé par Do Chi Gwang, un policier aux méthodes musclées peu apprécié de ses collègues. Avec l’aide de l’avocate Han Tae Ju, ils vont enquêter à la fois sur la corruption, notamment dans leur propre commissariat, et tâcher de résoudre une vieille affaire de tueur en série. Mais de nombreuses personnes ont tout intérêt à leur mettre des bâtons dans les roues. A qui faire confiance, quand même au sein de ce trio de choc on se méfie les uns des autres?

J’ai toujours beaucoup d’attentes lorsque je commence un drama estampillé OCN, car la chaîne m’a habituée au meilleur, et cette série ne m’a pas déçue! Pour être honnête, le thème de la corruption est tellement rebattu dans les dramas que j’ai tendance à fuir dès qu’il en est question, alors ce n’était pas gagné de réussir à m’intéresser avec une intrigue qui tourne complètement autour de ça. Mais ici ça a fonctionné du tonnerre, j’ai vraiment beaucoup aimé cette histoire.

Pas de grosse surprise: quand les personnages m’accrochent, je suis à fond dans une série. Et ici non seulement le trio principal, mais aussi tous les personnages secondaires, ont su me convaincre dès les premiers épisodes. Le fait qu’ils ne soient pas tout blancs ou tout noirs, mais déploient toute une palette de gris y a grandement contribué. Même parmi ceux qu’on pense identifier parmi les « gentils », les zones d’ombres nous mettent mal à l’aise et nous font douter jusqu’à la fin, surtout que les méthodes employées ne sont finalement pas tellement différentes suivant le camp où ils se rangent.

Je ne vous cacherai pas qu’il y a quelques longueurs, mais elles ne m’ont pas dérangée, du fait que les révélations disséminées tout au long de l’intrigue, ont su maintenir mon intérêt jusqu’à la dernière minute. Il y a beaucoup d’action et certains épisodes sont réellement haletants. La série ne fait pas dans la dentelle, c’est assez violent, parfois très glauque. Comme toujours avec OCN, il y a un gros travail sur l’image et sur l’ambiance. Beaucoup de soin est apporté aux décors et les acteurs sont tous impeccables.

Une série très réussie, franchement palpitante et globalement très addictive. Je recommande très vivement si vous aimez le genre!

Publié dans Séries | 2 commentaires

Tag: Les livres qui font voyager

Ce matin je vous propose un petit tag trouvé chez Madame Love 🙂 Comme nous sommes plus ou moins privés de voyages depuis des mois, quoi de mieux que des livres pour se dépayser? C’est parti! Pour en savoir plus sur tous ces livres, comme d’hab, clic-clic sur les couvertures 😉

1) Voyage Interstellaire

Je crois que je vous montre cette série à peu près dans tous les tags 😆 C’est dire à quel point elle vaut la peine 😛

2) Visite de planète

J’aurais pu citer à nouveau The Expanse, vu qu’on y visite quelques planètes en plus de voyager dans l’espace, mais je me suis dit que j’allais plutôt vous parler d’une autre de mes séries préférées. Surtout que le Disque-Monde est une planète qui vaut le coup d’oeil. Jugez plutôt: c’est un disque qui repose sur le dos de quatre éléphants eux-mêmes perchés sur une tortue qui nage dans l’espace 😆 Si je ne vous donne pas envie d’aller voir rien qu’avec ça, je ne sais pas ce qu’il faudrait :lol

3) Voyage dans le temps

J’adore les voyages dans le temps! 🙂 La série que je suis en ce moment, c’est l’hilarante Les Chroniques de St-Mary, mais je vous montre aussi un one-shot que j’avais trouvé très intéressant:

4) Voyage dans un monde fantastique fantasy

Aucun voyage dans un monde fantastique ne me vient à l’esprit et on m’a dit que je pouvais modifier les questions, alors je triche un peu ^^

5) Détente dans les îles

Ici je vais vous montrer un livre que je n’ai pas aimé: on ne peut pas faire que de bonnes lectures, malheureusement!

6) Bol d’air à la montagne

Tout ne se passe pas à la montagne dans ce livre, mais les évènements qui s’y déroulent ont une grande importance dans le récit 🙂

Voilà, c’est déjà fini! J’espère que ça vous a plu 😉

Et vous, vous le faites, ce tag? 😉

Publié dans Blabla | Tagué , , , | 4 commentaires

Encore des petits nouveaux dans ma PAL

Je ne pensais pas déjà vous montrer encore des acquisitions, mais la Masse critique Babelio et les sorties/rattrapages des Romans éternels sont passés par là! En vrac:

J’ai déjà lu La Lettre écarlate et Les Liaisons dangereuses, mais je ne manquerai évidemment pas de les relire dans ces jolies éditions 🙂

Je pensais m’en tenir à ces trois titres, mais j’ai reçu un livre de la part de Julie, qui m’a également glissé dans son paquet des goodies et des thés. Encore merci Julie 😉

Ensuite je me suis arrêtée à la boîte à livres. J’en ai déposé un, je suis repartie avec sept 😆

Je ne vous montre pas ces livres juste pour le plaisir de vous les montrer. Si vous les avez lus, votre avis m’intéresse. Si non, est-ce qu’ils vous tentent? 🙂 Plusieurs de ces livres appartiennent à des séries et ne sont pas des premiers tomes. Savez-vous si je peux les lire dans le désordre ou si je dois me procurer les précédents tomes? Merci d’avance 😉

Comme d’hab, si vous voulez en savoir plus, clic-clic sur les couvertures!

Et vous, quoi de nouveau dans votre PAL? 😉

Publié dans Blabla | Tagué , | 14 commentaires

Ils ne me laisseront pas un souvenir impérissable… #17

La Paix du Ménage. D’Honoré de Balzac. Editions de L’Herne. 80 pages. 1830.

Au cours d’un bal, des intrigues amoureuses se nouent et se dénouent.

J’ai peu de choses à dire sur cette nouvelle, pour être honnête. Je l’ai trouvée assez brouillonne dans sa construction et pas très inspirée sur son contenu.

Aucun personnage n’est sympathique, l’auteur fait ressortir tous les défauts de la nature humaine à travers la description des moeurs volages et cupides d’une classe sociale oisive. Les thèmes abordés auraient pu être intéressants s’ils avaient été développés un peu plus, mais Balzac joue sur le badinage entre les protagonistes, sur les manipulations entreprises par certains d’entre eux et sur une morale finale dont je ne suis pas sûre d’avoir réellement compris le fond.

Reste la plume de l’auteur, toujours aussi soutenue et fluide, et la description, qui relève presque du témoignage, de ce qu’était un bal à cette époque. Pas suffisant pour moi, j’ai déjà presque tout oublié de ma lecture.

Je vous présente ici une édition qu’on doit pouvoir trouver relativement facilement, mais j’ai lu cette nouvelle dans le 2e tome de La Comédie humaine de ma jolie édition complète que vous pouvez voir ICI. Je tiens à jour mon avancée dans la lecture de Balzac sur ce billet, si vous voulez avoir mon avis sur ce que j’ai déjà lu, n’hésitez pas à cliquer sur les liens 😉

***

Les Aventures du Saint tome 25: Le Saint contre le Marché noir. Suivi de Le Saboteur grillé. De Leslie Charteris. Editions Librairie Arthème Fayard. 220 pages. 1946.

Ce livre contient deux courts romans dans lequel Simon Templar, alias le Saint, expatrié aux Etats-Unis, joue les James Bond pour contribuer à l’effort de guerre.

Dans Le Saint contre le Marché noir, il s’agit de démanteler un gang de trafiquants d’iridium. Dans Le Saboteur grillé, le héros découvre par hasard un cadavre qui s’avère lié à son enquête sur le sabotage d’usines d’armement.

Dans les deux cas, c’était assez convenu et, pour être honnête, plutôt mauvais. Le personnage principal est insupportable et imbu de lui-même. Les autres protagonistes ne sont là que pour être ridiculisés ou servir de faire-valoir à un héros recyclé par son auteur: de l’aventurier sans scrupules des premiers tomes, on est passé à un patriote au service du bon côté, propagande de la 2e Guerre mondiale oblige. Quant à la place des femmes dans ces histoires, n’en parlons pas, ce sont juste des potiches destinées à nous montrer à quel point le Saint est viril et séduisant.

J’espérais que ce serait assez mauvais pour en être drôle, mais c’est juste objectivement très mauvais. A lire par curiosité pour la littérature dite « de gare » de l’époque, sinon aucun intérêt. Dommage.

***

Soeur Fidelma tome 12: Les Mystères de la Lune. De Peter Tremayne. Editions 10/18, collection Grands détectives. 384 pages. 2003.

Mon avis sur le tome 10: Les Disparus de Dyfed.

Soeur Fidelma est sollicitée par son cousin pour résoudre une série de meurtres de jeunes filles.

C’est le 2e tome que je lis et je ne recommande pas forcément la série pour son aspect policier… Cet opus est mieux passé que le précédent, je l’ai lu assez vite, mais les ficelles sont les mêmes et ça reste prévisible.

Et si vous comptez lire la série ou que vous êtes en train de la lire, sachez que l’épilogue de celui-ci est un cliffhanger. L’intrigue du tome est résolue à la fin, mais on part sur autre chose et il faut lire la suite pour savoir ce qu’il en est. Sachez aussi que plusieurs des tomes précédents sont complètement spoilés dans celui-ci, il vaut donc mieux lire la saga dans l’ordre de publication.

Par contre la série vaut pour le contexte: le Moyen-Âge du 7e siècle en Irlande, sur fond d’invasions saxonnes, avec enquêtes menées par une dalaigh (juriste) qui est également une religieuse (dans une Eglise chrétienne n’ayant pas encore accepté tous les diktats de Rome).

Bref, malgré le contexte intéressant, je ne compte pas lire les autres tomes. Je ne regrette pas d’avoir découvert la série, mais ce n’est pas ce que je recherche dans le genre.

Si vous avez lu/lisez cette série ou un des autres livres présents dans ce billet, votre avis m’intéresse, vous savez quoi faire dans les commentaires 😉

Publié dans Lecture | Tagué , , , | 4 commentaires

Mansfield Park


Mansfield Park. De Jane Austen. Editions Cranford, collection Romans éternels. 364 pages. 1816.

La jeune Fanny Price a été élevée par ses oncle et tante à Mansfield Park. En grandissant, elle tombe amoureuse de son cousin Edmund. Mais celui-ci aime Mary Crawford, la séduisante belle-soeur du pasteur.

Comme toujours avec Jane Austen, le roman tourne autour des sentiments amoureux et des perspectives de mariage d’une jeune fille de bonne famille. Je crois que Fanny est loin d’être celle des héroïnes de l’autrice qui remporte le plus de suffrages en général et je comprends qu’elle puisse sembler fade en comparaison d’une Lizzie Bennett ou d’une Emma Woodhouse, mais je trouve malgré tout le personnage attachant. Ses défauts ont des excuses: elle a après tout été « enlevée » à sa famille alors qu’elle n’était qu’une enfant, ses angoisses et sa timidité ne sont pas incompréhensibles. Et elle n’est pas dénuée de qualités. J’apprécie en particulier sa détermination à ne pas se laisser convaincre par des arguments extérieurs ou par la coercition pour ne se fier qu’à son propre jugement s’agissant de choisir son avenir.

J’avoue que je comprends moins son intérêt envers son cousin qui, s’il lui a  montré de la gentillesse et de l’affection, est probablement le héros d’Austen le plus coincé et le moins sympathique. Il agit régulièrement en contradiction avec ce qu’il affirme être ses principes et ne se prive pas de juger les autres de façon assez mesquine, alors que par ailleurs il se destine à la chaire. Il partage d’ailleurs ce trait de caractère peu attirant avec Fanny, qui ne se prive pas non plus de dire du mal des gens derrière leur dos (un couple bien assorti, en somme 😆 ). Comme la plupart des personnages qui font les frais de cette habitude sont régulièrement tournés en ridicule par l’autrice, c’est un peu doubler la peine, selon moi ^^

L’histoire en elle-même est tout aussi prenante que les autres romans de Jane Austen, grâce à cette plume très addictive qui fait tout le charme de ses livres, mais aussi pour l’évolution des personnages et les péripéties parfois improbables qui parsèment le récit. Tout le monde se conduit plus ou moins stupidement, mais c’est toujours présenté avec humour et ce qui m’agacerait chez un autre auteur passe toujours tout seul avec Austen.

Ce roman comporte quelques longueurs, mais reste malgré tout toujours plaisant à lire, bien que quelques-unes des péripéties qui choquent les personnages prêtent vraiment à sourire aujourd’hui. Je pense notamment à un passage avec une pièce de théâtre qui m’a personnellement beaucoup amusée à cause de la façon dont les personnages y réagissent.

Comme toujours avec l’autrice, j’ai passé un excellent moment de relecture et j’ai hâte d’ouvrir à nouveau un autre de ses romans 🙂

Publié dans Lecture | Tagué , , , | 2 commentaires

Les Romans meurtriers

Les Romans meurtriers. De Kim Tak-Hwan. Editions Philippe Picquier. 504 pages. 2003.

Joseon, 1778. Yi Myeong-Bang a arrêté et exécuté un auteur de romans qui a avoué avoir assassiné plusieurs personnes. Mais le doute s’installe: le romancier était-il vraiment coupable? L’aide des lettrés de l’Ecole de Baektap pourrait être précieuse pour y voir plus clair.

Quand ma copinaute Outis conseille un roman policier historique coréen sur fond de complots et de littérature, pas d’hésitation à avoir, je fonce! Et j’ai bien fait, car ç’a été une très bonne lecture 🙂

C’est un livre un peu compliqué à prendre en main pour un-e lecteur-trice occidental-e peu familier-e avec la Corée. Je ne vous cacherai pas que le contexte politico-historique et littéraire m’a parfois un peu perdue du fait de mon ignorance, mais plutôt que me freiner dans ma lecture, ça m’a donné envie d’aller combler les trous, ce qui est plutôt positif. Et beaucoup de choses sont tout de même expliquées au fil du récit.

Malgré des passages difficiles à suivre à cause de mon manque de connaissances, j’étais à fond dans l’histoire. Il faut dire que les personnages que l’on rencontre sont hauts en couleurs et qu’on n’a pas le temps de s’ennuyer en leur compagnie. Ils sont aussi assez attachants, pour la plupart, autant pour leurs défauts (le mauvais caractère et l’impulsivité ma placée de Yi Myeong-Bang, le côté Je-sais-tout de Kim Jin, etc) que pour leurs qualités (loyauté, soif de connaissances, courage, etc). On a envie de savoir ce qui va leur arriver, s’ils parviendront à démêler les fils d’une énigme policière particulièrement difficile.

Mais l’aspect policier du roman, s’il est bien mené et assez palpitant quand on approche de sa résolution, passe souvent au second plan. L’auteur passe finalement plus de temps à faire revivre pour nous une époque et ses moeurs, à travers le portrait de personnages réels qui se mêlent à d’autres purement fictifs. Il est également beaucoup question de littérature, mais aussi des différents courants de pensée. Les relations de la Corée de Joseon avec les pays voisins et l’Occident sont partie prenante d’un récit qui par ailleurs nous offre de belles scènes d’action.

J’ai appris beaucoup de choses grâce à ce livre, tout en passant un très bon moment avec ses protagonistes. C’était à la fois instructif, distrayant et souvent amusant, malgré le fait qu’on enquête sur des meurtres.

Très bonne lecture, je recommande vivement, en particulier si l’Histoire et  la littérature asiatiques vous intéressent.

Publié dans Lecture | Tagué , , | 4 commentaires

L’Etrangleur de Cater Street


L’Etrangleur de Cater Street. D’Anne Perry. Editions 10/18. 382 pages. 1979.

Londres, 1880. Des femmes sont sauvagement assassinées dans Cater Street, troublant la tranquillité de ses habitants très collet-monté. Les mondes complètement différents de Charlotte Ellison, jeune fille de bonne famille qui essaie de transgresser les interdits imposés par son père pour s’ouvrir au monde, et de l’inspecteur Pitt, le policier chargé d’enquêter sur l’affaire, vont brutalement s’entrechoquer.

Je n’avais jamais lu cette autrice, mais j’avais entendu parler de sa série consacrée à William Monk. Je n’avais jamais cherché à lire un tome de cette saga, du fait qu’il y était question d’un personnage amnésique et qu’en tant qu’amatrice de dramas coréens, j’ai l’impression de rencontrer assez d’amnésiques sans aller en chercher ailleurs 😆

Mais j’ai trouvé L’Etrangleur de Cater Street dans un boîte à livres et le pitch m’a interpelée. Je ne regrette pas de lui avoir donné sa chance, car j’ai vraiment apprécié ma lecture 🙂

Contrairement à ce qu’on pourrait croire, l’enquête passe presque au second plan: nous ne suivons pas l’inspecteur Pitt, mais essentiellement Charlotte Ellison, dans un huis-clos familial que j’ai trouvé très efficace. L’héroïne ne mène pas l’enquête, mais sa personnalité, en décalage avec les règles de la société victorienne et les diktats imposés par son père, et son désir de se libérer des carcans qu’on lui impose en font un personnage attachant et agréable à suivre. Au fil du roman, elle va découvrir des faits de société qu’elle ignorait et tout un monde va s’ouvrir à elle, bien qu’elle soit toujours tenue de respecter les interdits communs aux femmes de son milieu et de son époque. C’est d’ailleurs un des aspects que j’ai préféré dans ce livre: sa dimension féministe est très intéressante et amenée intelligemment.

Un huis-clos et une héroïne décidée à gagner de l’indépendance, il n’en fallait pas plus pour me plaire. Et pourtant l’autrice en donne davantage: les autres personnages sont tout aussi intéressants et bien construits; les différents évènements sont bien amenés; l’ambiance inquiétante, où tout le monde soupçonne tout le monde, est très réussie; quant à l’enquête, du moins sa partie officielle, si elle reste un peu en retrait, est assez haletante.

J’ai quelques reproches à faire à ce roman malgré tout. Pour commencer, j’ai trouvé assez facilement le qui, à défaut d’avoir compris le pourquoi. J’aurais aimé ne rien voir venir. Surtout que la conclusion est très abrupte et, de ce fait, un peu décevante. Quelques paragraphes de plus auraient suffi à la rendre plus satisfaisante. Pour finir, l’aspect romance de l’intrigue ne m’a pas vraiment emballée. Vu la façon dont c’est amené, je me demandais un peu ce que ça faisait là. Heureusement, ce n’était pas trop développé (d’un autre côté, ça rend les choses moins crédibles).

Malgré ces quelques points négatifs, j’ai passé un très bon moment avec ce livre, je n’arrivais pas à le lâcher, alors que concrètement il ne se passe pas tant de choses. Pour vous donner une idée de mon plaisir de lecture, je me contenterai de vous signaler que j’ai commandé le tome 2 de la série à peine avais-je refermé le premier ^^

Est-ce que vous suivez cette série? Qu’est-ce que vous en pensez?

Publié dans Lecture | Tagué , , , | 2 commentaires

Des petits nouveaux dans ma PAL: vraiment pas contente!

Je me réjouissais de recevoir cette commande, qui a pris un peu son temps pour arriver (impatiente, moi? Naaan!), tout en m’inquiétant un peu, parce que je testais une nouvelle boutique et que j’en avais eu des échos négatifs (après avoir passé ma commande, évidemment…)…

Bilan: sur 6 livres commandés, un seul est dans le « très bon état » annoncé, un ne l’est pas vraiment et 3 ne le sont pas du tout. Si vous avez compté, ça ne fait que 5 livres. Tout bonnement parce que le 6e n’était carrément pas dans le colis. J’ai envoyé un message au site, j’attends de savoir s’il a été oublié ou s’il arrive séparément. Comme on m’annonçait un seul colis, je ne suis pas très optimiste…

Je vous montre ceux qui sont arrivés:

Au cas où vous vous poseriez la question, la boutique concernée, c’est La Bourse aux Livres. Comme je la cite, je vous donne aussi ses points positifs: livraison offerte, colis soigné, catalogue assez fourni et un marque-page promotionnel offert. Pour moi ça ne contrebalance pas les défauts et je ne passerai pas d’autres commandes chez ce vendeur. A vous de voir si vous prenez le risque.

Si vous avez déjà eu affaire avec cette boutique, n’hésitez pas à partager votre avis dans les commentaires, qu’il soit positif ou négatif 😉

Et si vous avez lu un de ces livres ou que vous avez envie de les lire, ça m’intéresse, vous savez quoi faire en-dessous 🙂

Publié dans Blabla | Tagué , | 8 commentaires

Sériemaniac épisode #30: policier et thriller

ça fait longtemps que je n’ai pas parlé séries, par manque de temps et aussi parce que ma « consommation » a fortement diminué: j’ai du mal à en trouver qui me plaisent sur la durée et je préfère utiliser mon temps de cerveau disponible pour lire ou faire d’autres choses que rester devant mon écran. J’ai visionné les séries dont je vais vous parler aujourd’hui depuis assez longtemps, mais si je m’en souviens assez pour les mentionner, c’est qu’elles valent la peine d’être vues!

Kill it (Blue Eyes/Kirit/킬잇). Scénario de Son Hyeon Su. Réalisation de Nam Seong Wu. Chaîne: OCN. Avec: Jang Gi Yong, Nana, Ahn Se Ho, David McInnis, Jeong Hae Gyun. 12 épisodes de 60 minutes. Corée du Sud. 2019.

Kim Su Hyeon est un tueur à gages surentraîné qui remplit ses contrats sans se poser de questions tout en cherchant la vérité sur son enfance. La profileuse Do Hyeon Jin se lance sur ses traces, persuadée d’avoir affaire à un tueur en série.

Attention, ce drama n’est pas pour tout le monde! Ce qui se cache sous ce résumé a priori classique débouche sur des révélations particulièrement glauques et qui vont au-delà de meurtres commandités. Au fil de l’intrigue, les personnages découvrent une suite d’éléments plus ignobles les uns que les autres. Je ne peux pas vous en dire plus sans trop en dévoiler, mais si vous êtes sensible, ce drama n’est probablement pas fait pour vous.

Si la série n’est pas exempte de clichés propres aux dramas et aux thrillers en général, elle reste particulièrement efficace dans la construction de l’intrigue et dans le développement des personnages. A mesure que le passé se dévoile et que l’enquête avance, le spectateur assiste à des révélations infâmes, mais bien menées, horrifié par tant de noirceur. Il y a de bonnes scènes d’action, mais également de nombreux moments d’introspection. Le drama prend son temps pour développer les relations entre les différents protagonistes et proposer une plongée dans le glauque de plus en plus difficile à supporter.

L’intrigue connaît quelques longueurs, mais il est facile de devenir addict à cette série. Les images très travaillées, l’ambiance sombre, les excellents acteurs ne sont que quelques-unes des qualités de la série. Même si je n’ai pas trop apprécié le personnage féminin, il m’a été très facile de m’immerger dans cette histoire. Je n’aurais personnellement pas voulu écrire la fin de cette façon, mais sans doute était-elle inéluctable.

Un drama qui me confirme, une fois encore, la qualité des programmes proposés par la chaîne OCN. Je vous recommande très vivement celui-ci si vous êtes amateur-trice de thriller bien glauque.

***

Original Sin (Yuan Sheng Zhi Zui / 原生之罪). Scénario de ? Réalisation de Raymond Yip. Chaîne: iQiyi. Avec: Yin Zheng, Zhai Tian Lin, Bai Bing, Cherry Ngan. 24 épisodes de 50 minutes. Chine. 2018.

Suite à un meurtre particulièrement sordide, Lu Li, haut gradé de la police, et Chi Zhen, avocat plus ou moins marron lié à la pègre, font équipe afin de résoudre des enquêtes particulièrement compliquées. Le problème entre eux: le père de l’un a été condamné pour le meurtre de la soeur de l’autre.

Le point de départ de la série n’est pas particulièrement original: deux hommes que tout oppose sont contraints de travailler ensemble sur des affaires criminelles difficiles. Malgré le déjà-vu, ça fonctionne plutôt bien ici: il y a une belle alchimie entre les personnages principaux. Cette relation haine-amitié est crédible et s’affermit au fil des épisodes. Le casting réunit, outre ses deux têtes d’affiches, une galerie de très bons acteurs qui contribuent à créer un univers bien travaillé, dans lequel le spectateur s’immerge assez rapidement.

Les enquêtes ne sont pas forcément plus originales que le concept de départ, mais là aussi, ça fonctionne parce que le duo est très bon. La qualité de l’image, la multiplicité des décors et la musique contribuent à poser une ambiance très prenante. On oscille entre des crimes dont le coupable nous semble évident dès le départ et d’autres où les révélations sont plus surprenantes. Dans l’ensemble, la série reste très sombre, à l’image de l’humeur de personnages hantés par le passé.

Un drama à l’ambiance très réussie, qui pêche un peu par son manque d’originalité, mais qui devient rapidement assez addictif, surtout grâce à son casting irréprochable et à la bromance tourmentée qui évolue au fil des épisodes. La fin laisse en suspens le destin de ses protagonistes, ce qui m’a fait espérer une suite qui ne verra probablement jamais le jour. En l’état, ce fut une chouette découverte. A voir si vous cherchez une série policière classique portée par un duo d’anti-héros fort et attachant.

***

La suite au prochain épisode…

Et vous, vous aimez les séries? Vous en avez à me conseiller? 😉

Publié dans Séries | Tagué , , | 14 commentaires

Petits Arrangements avec l’Histoire

Les Chroniques de St-Mary livre 7: Petits Arrangements avec l’Histoire. De Jodi Taylor. Editions HC. 364 pages. 2015 (2021 pour l’édition française).

S’agissant d’un tome 7, je ne fais pas de résumé. Je vous renvoie à celui de l’éditeur si vous ne craignez pas les spoilers. Cet épisode est la suite directe du précédent: les personnages doivent faire avec les conséquences des derniers évènements et affronter de nouveaux défis, qu’ils soient ancrés dans notre époque ou dans une autre.

Pour voir mon avis sur les autres tomes: 1. Un Monde après l’autre. 2. D’Echo en Echos. 3. Une seconde Chance. 4. Une Trace dans le Temps. 5. Hier ou jamais. 6. En Cas de Problème.

Merci Agnès et les éditions HC pour cette lecture 🙂

Comme toujours avec cette série, la rigolade commence dès la présentation des personnages, dont le moins qu’on puisse dire est qu’elle nous met dans l’ambiance sans prendre de gants. Elle est également assez alléchante, puisqu’elle nous annonce à demi-mots qu’on va rencontrer un personnage mythique, j’en aurais presque frétillé d’anticipation 😆

Que vous dire sur un tome 7 que je n’aie pas déjà dit des tomes précédents? On est dans la même veine: on n’est pas dans le voyage temporel hyper travaillé avec détails scientifiques ou dans la véracité historique la plus stricte, plutôt dans l’aventure un peu brouillonne et la réécriture rigolote d’évènements réels du passé. Beaucoup plus fun qu’un cours d’Histoire, ce qui peut inciter le lecteur à se documenter un peu sur certains points, mais avant tout un bon divertissement.

La construction de l’intrigue reste la même d’un tome à l’autre: le récit est divisé en épisodes plus ou moins longs, qui se suivent (et se ressemblent parfois) et qui reposent les uns sur les autres (au cas où vous vous poseriez la question, il n’est pas possible de lire les tomes dans le désordre). L’inconvénient de cette construction est qu’entre chacun de ces épisodes, on rencontre des creux. Dans cet opus, certains de ces creux étaient un peu longuets. Ils m’ont incitée à faire des pauses dans ma lecture à un ou deux passages un peu ennuyeux parce que trop lents à repartir vers autre chose.

Malgré les défauts de ce tome et de l’ensemble de la série, j’attends toujours les nouvelles aventures de Max et St Mary avec une certaine impatience et, encore une fois, cette lecture a rempli son contrat: c’était distrayant et souvent hilarant. Un bon moment de lecture, j’ai hâte de lire le tome 8 🙂

Est-ce que vous suivez cette série?

Publié dans Lecture | Tagué , , , | 8 commentaires