Atelier d’écriture avec Abdelkader Djemaï #1

Samedi 15 novembre, ma médiathèque organisait un atelier d’écriture avec l’écrivain Abdelkader Djemaï, dans le cadre d’une manifestation qui s’appelle Les Ecrivains Voyageurs.

abdelkader-djemai-1

Je l’avoue, je ne connaissais pas cet auteur, mais je suis ravie d’avoir pu le rencontrer et je vais très rapidement remédier à mon inculture en me procurant quelques-uns de ses livres.

Abdelkader Djemaï est un habitué des ateliers d’écriture, il travaille notamment avec des collégiens et lycéens et il est visible qu’il adore ça. Un auteur tel qu’on les aime: passionné par son travail, chaleureux, accessible. Et très pédagogue.

En 2h30, nous avons fait 4 exercices, dont voici le 1er.

 ***

2251340851_2360a3c000_o

Exercice 1

Après un tour de table où chacun a proposé un mot, nous voici avec cette liste:

abhorrer – munitions – vivre – parenthèse – résilience – phare – hérisson – peuplier – couler – jaune d’or – Domino (le prénom) – lundi – huit

Le but de l’exercice est d’utiliser ces mots, tous dans l’idéal, pour écrire un petit texte. Le défi est non seulement de parvenir à caser le plus de mots possibles, mais aussi de faire ça en seulement 20 minutes.

En ce qui me concerne, il me faut toujours un temps fou pour démarrer, du coup j’ai écrit ce truc en catastrophe dans les 5 dernières minutes et je n’ai pas réussi à utiliser tous les mots:

La lumière jaune d’or perçait la nuit, guidant les navires à l’approche des terres. Appuyé au phare, un peuplier semblait monter la garde, longue parenthèse végétale entre la lande et la côte. Le gardien était venu s’y isoler, s’y rouler en boule tel un hérisson, y oublier les peines d’une existence abhorrée, y laisser couler le temps. Y chercher, enfin, des munitions pour vivre.

Pour moi, cet exercice a été très difficile. Il m’arrive de m’inspirer d’un ou plusieurs mots, mais là, c’était trop d’un coup et je n’arrivais pas à me fixer sur tout ça à la fois. Ensuite, j’ai été incapable de me rappeler la définition du mot « résilience » . Enfin j’ai totalement buggué sur le prénom « Domino », qui n’a trouvé aucun écho en moi.

Et bien sûr, le facteur temps m’a posé problème, parce que 20 minutes, c’est en moyenne le temps qu’il me faut pour me mettre en condition. Quand je suis seule, parce qu’avec une quinzaine de personnes autour de moi, j’avoue avoir eu un peu de mal à me détendre. D’ailleurs mon « stress » se voit sur mon texte:

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La 2e épreuve a été de lire mon texte devant les autres participants. Je ne suis pas forcément à l’aise à l’oral et ce ne sont pas les 2-3 pages pondues par certains en si peu de temps qui ont contribué à me détendre, mais finalement ça s’est plutôt bien passé du fait que je parlais devant des inconnus (oui je trouve ça plus facile de se mettre à nu devant des inconnus).

Les commentaires/conseils de Djemaï:

« On s’en fiche si on fait des fautes, on ECRIT! Parce que TOUS les auteurs font des fautes! »

Ne pas hésiter à utiliser un dictionnaire pour vérifier l’orthographe ou le sens des mots.

***

Je vous parlerai des autres exercices très bientôt 😉

Est-ce que vous avez déjà participé à un atelier d’écriture? Qu’avez-vous retiré de cette expérience?

Publicités
Cet article, publié dans Blabla, Mes gribouilles, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Atelier d’écriture avec Abdelkader Djemaï #1

  1. Madame_Love dit :

    Je n’ai jamais participé à ce genre d’atelier. Je pense que je préfère lire qu’écrire mais c’est vrai que ça a l’air assez distrayant comme exercice^^

  2. Mamzette dit :

    Jamais fait, pas le courage… Publier des écrits sur le net et faire face aux critiques m’a déjà causé suffisamment de sueurs froides, alors de vrais gens avec de vrais visages et de vraies voix?? Nan, nan. L’être humain et moi, c’est problématique. Ceci dit, ça me fascine de découvrir ton regard sur la chose 🙂

    • ducotedechezcyan dit :

      En fait, passé la 1e lecture, ça va. Le tout est de se lancer.
      Qu’est-ce qui te fascine au juste?

      • Mamzette dit :

        C’est très égocentrique, mais j’ai parfois tellement de mal avec le monde extérieur, que découvrir comment les autres le gèrent me fascine. En l’occurrence, l’atelier d’écriture est un truc auquel j’ai déjà songé plus d’une fois… Du coup, découvrir quels détails t’ont bloquée, lesquels t’ont libéré ou lesquels t’ont semblé anodin, voilà, ça m’intéresse. Je compare, j’étudie, je cogite, et surtout je bénéficie de tes conclusions sans avoir eu à le faire moi-même 😀

  3. ducotedechezcyan dit :

    J’ai aussi beaucoup de mal avec le monde extérieur, mais j’essaie de dépasser mes blocages et l’écriture est un bon moyen. Pour l’atelier, je me suis fait violence pour sortir de mon cocon et ça a été très positif et très inspirant 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s