The Book of Ivy

the-book-of-ivy-amy-engel-cover-vf

The Book of Ivy, d’Amy Engel, est une dystopie Young Adult située dans une ville américaine repeuplée après une guerre nucléaire.

Ivy a 16 ans et appartient à la famille du fondateur de la ville. Elle doit épouser Bishop, le fils du président, afin de maintenir l’unité parmi la population, lors d’une cérémonie commune à plusieurs dizaines de couples dont le mariage a été arrangé. Mais Ivy n’est pas celle que tout le monde croit. Sa mission: assassiner son mari afin de renverser le gouvernement.

Ce roman reprend une recette banale pour une dystopie: monde post-apocalyptique, mariage et/ou procréation obligatoire, antagonisme entre 2 factions opposées, romance, narratrice adolescente, etc. Et ici, je dois avouer que la sauce a plutôt bien pris. Les personnages sont assez attachants, même s’ils semblent très matures pour leur âge. Ivy est tellement tiraillée entre sa loyauté envers sa famille et son désir de rébellion d’un côté et son attachement naissant pour son mari de l’autre qu’on est maintenu en haleine tout au long du livre: va-t-elle remplir sa mission ou trouver un moyen de satisfaire les uns tout en sauvant l’autre?

Le style est agréable et la lecture avance rapidement. Le livre est épais, mais le texte est aéré et c’est écrit assez gros. Et puis, c’est du Young Adult, pas de phrases à rallonge ou de mots compliqués. L’affaire d’un après-midi pluvieux. Que je n’ai pas vu filer, j’ai été surprise de voir l’heure en tournant la dernière page!

Du côté des points négatifs, eh bien, le public-cible fait qu’on se trouve encore avec des héros très jeunes et quand même très matures pour leur âge, mais finalement on oublie assez vite que ce ne sont pas des adultes. Du moins, on l’oublierait si l’auteure ne nous le rappelait pas régulièrement…

D’autre part, j’ai trouvé que l’univers n’était pas assez développé, j’aurais aimé en savoir plus sur cette société et comment elle était née de la guerre. Là, c’est juste effleuré. J’aurais aussi apprécié de découvrir ce qui se trouve au-delà des murs de la ville et si/comment d’autres personnes avaient pu y survivre.

Enfin, les personnages secondaires manquent un peu de consistance, du fait qu’on est essentiellement centrés sur Ivy. Bishop prend de l’épaisseur au fil du récit, car on apprend à le connaître en même temps qu’Ivy, mais pour les autres, ils restent assez caricaturaux et auraient mérité d’être approfondis.

J’ai quand même vraiment apprécié ma lecture et n’ai eu aucun mal à m’immerger dans cet univers malgré ses défauts (sauf pour une chose: les quelques fautes qui n’ont pas été corrigées avant impression, ce que je trouve inexcusable).

L’histoire se termine sur une fin ouverte que j’ai trouvé satisfaisante, mais si une suite est prévue, je serais ravie de la lire et de découvrir ce qui va se passer après ça, car cette « non-conclusion » ouvre beaucoup de perspectives intéressantes.

Publicités
Cet article, publié dans Lecture, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

9 commentaires pour The Book of Ivy

  1. Mamzette dit :

    C’est moi, ou tu es d’une curiosité, euh… attends, le bon terme… sans fond? A chaque fois que je lis tes commentaires, tu dis que tu aurais aimé en savoir plus, en apprendre plus ou avoir plus de détails. Enfin, sauf quand il s’agit de la paysanne traumatisée renversée dans le foin par le châtelain, s’entend.

    Ps: juste un doute quant à la formulation de la chose, je précise que pour moi, c’est un compliment 😀

    • ducotedechezcyan dit :

      Je trouve dommage d’avoir à disposition un univers qui semble très riche et de ne pas savoir grand chose dessus, donc oui on peut dire que je suis curieuse. Je pense que mon erreur est de lire des livres YA au lieu d’en chercher qui soient plus fouillés…

  2. Madame_Love dit :

    Ton avis donne envie, les ingrédients traditionnel d’une dystopie jeunesse, mais un livre que tu as quand même apprécié, pour moi c’est bon signe 🙂
    Je te comprends, le YA a ses limites parfois mais bon, je le prends comme il vient (enfin j’essaie).
    J’ai l’extrait de ce livre, de quoi me faire une petite idée^^

    • ducotedechezcyan dit :

      Quand je lis un bouquin de ce genre, j’ai toujours peur que ça soit trop « gamin », en fait là ce n’était pas le cas. Une très bonne surprise. Hâte de connaître ton avis dessus!
      Bonne lecture 😉

  3. totorotsukino dit :

    je suis assez mitigée sur ce roman. Il se lit très facilement, mais beaucoup de points m’ont dérangée malgré tout :/

    • ducotedechezcyan dit :

      Qu’est-ce qui t’as dérangée?
      ça fait plusieurs mois que je l’ai lu, maintenant et ce sont surtout les points positifs qui me restent en mémoire, alors je me dis que ce qui m’a dérangée sur le coup ne devait pas tenir tant de place dans l’histoire.

  4. Ping : The Revolution of Ivy | Du côté de chez Cyan

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s