A l’Hôtel Bertram

à l'hôtel bertram - agatha christie

A l’Hôtel Bertram est un roman d’Agatha Christie mettant en scène Miss Marple.

La nièce de Miss Marple lui offre un séjour à l’hôtel Bertram, un hôtel londonien « à l’ancienne » où on retrouve l’atmosphère du début du 20e siècle. L’intérêt de la vieille dame est éveillé par une ambiance qui lui semble bizarre et des clients au comportement étrange. En parallèle, la police enquête sur un gang de malfaiteurs qui cambriole des banques et dévalise des trains.

L’originalité de ce roman réside dans le fait qu’il n’y a pas de crime à résoudre, mais un mystère qui prend de l’épaisseur avant de déboucher sur un crime dont la résolution se fait en quelques pages. L’intrigue repose avant tout sur l’ambiance de l’hôtel et une galerie de personnages rassemblés dans une sorte de huis clos oppressant. On est dans l’expectative tout au long dans l’intrigue, on se demande ce qui va arriver et comment l’auteur va asséner son coup de théâtre final. Finalement, ça ne débouche sur rien de spectaculaire, mais ça n’en est pas moins réussi pour autant. Même si j’avais deviné une partie de la résolution du mystère, j’ai été agrippée à mon livre jusqu’à la fin.

Comme souvent chez Agatha Christie, les personnages servent de trame au récit. Miss Marple n’est qu’une observatrice qui intervient à peine, au point que parfois on oublie carrément qu’elle est là, quelque part où on ne la voit pas.

En ce qui me concerne, je me suis prise d’affection pour le chanoine Pennyfather. A la fois drôle et touchant, ce brave homme d’église que les autres personnages qualifient charitablement « d’étourdi » (et qu’on soupçonnerait aujourd’hui d’être atteint de la maladie d’Alzheimer) est à lui seul la clé de la résolution du mystère. Ses trous de mémoire à répétition et ses aventures frisent le rocambolesque, mais, s’ils prêtent à sourire, ils rendent ce personnage improbable particulièrement attachant alors qu’on en sait finalement très peu sur lui.

Je ne m’attarderai pas sur le style, c’est du pur Agatha Christie. Un peu agacée que mon édition, dénichée dans une brocante et datant des années 60, soit bourrée de coquilles qui font mal aux yeux.

Une lecture assez addictive, bien que l’intrigue n’ait rien de très original ou de vraiment passionnant, ce qui en dit long sur le talent de l’auteure pour embobiner ses lecteurs.

Publicités
Cet article, publié dans Lecture, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour A l’Hôtel Bertram

  1. Dareel dit :

    Ahh voilà une idée originale d’Agatha Christie à lire, ça change de ses titres les plus connus. 🙂

  2. Cassie dit :

    ah j’aime Agatha Christie 😉 mais je ne crois pas avoir lu celui là 😉

  3. Ping : Ce que j’ai lu en juillet | Du côté de chez Cyan

  4. Cathy dit :

    C’est un de mes préférés ! J’adore l’ambiance qui se dégage des descriptions !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s