La Formule de Dieu

81oC8HHMBEL

La Formule de Dieu est un thriller scientifico-ésotérique de Jose Rodriguez Dos Santos mêlant mathématiques, théories de physique quantique, religions et espionnage.

Tomas Noranha est professeur d’histoire et de cryptologie dans une université portugaise. Au cours d’un voyage professionnel, il est recruté par Ariana une scientifique iranienne pour déchiffrer un mystérieux manuscrit rédigé par Einstein. La CIA saute sur l’occasion pour l’obliger à jouer les agents doubles et espionner le programme nucléaire iranien. S’ensuivent une série d’aventures à travers le monde à la recherche de la mystérieuse Formule de Dieu mise au point par Einstein.

J’avais déjà lu des thrillers ésotériques, mais c’est la 1e fois que je me lance dans un thriller ésotérique ET scientifique. J’ai toujours été nulle en sciences au lycée et, à moins qu’une théorie de physique quantique ait été expliquée par Rodney MacKay dans Stargate Atlantis, je suis totalement ignare en la matière. Comme vous voyez, je pars de très très loin dans les limbes de l’ignorance scientifique ^^ Et dans ce roman, des théories scientifiques, il y en a beaucoup. Genre la moitié du bouquin. Au moins. Ce qui fait quand même beaucoup, même quand on est très intéressée par toutes ces choses.

Le roman est une alternance d’aventures vécues par Tomas et de dialogues expliquant des théories scientifiques, dont certaines sont vraiment balèzes, ou ésotériques. Le personnage principal étant presque aussi ignorant que moi sur la question, ces dialogues permettent à l’auteur de vulgariser un contenu scientifique souvent très abstrait qu’il n’est pas toujours évident d’ingurgiter. En ce qui me concerne, arrivée à la moitié du livre environ, je n’arrivais plus à assimiler ce que je lisais. C’était très intéressant, mais c’était trop de choses à la fois pour moi. Inutile de dire que j’ai fait de très nombreuses pauses au cours de ma lecture. Il m’a fallu plus d’un mois pour arriver à la fin.

Tomas est un genre d’anti-héros assez sympathique mais dont le gros défaut est la grande naïveté. Il se laisse embarquer dans tout un tas de mésaventures sans réfléchir vraiment à ce qu’il fait ou à ce qu’il risque. Il accorde sa confiance en dépit du bon sens très souvent et il semble parfois miraculeux qu’il parvienne à se sortir d’autant de situations désespérées. La plupart des personnages à qui il a affaire sont immensément retors et manipulateurs dans le meilleur des cas, extrêmement dangereux dans le pire. Pour finir, on a également les parents de Tomas dont l’intrigue s’entrecroise avec l’histoire principale et quelques professeurs dont l’intérêt est qu’ils expliquent les fameuses théories scientifiques qui permettent de faire avancer l’intrigue.

J’ai bien aimé cette histoire et j’ai appris beaucoup de choses, mais je dois reconnaître que certains passages de ce roman m’ont semblé très indigestes. Les théories scientifiques, c’est bien, voire passionnant, mais là ça faisait beaucoup, voire trop. C’est vraiment ambitieux de la part de l’auteur, mais peut-être un peu optimiste quant à la capacité du lecteur lambda à comprendre ET retenir tout ça jusqu’à la fin du roman. Après 3 ou 4 théories je commençais déjà à oublier ce qu’on m’avait expliqué avant. Et en plus j’étais toute angoissée par ce dont je me rappelais ^^

Pour ce qui est du style, il m’a déstabilisée au début, dans la façon de décrire les personnages qui entraient en scène. On a ici et là tout au long des 700 et quelques pages des passages où les tournures étaient différentes de ce à quoi je suis habituée et qui m’ont fait un peu tiquer. Différence culturelle ou « problème » de traduction? ça n’entrave pas la compréhension, mais ça a troublé un peu ma concentration. Quant aux dialogues contenant les explications scientifiques, c’est assez répétitif, toujours présenté de la même manière, mais j’imagine mal comment l’auteur aurait pu faire autrement pour nous expliquer tout ça, donc c’est probablement un mal nécessaire.

Au final, je ressors de ma lecture un peu mitigée. L’histoire est bonne, les personnages intéressants. Quelques défauts de style, mais rien d’insupportable. Par contre les théories scientifiques, bien que passionnantes, étaient trop compliquées pour moi. J’ai saisi l’essentiel, mais je me suis rapidement sentie submergée par toutes ces informations qui ont rendu ma lecture assez laborieuse. D’autre part il faut bien 500 pages avant que les protagonistes comprennent ce que le lecteur a compris dès le début (et qui d’ailleurs ne nécessitait pas autant d’explications scientifiques ^^).

Néanmoins je vous conseille ce roman original et instructif, qui aborde beaucoup de sujets scientifiques et ésotériques, mais aussi l’actualité mondiale et nous apprend beaucoup de choses sur des pays tels que l’Iran ou le Népal. D’ailleurs je pense lire d’ici quelques temps un autre roman de cet auteur (mais sûrement pas tout de suite 😛 ).

***

La Formule de Dieu. De Jose Rodriguez Dos Santos. Editions Pocket.

Publicités
Cet article, publié dans Lecture, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour La Formule de Dieu

  1. juliesuitsonfil dit :

    Je n’ai pas trop accroché 😦

  2. Madame_Love dit :

    Il a l’air très intéressant, mais je pense que je préfère lire des choses moins complexes, surtout avec autant de pages.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s