La Rose Blanche

1396720-gf

La Rose Blanche, sous-titré Six Allemands contre le Nazisme, est un témoignage d’Inge Scholl sur le combat de son frère et sa soeur contre la dictature hitlérienne.

Sophie et Hans Scholl sont 2 étudiants qui ont grandi dans l’Allemagne des Jeunesses Hitlériennes. D’abord enthousiasmés par l’esprit patriotique et la fraternité enseignés par ces groupements mis en place par les nazis, ils comprennent au fil des années que leur pays est sous le joug d’une dictature haineuse qui conduit le pays à sa perte. Malgré les surveillances constantes, les dénonciations et le climat malsain dans lequel ils vivent, ils fondent, avec quelques amis, le groupe résistant La Rose Blanche, qui dénonce le régime à travers des tracts. Rapidement les jeunes gens sont dénoncés,, arrêtés, jugés et exécutés.

Ce témoignage bat en brèche la théorie du « Allemand = Nazi » en nous racontant un épisode peu connu de la Deuxième Guerre Mondiale. Non, tous les Allemands ne soutenaient pas Hitler. Oui, il y a eu des résistants au régime hitlérien en Allemagne. Ils ne faisaient pas sauter des ponts ou des chemins de fer comme dans les pays occupés, ils luttaient à leur manière, sur le plan intellectuel, pour éveiller les consciences de leur pays. Et ils ont été exécutés pour ça, comme bien d’autres résistants ailleurs en Europe.

J’ai été très intéressée par cette lecture, mais je dois reconnaître que je ne me suis pas sentie aussi touchée que j’aurais cru l’être. En grande partie parce que, si le contexte est bien posé, le récit de la lutte de La Rose Blanche contre le nazisme m’a semblé trop succinct, presque survolé. S’agissant d’un récit écrit par la soeur des protagonistes, j’espérais en apprendre plus. J’ai trouvé que le sujet aurait mérité d’être plus approfondi, qu’il aurait dû y avoir plus de choses à dire sur le combat de ces jeunes Allemands.

Pour une 1e incursion dans le sujet, ce livre permet de découvrir les grandes lignes de la courte histoire de ce groupe de résistants, mais est très loin d’être exhaustif, malgré la présentation des tracts de La Rose Blanche à la fin. Une lecture instructive, donc, mais trop succincte pour répondre à toutes mes attentes: moins d’1h avant d’arriver à la dernière page! C’est trop court!

***

La Rose Blanche. Six Allemands contre le Nazisme. De Inge Scholl. Editions de Minuit. 156 pages.

Publicités
Cet article, publié dans Lecture, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour La Rose Blanche

  1. mamzette dit :

    Passionnant, j’ajoute à ma liste! Mais pour plus tard, vu que comme pour le reste, j’ai eu aussi ma période Seconde guerre mondiale et j’en ai lu un paquet. Un tel paquet, en fait, qu’après j’ai eu une période licornes et paillettes, pour compenser.

  2. Ping : Lettres et Carnets | Du côté de chez Cyan

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s