Ils ne me laisseront pas un souvenir impérissable #5

51QU4QT3CEL._SY344_BO1,204,203,200_Contes et Légendes des Châteaux de la Loire est un recueil d’anecdotes plus ou moins historiques que Grande Belette avait rapporté de notre journée à Chambord. Titre et couverture prometteurs, mais contenu décevant.

Les histoires racontées ici sont parfois décousues, parfois n’ont aucun rapport avec une quelconque légende et, surtout pâtissent du style de l’auteure. Car Nicole Lazzarini abuse des mots « anciens » et nous inonde d’icelles, icelui, ains et autres onc. Sans parler de tous les termes d’époque qui sont censés préciser le propos mais ne sont pas expliqués et laissent donc le lecteur perplexe (c’est quoi un pourpris? Mystère!). Une lecture décevante.

***

La Plantation - Leila MeachamLa Plantation est un roman historique se déroulant avant la Guerre de Sécession aux Etats-Unis. Mariée de force à un planteur partant vers l’ouest, l’héroïne devra affronter la dure vie des pionners avant de construire sa vie au milieu des esclavagistes alors qu’elle est abolotionniste.

Après une 1e partie interminable où la situation de départ nous est exposée dans le détail, les parties suivantes sont composées de petits sauts dans le temps pour faire avancer l’intrigue à des points précis. Du coup l’évolution de la psychologie des personnages a manqué de précision, idem pour les évènements qui jalonnaient leur vie, mais n’intéressaient pas suffisamment l’auteure.

D’autre part, j’ai trouvé le style plus que moyen, ce qui a contribué à mon désintérêt croissant pour l’histoire. Ce livre est apparemment la préquelle de Les Roses de Somerset et est probablement destiné uniquement à remplir les blancs laissés dans le 1er tome. J’ai eu beaucoup de mal à arriver au bout et je ne me souviens déjà plus du nom des protagonistes, c’est dire à quel point ma lecture m’a ennuyée.

***

000530471Les Perses est une pièce d’Eschyle écrite à la suite de la bataille de Salamine: l’armée perse du roi Xerxès voulait s’emparer d’Athènes et s’est pris à cette occasion la plus grosse déculottée de l’histoire antique.

Histoire de bien enfoncer le clou et de réjouir ses concitoyens athéniens, Eschyle raconte l’histoire du point de vue des Perses restés au pays, qui découvrent l’ampleur du désastre et se lamentent sur leur défaite. On l’entend limite jubiler derrière les mots qu’il met dans la bouche des vaincus.

Le concept est assez marrant à cause du côté jouissif voulu par l’auteur (le coup de l’arroseur arrosé marche à tous les coups), mais concrètement c’est le récit d’une défaite et des lamentations qui s’ensuivent, ce qui n’est pas follement passionnant quand on n’est pas un Athénien revanchard du 5e (?) siècle avant JC.

Publicités
Cet article, publié dans Lecture, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Ils ne me laisseront pas un souvenir impérissable #5

  1. J’adore ce concept ! Je devais peut-être lire La plantation pour un Book Club et bien au vu de ta revue, heureusement qu’il n’a pas été tiré au sort ! ^^
    Bises

  2. Ping : Challenge avec moi-même #3 | Du côté de chez Cyan

  3. Ping : Challenge avec moi-même #5 | Du côté de chez Cyan

  4. Ping : Orestie: Agamemnon, Les Choéphores, Les Euménides | Du côté de chez Cyan

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s