Blablas de blogueuse #10

keep-calm-and-bla-bla-bla-5

MES TRUCS DE LIVROPHAGE

Il y a quelques temps, Madame_Love, du blog Un livre peut en cacher un autre, avait publié un billet très intéressant où elle se qualifiait de « lectrice escargot » et disait qu’elle appréhendait parfois les gros pavés parce qu’elle savait qu’elle allait y passer du temps.

Alors évidemment, il n’y a pas de mal à passer beaucoup de temps sur un livre, au contraire quand on aime ce qu’on lit, on a envie de rester dedans le plus longtemps possible 🙂 A côté de ça, quand on est un(e) lecteur/trice assidu(e), on a aussi envie de lire toujours plus de livres. ça se soigne peut-être, en tout cas en ce qui me concerne je trouve que c’est une addiction plutôt inoffensive et je n’ai pas envie de changer ça.

Et parce que j’ai à la fois envie de passer beaucoup de temps dans les univers que j’aime ET de lire toujours plus de livres, j’ai quelques astuces qui me permettent d’être une livrophage acharnée.

  • Lire plusieurs livres à la fois. En variant les genres, les styles, les formats. Par ex, un gros pavé + un livre très court. Ou un polar glauque + un livre jeunesse. Le tout est de choisir des livres totalement différents où on ne risque pas de confondre les intrigues ou les personnages. J’ai toujours au moins 3 livres en cours, je suis allée jusqu’à 6, mais là je reconnais que c’est parce qu’aucun ne me plaisait vraiment et que du coup j’avais du mal à avancer dans tous.
  • Ne pas insister quand un livre ne me plaît pas. Je ne fréquente pas des gens qui m’ennuient, je ne mange pas des plats que je n’aime pas, je ne porte pas des vêtements qui ne me vont pas, etc. Pourquoi devrais-je forcer à lire un livre qui ne me plaît pas?
  • Choisir des lectures adaptées au moment où je les lis. ça peut paraître idiot, mais un livre ne se lit pas n’importe où et n’importe quand pour moi. Par ex, le soir je vais lire des histoires pas trop compliquées, de préférence avec une mise en page aérée, des gros caractères ou avec beaucoup d’illustrations (des livres jeunesse par ex). Si on doit s’abîmer les yeux pour déchiffrer une page, on ne risque pas d’avancer. De la même manière, s’il fait 40° dehors, je ne vais pas lire un livre qui se passe dans le désert ou en temps de canicule, je choisirais plutôt quelque chose qui se passe en plein hiver, où il fait froid ou encore qui se passe près de l’eau.
  • M’octroyer des plages de lecture prédéfinies. Par ex, je lis tous les matins 1/2h ou 3/4 d’heure en buvant mon thé, souvent aussi à l’heure du déjeuner si je suis seule et quand le temps (pluie torrentielle ou canicule infernale) m’oblige à rester chez moi. A part les désastres météo, ce sont des moments que j’attends avec impatience et, avec l’habitude, mon cerveau attend sa nourriture livresque avec autant d’appétit que mon estomac sa demi-tablette son carré de chocolat post-déjeuner.
  • Ne pas me forcer à lire quand je n’en ai pas envie. De même qu’on ne mange pas quand on n’a pas faim (ok, mauvais exemple ^^) ou qu’on ne remplit pas le réservoir de sa voiture quand il y a déjà de l’essence, se forcer à lire alors qu’on n’en a pas envie, juste parce qu’on aurait le temps d’avancer ou qu’on veut absolument finir un bouquin, ça n’a pas de sens (à moins de lire pour le travail ou l’école, mais là c’est une autre histoire).
  • Avoir toujours un livre dans mon sac. J’ai la chance de faire partie des gens qui peuvent lire à peu près n’importe où (enfin à condition que le livre me plaise évidemment). Alors quand j’ai de l’attente quelque part, chez un médecin, dans une administration ou autre, un bon bouquin est un meilleur compagnon qu’un magazine de potins ou les vieilles dames qui se racontent leur dernière opération. Si on est interrompue au bout de 3 phrases, ce ne sera pas un problème de les relire quand on aura plus de temps, mais si on a lu 3 chapitres, on a eu le temps d’entrer dans l’histoire et de l’apprécier.
  • Lire des livres papier. Ce point-là me concerne moi, mais je sais que tout le monde n’a pas le même ressenti que moi à ce sujet. Je ne dénigre en aucun cas les liseuses et les e-books, c’est juste que le côté « impalpable », « dématérialisé » ne me correspond pas. Rien que le fait de ne pas voir le livre, sa couverture, l’épaisseur, etc, ça me freine dans ma lecture. Déjà parce que je ne vois pas le livre et que du coup je ne pense pas à le lire (genre « loin des yeux, loin du coeur », en quelque sorte ^^), j’ai vérifié et l’an dernier j’ai dû lire seulement 2 e-books sur environ 120 livres lus, BD non comprises. J’aime l’aspect « sensoriel » des livres papier: le toucher, le bruit des pages, l’odeur (des livres neufs plus que des vieux livres moisis évidemment 😆 ), le poids entre les mains et last but not least, j’aime voir les jolies couvertures de mes livres. Ceux qui sont en cours m’appellent, quand je passe à côté je pense à ce que j’ai lu et je m’interroge sur ce que je vais lire; ceux que j’ai déjà lus, une fois rangés dans mes bibliothèques, me rappellent tous les bons moments passés avec eux. Tout ce côté-là me manque avec les livres numériques. Et en plus je lis beaucoup plus vite sur le papier que sur un écran.
  • Être bien installée/respecter mon petit rituel. Si quand je suis à l’extérieur, un bout de trottoir ou un coin de mur (c’est du vécu ^^) peuvent me suffire, quand je suis chez moi je n’ai aucune raison de ne pas m’installer le plus confortablement possible. Mon petit coin lecture à moi, c’est la méridienne de mon canapé. Avec des coussins moelleux, un plaid quand il fait froid + mon chat sur les genoux pour le côté doudou. J’ajoute une boisson, de quoi grignoter, des mouchoirs si nécessaire (pas parce que je pleure, parce que je suis allergique à la poussière et que certains vieux livres me font renifler ^^). Et pour être sûre de ne plus avoir à bouger une fois bien installée, ne pas oublier de prendre mes précautions avant de m’asseoir 😛 Le bain parfumé est aussi pas mal, dans le genre détente.

Pour ce qui est de lire plus vite, ça peut aussi s’apprendre (je me souviens avoir fait des exercices de ce genre au collège), mais je crois que c’est une question de pratique. C’est comme les gens qui courent, plus ils s’entraînent, plus ils vont vite et plus ça leur est facile. Après si on veut lire vite juste pour dire qu’on lit vite, je ne vois pas trop l’intérêt. Pour moi, lire plus, c’est avant tout lire mieux, finalement, et surtout prendre ce temps pour soi, se faire plaisir, se chouchouter. Et pouvoir lire plus de livres, aussi, évidemment 🙂

J’espère que ce billet vous a plu, si vous avez des trucs de livrophage à partager, n’hésitez pas 😉

Publicités
Cet article, publié dans Blabla, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Blablas de blogueuse #10

  1. cassie dit :

    oh il est génial ce billet, j’aime le parallèle que tu fais pour « justifier » que tu ne termines pas un livre qui ne te plait pas, je ne me gêne plus non plus, avant je culpabilisais mais plus maintenant, comme tu dis cela doit rester un plaisir et on a aucune raison de se forcer 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s