Nââândé!?

Nâââ,dé!?

Nââândé!? D’Eriko Nakamura. Editions Pocket. 125 pages.

La narratrice est une japonaise ayant épousé un Français et vivant à Paris. Elle nous raconte ici le choc des cultures et nous propose des comparaisons entre son pays et la France.

La 4e de couverture présente ce livre comme un « choc brutal et désopilant ». Je n’irai pas jusque là. Si vous vous attendez à une grosse rigolade, vous serez déçus. La comparaison entre la France et le Japon et les situations qui découlent de la méconnaissance des coutumes des 2 pays par les uns ou les autres amènent effectivement quelques passages assez drôles. Mais l’intérêt de Nââândé!? réside dans cette comparaison, selon moi, et pas dans l’hilarité qu’on est supposés ressentir devant les incompréhensions entre les 2 cultures.

J’ai vu que certains lecteurs avaient été énervés par les critiques qu’émet l’auteure sur notre capitale et certaines de nos habitudes. Personnellement, ça ne m’a pas choquée: Paris est effectivement une ville avec des endroits sales, des conducteurs dangereux et des gens bruyants et indisciplinés. Comme tous les endroits habités.

Il me semble que les défauts du livre sont ailleurs. Déjà, l’auteure idéalise à mon avis grandement le Japon et Tokyo (nostalgie de la mère-patrie?), ce qui est compréhensible, d’autant qu’elle n’a pas promis d’être objective. Ensuite, et là est selon mois le plus gros point négatif de ce livre: les cercles où évolue Eriko Nakamura sont assez huppés a priori et le fait qu’elle les considère comme représentatifs de la société française est franchement réducteur. Même si elle avoue qu’un séjour en Normandie lui a permis de découvrir qu’il y a une différence entre les gens qu’elle fréquente et ceux que moi j’ai envie d’appeler les « vrais gens » (ceux que vous et moi fréquentons au quotidien, pas des philosophes de salon ou autres sous-jet-setteurs noctambules). En gros, elle généralise énormément en se basant sur le petit environnement qui est le sien. Pour finir avec les défauts, le placement de produits pour les cosmétiques de son mari m’a fait tiquer.

Si je ne me suis pas reconnue dans le portrait que l’auteure fait des Français, Nââândé!? a cependant été une lecture intéressante et instructive. J’ai appris beaucoup de choses sur le Japon, du moins le Japon tel qu’il est vu par une Japonaise. Elle n’hésite pas à souligner certains aspects peu attrayants de sa culture (notamment la place des femmes dans la société), même si globalement les comparaisons sont la plupart du temps en défaveur de Paris. Ceci dit, la description qui est faite de notre pays m’a donné l’impression d’être moi-même aussi étrangère à cette France-là qu’au Japon ^^

Le style est agréable et très vivant, le livre est très court. La lecture est rapide et plaisante et j’ai trouvé ce témoignage intéressant, à défaut d’être aussi drôle que voulait le faire croire l’éditeur (ceci dit, les Parisiens décrits là se bidonnent peut-être en le lisant? s’ils ne sont pas trop vexés ^^).

A noter que Pocket a pris la précaution de préciser qu’il s’agit d’un roman sur la couverture, alors qu’il s’agit plutôt d’un témoignage à la base. Parce que ça passe mieux de laisser penser que c’est une fiction?

Quoi qu’il en soit, si vous êtes intéressés par la culture japonaise, ce livre présente un point de vue intéressant, tout en restant léger, qui pourra vous plaire. Il est également suffisamment bref pour que sa lecture ne soit pas ennuyeuse sur la durée.

Je serais curieuse de connaître votre avis si vous avez lu ce livre 😉

Publicités
Cet article, publié dans Lecture, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

9 commentaires pour Nââândé!?

  1. J’ai lu ce livre juste avant de m’installer à Tokyo et j’ai trouvé le livre assez caricatural : les Parisiens que l’auteure fréquente ne sont pas M. et Mme Tout-le-monde et ce qu’elle dit des Tokyoïtes n’est pas toujours vrai. Par exemple elle parle des chauffeurs de taxi aux gants blancs, or beaucoup d’entre eux ne portent pas (plus ?) de gants blancs. Elle semble évoluer dans une sphère très particulière, tant au Japon qu’en France. Cela dit, ce qu’elle raconte sur la propreté au Japon est vrai, sur ce point nous avons beaucoup à apprendre…

  2. Je n’ai pas lu ce livre et ce que tu en dis ne me donne pas envie de le lire. Merci pour cette chronique (très bien faite, d’ailleurs) qui m’aura évité un achat que j’aurais peut-être regretté. 🙂

    • ducotedechezcyan dit :

      Merci 😉
      Je ne regrette pas ma lecture, malgré ses défauts, j’ai trouvé qu’il y avait des choses intéressantes dans ce livre.

  3. Ah, dommage, je venais juste de repérer ce livre en librairie. Le titre m’avait donné très envie, la 4ème de couverture un peu moins (tout comme la couverture, vraiment trop kitschouille pour moi), du coup j’hésitais. Mais ta chronique a confirmé mes appréhensions et je ne pense pas acheter Nââândé!?, dommage, surtout que je suis une grande passionnée du Japo (entre études à la fac et voyage là-bas il y a quelques années). Mais si je le trouve en bibliothèque je l’emprunterais probablement, plus par curiosité que par envie pour le coup 🙂

    • ducotedechezcyan dit :

      Si je ne l’avais pas troqué, je ne crois pas que je l’aurais acheté moi non plus. C’était quand même intéressant, par contre c’est décevant que le contenu ne corresponde pas à ce qui est annoncé.

  4. Ping : Challenge avec moi-même #5 | Du côté de chez Cyan

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s