Blablas de blogueuse #11

keep-calm-and-bla-bla-bla-5

Suis-je influençable?

Depuis quelques années, je suis un nombre croissant de blogs et de chaînes Booktube, à cause desquels grâce auxquels le nombre de livres dans ma PAL et ma wish-list grimpe considérablement chaque semaine. Pas que j’aie été spécialement raisonnable niveau achats livresques avant, mais je dois reconnaître que mon budget livres a doublé, voire triplé depuis que je fréquente tous ces blogs et chaînes…

Alors, suis-je influençable?

Oui, dans le sens où j’ai envie de découvrir un livre dont on me parle en bien. Quand un autre lecteur a adoré une histoire, même si le thème ne me donnait pas envie à la base, j’ai du mal à résister… C’est comme ça que j’ai fait de jolies découvertes, mais aussi que j’ai lu des bouquins qui n’étaient clairement pas faits pour moi et que j’ai détestés ou, au moins, qui m’ont bien énervée. Il m’est quand même difficile de résister à des titres conseillés par des blogueurs/euses ou booktubeurs/euses dont je partage généralement les goûts en matière de lectures.

Non, dans le sens où les « livres-phénomènes » me font fuir. Quand tout le monde encense un bouquin, rien que la mention du titre ou du nom de l’auteur me donne envie de partir en courant et de ne JAMAIS poser les yeux dessus.

Raison pour laquelle je n’ai pas lu toutes ces sagas que tout le monde adore, comme Twilight, Harry Potter, Divergent et autres Hunger Games. En ce moment, la multiplication des avis dithyrambiques sur les livres de Samantha Bailly me fait zapper des vidéos ou des billets complets. La productivité de l’auteure dans tous les genres fait qu’on voit ses livres partout et, sans rien avoir lu d’elle, j’ai envie de fuir à la moindre mention de son nom (pourtant, sur le papier sa trilogie Oraisons est faite pour moi). Elle succède dans cet effet « aversion » à Charlotte Bousquet dont à une période je ne supportais plus d’entendre le nom, bien que j’aie aimé le seul de ses livres que j’aie lu (Venenum) et que j’aie dans ma PAL Là où tombent les Anges.

Si je n’ai pas trop de mal à éviter les livres trop très à la mode (et là, en ce qui me concerne, la blogo-booktubosphère fait plus de mal que de bien), j’en ai plus à ne pas me laisser tenter par des titres moins plébiscités, mais qui ne me rebutent pas à cause de l’excès de promo qui les entoure (et, à côté de ça, le nombre de livres que j’achète en suivant mes propres envies en librairie est loin d’être négligeable).

Mais dans un sens, est-ce que refuser de lire un livre trop à la mode, ce n’est pas quelque part se laisser influencer aussi? Qu’en pensez-vous? Et est-ce que vous avez l’impression, vous aussi, d’être influencés dans vos achats par ce que vous voyez sur la blogo/booktube?

Publicités
Cet article, publié dans Blabla, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

22 commentaires pour Blablas de blogueuse #11

  1. cassie dit :

    oh sujet très intéressant. Comme toi j’ai tendance à fuir certains livres dont on parle trop. Après je ne sais pas si je suis influençable, mais il est clair que la blogo est une mine d’information et que j’ai découvert des livres que je n’aurais jamais découvert dans ma petite librairie de quartier ou même que je n’aurais pas regardé 😉

    • ducotedechezcyan dit :

      Comme toi, je découvre beaucoup de livre grâce à la blogo, mais je vais plutôt vers ceux qu’on ne voit pas partout 😉

  2. J’aime bien booktube mais j’attends souvent d’avoir lu des chroniques rédigé pour savoir si le livre en question peut me plaire, car je trouve que cet aspect « promotion de masse » est plus présent sur booktube, on y vend une couverture et un résumé plus qu’un contenu, mais en même temps j’aime bien car justement l’accès étant plus facile on découvre plein de titre. Par contre la blogosphère est la source de plein de craquages! Mon carnet wishlist n’arrête pas de s’étendre! J’ai encore noté un livre il y a 5 minutes! Pour répondre à ton autre question je trouve que refuser un livre parce qu’on en parle trop c’est aussi se laisser influencer. Il est vrai qu’au cinéma et pour les livres que les gros coups de pubs ne se font pas toujours sur les meilleurs œuvres mais si ils sont plébiscités par le public c’est qu’il y a tout de même une raison. Il m’arrive de ne pas avoir envie de lire certains auteurs très plébiscités simplement parce que je sens qu’ils ne sont pas faits pour moi (je pense à ton exemple sur Samantha Bailly) mais je n’irai pas fuir un auteur qui m’attire juste parce que tout le monde en parle (Je suis ravie d’avoir découvert Colleen Hoover par exemple). Après tout tu es la lectrice et tu choisis tes livres parce qu’ils te plaisent, que les autres en parlent ou pas ^^ L’avis des autres nous aide pour nous repérer au milieu des livres mais au final c’est nous qui lisons pour nous même et pas les autres^^ Désolée pour ce commentaire trèèèèèèès long, je m’arrête là ^^

    • ducotedechezcyan dit :

      Tu as bien fait de faire long, ce que tu dis est très intéressant 😉
      Je suis à la fois d’accord et pas d’accord sur le fait de fuir un auteur parce qu’on en parle trop: oui c’est bête de le fuir pour ça, mais d’un autre côté l’effet de masse est-il vraiment un gage de qualité? Et si la qualité est bien là, est-ce que cet excès de promo ne crée pas des attentes trop élevées pour réellement apprécier sa lecture?
      Là je pense par ex à Les Fiancés de l’Hiver, que j’ai trouvé sympa, mais qui m’a déçue à cause des attentes créées par tous les supers avis que j’avais vus partout. Alors que si je l’avais lu avant de voir tous ces avis, mes attentes n’auraient pas été les mêmes et j’aurais pu peut-être l’apprécier différemment. Tu vois ce que je veux dire?

  3. Zina dit :

    Marrant cette question, je vois pour ma part qu’il est maintenant assez rare que j’aille à la découverte. Avant je choisis mes livres « au hasard » juste en regardant le résumé, maintenant je sais toujours ce que je cherche quand je vais en librairie, pas forcément parce que j’ai lu des chroniques positives mais aussi parce que j’ai repéré les sorties en amont. Et quand je tombe sur un livre dont je n’ai pas déjà entendu parlé, j’ai tendance à regarder les avis dessus avant de me décider à acheter ou non.

  4. Cathy dit :

    Je ne connais pas booktube, et je lis assez peu de blogs livresques, mais je lis beaucoup au quotidien, et effectivement, quand je vois les médias beaucoup parler de quelquechose, ça me fait zapper l’oeuvre en question, que ce soit livres ou autres médias. Pas lu non plus ces séries à la mode, pas vu les films… D’un autre côté, je me dis que si un jour j’ai envie de les lire, je les liras, point. Parfois, il faut attendre le bon moment pour lire un livre, si on le lit « pour faire comme tout le monde » mais qu’on est pas prêt, on risque de ne pas l’apprécier à fond.
    J’achète en général au coup de coeur en librairie, en lisant la quatrième de couverture et un coup d’oeil vite fait à l’intérieur, mais je commence à m’intéresser aux blogs qui proposent des critiques de lvires !

    • ducotedechezcyan dit :

      Je suis d’accord avec toi sur le « bon moment » 😉 Lire un livre parce que tout le monde l’a aimé ne garantit pas qu’on l’aimera aussi!

  5. Je ne sais pas si je suis influençable ou pas. Entre les deux, je pense. J’adore visionner les vidéos sur booktube, mais je ne note pas systématiquement tous les titres conseillés. Uniquement ceux qui me tentent par leur « pitch ». Quand un livre m’intéresse, je vais voir sa note sur Livraddict, mais juste pour me faire une idée. Si un livre me fait vraiment envie, je le lirai même si la note est mauvaise. Car je veux me faire ma propre opinion.
    Je ne fuis pas les livres dont on parle beaucoup, parce que je me dis que, quelque part, il y a peut-être une raison pour qu’on en parle tellement. Mais je ne me jette pas non plus dessus. Je lis ceux qui m’intéressent, c’est tout. Par exemple, je n’ai lu ni Hunger games, ni Divergente, ni aucune dystopie alors que c’est la grande folie, en ce moment, parce que ce n’est pas trop mon truc. Ce qui ne veut pas dire que je refuse absolument ce genre! J’en lirai peut-être un jour…
    Par contre, j’ai lu Cinquante nuances de Grey, par curiosité, pour comprendre pourquoi tant d’engouement, et j’ai passé un bon moment. En revanche, j’ai lu After (juste le 1er tome) pour la même raison et j’ai été très déçue.
    Pour les Harry Potter et les Twilight, c’est différent car j’ai commencé à les lire au tout début que l’on en entendait parler, donc ça n’avait pas encore pris une telle ampleur.
    C’est vrai que les blogs ont un peu tous tendance à parler des mêmes livres, et ça peut devenir super agaçant, à la longue, car on a l’impression de voir tout le temps la même chose. Il y a par exemple ces livres de New romance, en ce moment, que l’on voit partout. Je trouve ça un peu exaspérant, mais en même temps, j’en lirai sûrement un ou deux, dont le pitch m’intrigue, pour voir…
    En résumé, sans écarter complètement les livres super médiatisés, je reconnais que j’essaye de ne pas trop suivre la mode, pour d’une part proposer autre chose sur mon blog, et pour d’autre part rester fidèle à mes goûts et à moi-même et ne pas trop me laisser influencer…

    • ducotedechezcyan dit :

      En fait tu ne te laisses « influencer » que si le bouquin te tente, bravo 😉
      Tu as raison, certains livres semblent être partout à la fois, c’est un peu dommage quand on sait à quel point l’offre est riche, de toujours entendre parler des mêmes.

  6. Madame_Love dit :

    Je suis d’accord pour dire que tu te fais influencer aussi bien si tu achètes que si tu refuse l’achat. Comme toi, de voir un livre partout ça ne me donne pas du tout envie. Après, si vraiment le synopsis me fait envie je le garde dans un coin de ma tête (mais vu le prix je n’achète que très rarement des livres récents).
    Je ne pense pas être influencée par la blogosphère (je ne regarde pas du tout Booktube), parce que j’achète la plupart du temps mes livres numériques en promotion, autant dire que même si les titres sont récents il ne sont pas tout frais sortis non plu. Et pour le choix je suis assez tributaire de l’offre promotionnelle en cours. Du coup au fil du temps je me fais une immense wishlist et quand une promotion tombe dans les clous je prend (il arrive aussi que je prenne des livres que je ne connais pas et que je n’ai pas vu sur la blogosphère du coup…même si je vérifie les critiques sur Livraddict avant…).
    Disons que la blogosphère a un impact sur ma wishlist, mais pas forcément dans mes achats. Heu… Je viens de dire que je regarde les notes et les avis sur Livraddict avant de me lancer dans l’achat d’un livre inconnu ?! C’est de l’influence ça ! Je retire ce que j’ai dit, pour acheter un livre il faut qu’il ait, quand même, de bonnes critiques sur Livraddict ou Babelio (ou ce genre de site).

    • ducotedechezcyan dit :

      Profiter des promos doit te permettre de découvrir des livres qui sortent un peu des sentiers battus 😉
      Comment faisait-on avant internet pour choisir des livres? ^^

  7. Kaecilia dit :

    Je peux comprendre que l’on puisse ne pas vouloir lire un livre car celui-ci est encensé. Souvent, on finit par être déçu. Mais je pense que c’est également se faire influencer, et pas forcément en bien car l’on peut passer à côté de romans extraordinaires. Je pense que le mieux est de se fier à son instinct, de faire des recherches sur le livre et l’auteur pour voir si celui-ci a vraiment des chances de nous plaire – chose que je ne fait jamais, car j’achète toujours sur un coup de tête – et donc limiter les risques. Mais faire ça réduit aussi notre chance de lire un roman qui ne rentre pas dans nos genres de prédilection et qui finalement aurait pu devenir un coup de coeur. J’ai finalement trouvé une forme d’évitement: quand je souhaite découvrir un livre sur le conseil de quelqu’un, je préfère l’emprunter que ce soit à un ami ou à la bibliothèque. Et si le livre me plaît, je l’achète pour l’avoir en ma possession. Ainsi, je ne prends aucun risque et je n’ai aucun regret 😉
    Personnellement, être influencée ou pas m’importe peu. J’aime lire et découvrir de nouvelles choses. Et même lorsqu’un roman est une déception ou que finalement je le déteste, j’en retire toujours quelque chose 🙂
    Mille baisers,

    Kaecilia – http://kaecilia.fr

    • ducotedechezcyan dit :

      L’emprunt est une bonne solution 😉
      Je me rends compte que j’achète peu sur des coups de tête, finalement, et pourtant j’achète beaucoup plus qu’avant. C’est assez paradoxal.
      Mais tu as raison, on retire toujours quelque chose d’une lecture, même si on est déçue 😉

  8. Fofie dit :

    Je suis assez d’accord avec toi !
    Bon j’ai lu les grosses sagas littéraires que tu cites… Mais par choix et envie et non parce qu’elles sont à la mode.
    Il y a un auteur que j’appréciait beaucoup, avant qu’il devienne THE star du livre français (et qu’il change du coup son style –‘) : Marc Lévy ! J’ai dévoré ses 4 premiers livres, j’aime « bof bof » les autres…

  9. Merci pour cet article ! Je crois que comme toi, je suis influençable : je lirai un livre si des amis me le conseillent car nous connaissons nos goûts réciproques ou si un article de blog me donne envie. En revanche, les modes commerciales ont plutôt tendance à me faire fuir moi aussi. Il est en effet dommage qu’avec les milliers de nouveaux livres qui paraissent chaque année en France, on ne parle toujours que des mêmes auteurs : on attend le dernier Musso, le dernier Lévy, le dernier Nothomb etc. Je regrette qu’il n’y ait pas beaucoup de place pour les petits nouveaux ou auteurs moins connus parce qu’ils sont littéralement écrasés par les autres ou parce qu’ils ne surfent pas sur la vague « dystopie » par exemple qui est dans l’air du temps. Il en faut pour tous les goûts et j’ai l’impression que l’on nous ressert un peu toujours les mêmes plats…

    • ducotedechezcyan dit :

      Merci pour ta réponse 😉
      C’est vrai que dès qu’un bouquin marche, on en trouve 10 dans la même veine, il y a de quoi se lasser…

  10. Je suis énormément influencée aussi, en bien comme en mal ! Mon budget livres a au moins triplé, et le pire c’est que j’achète j’achète mais je n’ai pas assez de temps pour lire alors les livres s’entassent …
    Et d’un autre côté, même si je ne fuis pas les livres « sensations », j’ai toujours peur de me lancer dans leur lecture et de ne pas les aimer !

    • ducotedechezcyan dit :

      C’est toujours décevant de ne pas aimer un livre que tout le monde a adoré…
      Comme toi, j’entasse beaucoup de livres que je n’ai pas forcément le temps de lire ^^

  11. mamzette dit :

    Moi, je n’appelle pas ça être influençable, j’appelle ça être ouverte aux nouvelles idées. Tu serais influençable si tu disais avoir aimé un livre parce que tout le monde l’a aimé, et je ne t’imagine pas vraiment comme ça, mais qui sait 😀

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s