La Princesse invisible #3

gribouilles

Un petit conte sans prétention écrit pour Grande Belette quand elle était toute petite, la suite 😉

Pour lire les chapitres précédents: épisode 1, épisode 2.

N’hésitez pas à commenter 😉

***

Le dromadaire qui louchait

Milla était très contente d’avoir retrouvé le bonnet à clochettes du lutin. « Il me reste à retrouver la ceinture en peau de lézard, la bague en pierre de lune et le sifflet magique, » dit-elle à Pimpin. « Mais où peuvent-ils bien s’être envolés ? » Mais Pimpin n’en avait aucune idée. Il faisait très froid ce jour-là, car le terrible Vent du Nord soufflait très fort. Mais il les entendit parler et dit de sa grosse voix bourrue : « Mon frère le Vent du Sud m’a parlé d’une ceinture comme celle du lutin, qui est tombée très loin là-bas dans le désert. Suis-moi et je te montrerai le chemin. » Milla dit au revoir à son ami le pingouin (qui ne manqua pas de lui donner des sandwiches au poisson pour la route) et suivit le Vent du Nord.

La princesse invisible marcha longtemps, longtemps vers le sud. Le Vent du Nord avait rebroussé chemin car il faisait bien trop chaud pour lui dans le désert. Milla avait très chaud elle aussi et très soif et elle était très fatiguée. Elle s’assit à l’ombre d’un palmier et commença à grignoter des dattes qui étaient tombées là. « Qui est là ? » dit une voix essoufflée. « Qui est en train de grignoter mes dattes ? Je ne te vois pas, es-tu un fantôme ? » « Noooon ! » répondit Milla. « Je ne suis pas un fantôme, je suis invisible ! Et toi, qui es-tu, je ne te vois pas. » La dune de sable près de laquelle elle était assise se mit à bouger et Milla se rendit compte que ce n’était pas du sable mais un gros dromadaire. Mais ce n’était pas un dromadaire ordinaire ! Celui-là louchait tellement que même si elle n’avait pas été invisible, il aurait eu du mal à la regarder en face et il portait un chapeau de paille et des sandales. « Je m’appelle Mado et je suis le dromadaire le plus rapide du désert ! » répondit le dromadaire en se redressant fièrement. « Comment as-tu fait pour devenir invisible ? » Et Milla lui raconta toute l’histoire. Le dromadaire eut pitié d’elle et lui proposa de se reposer dans sa tente. Milla accepta car elle était très fatiguée. Ils dînèrent d’une bonne soupe de dattes et s’endormirent paisiblement, bien au frais sous le ventilateur.

Le lendemain matin, Mado dit à Milla : « J’ai bien réfléchi pendant mon sommeil et je crois que je sais où est la ceinture de lézard du lutin. Les autres dromadaires m’ont parlé d’une chose étrange qui est tombée dans un dattier il y a quelques jours et qui ressemble à un serpent. Si tu veux nous irons voir après le petit déjeuner. » « D’accord, » répondit la petite princesse. Et elle s’attabla devant ses tartines de dattes pour se donner du courage. Mado lui prêta un chapeau de paille pour se protéger du soleil et des sandales pour qu’elle ne se brûle pas les pieds sur le sable du désert. Milla monta sur son dos et ils commencèrent à marcher très lentement. « Pourquoi vas-tu si lentement ? » demanda Milla. « Ne m’as-tu pas dit que tu étais le dromadaire le plus rapide du désert ? » Mado baissa la tête piteusement. « Je suis le dromadaire le plus rapide du désert, mais je suis aussi celui qui louche le plus, tellement que je ne vois pas où je vais et je me casse sans arrêt la figure. Les autres dromadaires se moquent toujours de moi à cause de ça. » Effectivement, les autres dromadaires qu’ils croisaient se mettaient à rire dès qu’ils voyaient arriver Mado.

Ils arrivèrent à une oasis où un groupe de dromadaires se désaltéraient en discutant avec agitation. Après avoir bu eux aussi, Mado et Milla leur demandèrent ce qui se passait. « Il y a un drôle de serpent qui est tombé dans le meilleur dattier de la région et nous n’osons pas manger de peur de nous faire mordre, aussi nous avons demandé au vaillant Vent du Sud de souffler très fort pour le faire s’envoler très loin d’ici. » « Ce n’est pas un serpent, c’est la ceinture en peau de lézard du lutin ! » s’exclama Mado. Et il raconta l’histoire de Milla aux dromadaires. Les autres dromadaires hochèrent la tête, mais ils ne savaient pas quoi faire pour aider la princesse invisible. « Le dattier est très loin d’ici, » dirent-ils. « Personne n’est assez rapide pour arriver là-bas avant le Vent du Sud. » Mais Milla avait une idée : « Mado est le dromadaire le plus rapide du désert, » dit-elle. « Je suis sûre que nous pourrons arriver à temps ! » Les autres dromadaires se mirent à se moquer de Mado. « Il court peut-être très vite, » dirent-ils, « mais il ne voit pas où il va et il se casse sans arrêt la figure ! »

Le vaillant Vent du Sud commençait à souffler très fort et Mado se releva. « Grimpe sur mon dos ! » dit-il à Milla. « Je suis peut-être le dromadaire qui louche le plus dans ce désert, mais je cours plus vite que ne souffle le Vent du Sud ! Comme je ne vois pas où je vais, tu me diras où je dois aller. » Et c’est ce qu’ils firent. Quand il y avait un arbre devant eux, Milla criait « à droite ! » ou « à gauche » et s’il y avait une pierre sur le chemin, elle criait « saute ! », si bien que jamais Mado ne se cassa la figure. Ils allèrent si vite qu’ils arrivèrent juste avant le Vent du Sud au dattier où était tombée la ceinture en peau de lézard du lutin. Milla grimpa dans l’arbre et la récupéra juste à temps.

Les autres dromadaires, qui les avaient suivi de loin car ils ne couraient pas aussi vite que Mado, avaient vu ce qui s’était passé et vinrent le féliciter. « Tu es vraiment le dromadaire le plus rapide du désert. Nous ne nous moquerons plus de toi, à partir de maintenant et nous te dirons si tu dois aller à gauche ou à droite ou si tu dois sauter quand tu cours, comme ça tu ne te casseras plus la figure ! » Milla fut très fière de son nouvel ami et lui dit : « Tu cours vraiment plus vite que souffle le Vent du Sud ! Tu es le dromadaire le plus impressionnant que j’aie jamais vu ! »

Publicités
Cet article, publié dans Mes gribouilles, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

9 commentaires pour La Princesse invisible #3

  1. Madame_Love dit :

    C’est le même modèle que l’histoire avec le pingouin et je trouve ça assez intéressant pour les enfants (la morale, etc).
    L’histoire ressemble vraiment à un conte.

  2. mamzette dit :

    J’adore 😀
    Quand mon neveu sera assez grand pour arrêter de bouffer le papier, je lui lirai tes contes, juré.

  3. C’est vraiment un joli conte, qui devrait plaire à beaucoup de petits ! 🙂

  4. Ping : La Princesse invisible #4 | Du côté de chez Cyan

  5. Ping : La Princesse invisible #5 | Du côté de chez Cyan

  6. Ping : La Princesse invisible #6 | Du côté de chez Cyan

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s