Le Murmure de l’Ogre

Le Murmure de l'Ogre - Valentin Musso

Le Murmure de l’Ogre. De Valentin Musso. Editions du Seuil. 428 pages.

Nous sommes à Nice en 1922. Le commissaire Forrestier, vétéran de la Grande Guerre, fait appel à son ami Frédéric Berthellon, psychiatre à l’hôpital Saint-Anne, pour l’aider à démêler une affaire criminelle qui met la police sur les dents: 2 prostituées ont été assassinées suivant un étrange rituel, avant que des enfants commencent à disparaître. Une course contre la montre commence, car celui que la presse a surnommé l’Ogre vient de kidnapper une nouvelle victime, que l’on espère retrouver vivante, le jeune fils d’un riche Américain.

Je découvrais l’auteur avec ce livre et, si j’ai apprécié ma lecture, je dois avouer que j’ai eu du mal à entrer dans l’histoire. La faute à une plume que j’ai au départ trouvé un peu trop sèche (je ne saurais pas exactement expliquer ce que j’entends par là, mais c’est le qualificatif qui me vient à l’esprit), avant de m’y habituer et de ne plus pouvoir lâcher Le Murmure de l’Ogre.

Car si je n’ai pas trop adhéré au style au début, j’ai vite oublié ce qui me gênait dans l’écriture, tellement l’intrigue devient rapidement haletante. On se rend compte très vite de l’immense travail de documentation effectué par Valentin Musso à la fois sur la vision de la psychiatrie à l’époque dont il est question et sur la façon dont travaillait la police en 1922. On nous plonge dans le quotidien d’une de ces Brigades Mobiles mises en place par Clémenceau avant la guerre (avez-vous vu Les Brigades du Tigre?) et nous suivons l’enquête au plus près. Et on ne peut qu’être épaté devant les moyens mis en oeuvre malgré l’absence de la technologie à laquelle nous sommes habitués. Ici ce sont les débuts de la police scientifique qu’on nous montre et c’est absolument passionnant!

Les personnages principaux sont intéressants, ont une profondeur et une sensibilité exacerbée par leur vécu de vétérans de la Grande Guerre. Les personnages secondaires m’ont semblé un peu interchangeables, notamment les flics sous les ordres de Forrestier, que je n’arrivais pas toujours à différencier les uns des autres. Dans quelques chapitres, nous suivons également l’Ogre. L’auteur utilise alors le « tu » pour renforcer l’identification du lecteur, ce qui est à la fois déstabilisant et dérangeant.

De découvertes en fausses pistes, Valentin Musso nous entraîne dans une intrigue horrifiante et haletante qui s’achève sur des révélations prévisibles (on reste dans le schéma classique des enquêteurs qui traquent un meurtrier) et d’autres franchement inattendues. Après un début un peu laborieux, j’ai été happée par l’intrigue et j’ai passé un très bon moment avec cette lecture.

Si vous ne l’avez pas lu et que vous recherchez un thriller un peu dérangeant sans être trop flippant, je vous conseille Le Murmure de l’Ogre. Si vous avez lu ce livre, vous attentiez-vous aux révélations finales?

J’ai lu ce livre pour la session de printemps du challenge Au fil des saisons et des pages, pour la consigne: lire un auteur dont les initiales de l’auteur correspondent à l’une des vôtres.

Au fil des saisons et des pages - challenge

Publicités
Cet article, publié dans Lecture, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Le Murmure de l’Ogre

  1. J’adorais Les brigades du Tigre, et la façon dont tu parles de ce livre me donne envie de le découvrir ! Est-ce que tu as lu L’Aliéniste, de Caleb CARR ? C’est également une enquête pour arrêter un tueur en série qui se passe fin 19e siècle. On assiste aux prémices du profilage et on voit où en était la psychiatrie à cette époque. Je l’avais trouvé passionnant !

    • ducotedechezcyan dit :

      Si tu le lis, tu me diras comment tu l’as trouvé 😉
      Je note ton titre, je connais de nom, mais je ne l’ai pas lu 😉

  2. mamzette dit :

    J’étais prête à foncer, jusqu’à ce que tu utilises le terme « dérangeant »… Dérangeant, genre glauque? J’aime le thriller, j’ai horreur du glauque… Alors, happy end ou pas? Oui, je spoile, c’est une honte, mais j’en ai marre des thrillers où tut le monde meurt à la fin 😦

    • ducotedechezcyan dit :

      Ce qui est dérangeant, c’est que l’auteur te parle comme si tu étais l’Ogre, c’est carrément bizarre.
      Mais si j’ai supporté, tu devrais supporter aussi ^^ Et je ne spoilerai pas la fin, je te dirai juste que je l’ai trouvé très bien 🙂

  3. Ping : Ce que j’ai lu en mai | Du côté de chez Cyan

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s