Un Souffle, une Ombre

UN-SOUFFLE-UNE-OMBRE_Christian Carayon

Un Souffle, une Ombre. De Christian Carayon. Editions Fleuve Noir. 552 pages.

1980. 3 adolescents sont sauvagement assassinés sur l’îlot où ils campaient. La fillette qui les accompagnait a survécu, mais tout ce qu’elle peut dire, c’est que « quelque chose est venu de l’eau ». 34 ans plus tard, Marc-Edouard, historien originaire de la région, se replonge dans l’enquête pour exorciser ses propres démons.

La 1e chose à savoir sur ce livre, c’est que les scènes de viols et de meurtres sont minutieusement décrits, avec une complaisance dérangeante. C’est cru, sordide, glauque. Si vous êtes sensibles à ce genre de choses, passez votre chemin!

Heureusement, ces scènes ne représentent qu’une petite portion du livre, sinon je n’aurais pas pu supporter une lecture qui ne s’engageait déjà pas sous les meilleurs auspices: le héros-narrateur passe son temps à geindre sur son sort, en particulier au début, et à tout ramener à sa petite personne. Après quelques chapitres, il nous embarque dans son enquête et ça devient heureusement plus intéressant.

L’enquête en elle-même est réellement addictive. On est avide de réponses et, comme la plume est agréable, les pages se tournent très très vite malgré la noirceur du propos.

Malgré tout, ce roman m’a semblé beaucoup trop long, certains passages n’en finissent pas, notamment ceux concernant la vie personnelle du narrateur. D’autre part, les avancées dans l’enquête ne reposent pas sur des faits, mais sur des suppositions. A se demander comment Marc-Edouard parvient à découvrir la vérité. D’ailleurs, en fait de vérité, on se retrouve avec des flash-backs entièrement issus de son imagination. Il s’avère à la fin que son raisonnement est juste, mais j’avoue que je ne comprends pas comment il parvient à ses conclusions.

Autre point de frustration pour le lecteur: il n’est pas possible de se forger sa propre théorie avec les éléments fournis. Contrairement au narrateur, nous n’avons pas une vision claire des lieux et nous ne connaissons pas les protagonistes. Sa lecture des dossiers ne nous est pas non plus décrite assez précisément pour nous permettre d’y réfléchir et de rechercher la solution du mystère.

Pour résumer, ce livre attise suffisamment la curiosité du lecteur pour le tenir en haleine jusqu’à la fin, mais souffre d’énormément de longueurs et d’un personnage principal pénible et anti-charismatique qui nuisent au plaisir de la lecture. Une fois refermé, il ne me reste qu’une impression de malaise, l’aspect malsain de l’intrigue étant parfaitement retranscrit par l’auteur. A lire si vous aimez le genre et que le glauque ne vous fait pas peur.

Publicités
Cet article, publié dans Lecture, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Un Souffle, une Ombre

  1. Cristy Sevla dit :

    Dommage pour les points faibles, parce que sinon cela m’a l’air intéressant. A réfléchir 😀

    • ducotedechezcyan dit :

      J’ai vu qu’il est très bien noté, alors ne te fie pas qu’à mon avis, va en lire d’autres qui sauront peut-être te convaincre 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s