Ils ne me laisseront pas un souvenir impérissable #9

Cupcake Girls tome 3 - Sucré salé - Coco SimonSucré Salé. Cupcake Girls tome 3. De Coco Simon. Editions Pocket Jeunesse. 160 pages.

Après Katie dans le tome 1 et Mia dans le tome 2, nous suivons maintenant Emma dans son quotidien de collégienne et de membre du Cupcake Club. La famille d’Emma traverse des soucis financiers et la jeune fille est un peu débordée entre ses devoirs, sa musique, le club, ses corvées à la maison et son petit boulot de promeneuse de chiens. Les choses se corsent lorsque la mère de Mia propose aux 4 amies d’être demoiselles d’honneur à son mariage. Il faut payer la robe et Emma n’en a pas les moyens.

Je lis cette série avec Petite Belette, qui est une grande fan de cupcakes en tous genres. Je dois dire qu’elle apprécie sa lecture bien plus que moi (normal, elle a 10 ans, c’est elle le public-cible!). Ce tome en particulier m’a bien énervée. Emma a une douzaine d’années à peu près, mais se retrouve avec des responsabilités d’adulte. Entre tout ce qu’elle doit faire et le stress que ça génère, elle est au bord de l’épuisement et de la dépression, mais ses parents, plutôt absents, lui mettent une pression énorme sur les épaules. En parallèle, ses amies, au lieu de s’inquiéter pour elle (enfin, l’une d’elle remarque quand même quelque chose au bout d’un moment), l’excluent un peu, égoïstement et injustement.

En bref, j’ai eu envie de distribuer des baffes à tout le monde dans cette histoire!

Je pensais que la série comportait 4 tomes (un pour chaque fille du club), mais je viens de découvrir qu’il y en a en fait 6 ou 7 et qu’il y en aura sans doute d’autres. Maintenant que Petite Belette est bien lancée, je pense m’en tenir là.

***

le-grand-feu-jeanne bourinLe Grand Feu. De Jeanne Bourin. Editions France Loisirs. 502 pages.

Royaume de France, fin du 11e siècle. La jeune Isambour est sauvée in extremis d’un incendie par un jeune maître verrier, arrivé de Normandie à l’occasion du mariage de la fille de Guillaume le Conquérant.

Nous suivons ici l’histoire d’une famille d’artisans du Moyen-Âge. Il y a un peu d’action, mais c’est avant tout leur quotidien que nous décrit l’auteure. C’est l’aspect historique qui tient la plus grande place dans le roman, ainsi que la condition des femmes à l’époque (mariée à 15 ans, mère de 11 ou 12 enfants dont la moitié morts en bas-âge, harcelée, etc, ça donne follement envie). L’omniprésence de la religion, la menace des guerres entre seigneurs, des maladies ou des intempéries, tout cela pèse sur une vie finalement pas si rude dans le milieu où vivent les personnages.

Si tout ces aspects m’ont intéressée, j’ai trouvé l’histoire en elle-même assez prévisible, plutôt longue et pas très palpitante. Il y a pas mal de facilités, les choses trouvent leur résolution dans la moralité et les bons sentiments (ce n’est pas La Petite Maison dans la Prairie, mais presque).

Bref, une lecture qui aurait pu être marquante, mais qui se révèle au final assez dispensable et que j’oublie déjà…

***

 A vos Souhaits - Fabrice ColinA vos Souhaits. De Fabrice Colin. Editions Bragelonne. 301 pages.

John Moon, entraîneur de la pire équipe de Quartek de tous les temps, plaqué par sa femme, encombré d’amis aussi losers que lui, empoté au point de rater son suicide à plusieurs reprises, se retrouve au milieu d’une guerre entre le Diable et les puissances magiques qui régissent son monde.

Lire un roman de Fabrice Colin, c’est comme plonger dans un rêve bizarre où peu de choses semblent avoir du sens, avant d’en révéler un complètement surréaliste. C’est le cas ici et c’est assez déstabilisant.

J’ai eu du mal à entrer dans cette histoire complètement farfelue du fait qu’on nous plonge immédiatement dans le vif du sujet, sans qu’on sache dans quel délire on est tombé. L’intrigue est assez basique une fois qu’on arrive à s’extirper suffisamment de tout ce qui semble complètement WTF pour comprendre un minimum de quoi l’auteur est en train de parler, mais ça part dans tous les sens du début à la fin.

Je ne peux pas dire que je n’ai pas aimé, car même s’il m’a semblé compliqué de s’immerger dans l’histoire, j’ai passé un bon moment avec ces personnages loufoques et leurs aventures plus loufoques encore. Puis la plume Fabrice Colin est toujours plaisante, même si, ici, on fait plus dans le parodique que dans le poétique. Mais je n’ai pas réussi à m’attacher suffisamment aux personnages pour réellement me sentir impliquée dans ce qui se passait. Après quelques jours, je me suis rendue compte que ce livre ne m’a absolument pas marquée, au point qu’il a fallu que j’aille regarder le résumé pour pouvoir écrire mon billet. Une lecture distrayante sur le moment, donc, mais qui ne m’a pas apporté grand chose au final.

Challenge-A-la-recherche-de-Faerie

Publicités
Cet article, publié dans Lecture, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s