Un Cerveau sain dans un Monde toxique

un-cerveau-sain-dans-un-monde-toxique - john gray

Un Cerveau sain dans un Monde toxique. De John Gray. Editions de l’Eveil. 240 pages.

Résumé de l’éditeur:

Il y a douze ans, John Gray apprenait qu’il était atteint de la maladie de Parkinson. La recherche de solutions naturelles qui lui ont permis de se soigner l’a amené à s’intéresser au cerveau et aux causes de ses défaillances. Il s’est entouré de chercheurs et d’experts en nutrition pour acquérir ses connaissances qu’il désire partager pour que chacun, en fonction de ses problèmes, puisse avoir une alternative naturelle et devenir acteur de sa santé.

Troubles déficitaires de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH), autisme, problèmes de mémoire, manque de concentration, Parkinson ou Alzheimer sont les symptômes de notre vie moderne. Bien manger, bien dormir et faire de l’exercice n’est pas suffisant. Notre corps a besoin d’être supplémenté pour retrouver la santé ou pour recharger nos batteries cérébrales. John Gray propose donc des compléments alimentaires dont il détaille les effets, et des programmes adaptés à chacun, selon ses besoins et ses problèmes de santé.

Ce livre (instructif, complet et accessible à tous) explique les causes de nombreux dysfonctionnements du cerveau et les différents moyens d’y remédier. Il comporte une annexe fournie de références scientifiques venant appuyer ses propos. Il s’agit du premier tome d’une trilogie consacrée au cerveau.

***

J’ai reçu ce livre grâce à une Masse Critique Babelio et aux Editions de l’Eveil, que je remercie pour cette lecture 🙂

masse_critiquelogo-eveil

La 1e chose à savoir concernant ce livre, c’est que son auteur n’est ni médecin, ni spécialiste du cerveau. Il est « coach pour couples » et auteur de livres de développement personnel. Vous le connaissez sans doute, même sans le savoir: il est l’auteur des livres Mars et Vénus.

Ici il ne s’agit pas de disserter sur les différences hommes-femmes, mais de comprendre en quoi le monde qui nous entoure est toxique pour notre cerveau et de voir comment on peut y remédier par des méthodes naturelles.

Lire ce livre nécessite d’être capable de faire la part des choses et d’utiliser les informations utiles tout en laissant pas mal de choses de côté. Par exemple, je ne crois pas une seconde que John Gray ait guéri de la maladie de Parkinson grâce aux compléments alimentaires. D’ailleurs, d’après ce qu’il décrit, son médecin lui aurait diagnostiqué cette maladie parce qu’il dodelinait de la tête devant sa télé… A aucun moment il n’est question d’examens médicaux plus poussés, donc la guérison miraculeuse qu’il prétend avoir vécue est pour le moins sujette à caution. D’autre part, il est difficile de faire vraiment confiance à un auteur qui vous fait la pub de sa boutique de compléments alimentaires toutes les 3 pages et parsème son discours sur sa méthode de guérison de points d’exclamation et de phrases qui tiennent plus du slogan publicitaire que de la conclusion scientifique inébranlable.

Cependant, si on est capable de laisser tout le fatras publicitaire et new age de côté, il y a pas mal de propos intéressants dans ce livre. Sur la propension des médecins à distribuer des traitements qui font disparaître les symptômes d’une maladie plutôt que la maladie elle-même; sur les déséquilibres flagrants de notre alimentation qui provoquent des maladies; sur l’utilisation de produits toxiques dans notre environnement qui nous rendent malades; sur bien d’autres problématiques réelles qui sont effectivement dues à notre mode de vie.

Dans ce livre, l’accent est mis sur les TDAH (les Troubles Déficitaires de l’Attention, dont souffrent par ex les personnes hyperactives) et leurs conséquences sur notre vie de tous les jours, sur notre capacité à sociabiliser ou à nous concentrer sur notre travail entre autres.

Personnellement, je suis convaincue que notre mode de vie et notre alimentation ont une grande influence sur notre état de santé, tant physique que psychique. Je n’en rejette pas pour autant la médecine occidentale. En bref, si les compléments alimentaires peuvent apporter un soutien non négligeable dans certains cas, je ne les confonds pas avec des médicaments.

Donc, l’inconvénient de ce livre est que, même si l’auteur rappelle régulièrement qu’il n’est pas médecin et conseille de ne pas stopper un traitement sans consulter le sien, la confusion est, me semble-t-il, souvent faite entre traitement et prévention. Je pense sincèrement que c’est donner de faux espoirs aux gens que de leur dire que les compléments alimentaires vont les guérir d’Alzheimer ou Parkinson. Mais je crois aussi qu’une alimentation plus saine associée à de l’exercice et, parfois, à des compléments alimentaires, peuvent effectivement améliorer notre état général et faire disparaître certains symptômes comme l’impossibilité à se concentrer, les insomnies, ou d’autres troubles du même genre.

Voilà pourquoi je parlais d’être capable de faire la part des choses avec ce livre: il est un peu compliqué parfois de démêler ce qui tient du charlatanisme new age/de l’auto-promotion des informations réellement valables.

Cependant, l’auteur a le mérite de donner beaucoup de références d’études scientifiques sérieuses, auxquelles le lecteur peut avoir accès par de nombreux QRCodes/liens internet (encore faut-il que le lecteur en question prenne la peine d’aller voir tout cela de plus près) qui sont fournis tout au long des chapitres et à la fin de l’ouvrage. Je dois avouer que c’est ce qui m’a le plus intéressée dans ce livre.

Je ressors donc de ma lecture assez mitigée. De nombreux points nuisent à la crédibilité des conseils apportés par John Gray, à commencer par son absence de qualification en médecine (même s’il précise s’être entouré de spécialistes pour réaliser cette étude). Cependant, tout n’est pas à jeter avec l’eau du bain dans ce livre. Certains points abordés sont importants et les explications concernant certaines pathologies ou traitements naturels sont intéressants. Le livre est malgré tout à prendre avec des pincettes selon moi et son intérêt m’a semblé résider avant tout dans les questionnements qu’il soulève. Je chercherai plus d’informations sur certaines choses, c’est sûr. Mais il est clair que je ne vais pas me précipiter pour acheter des tonnes de compléments alimentaires dans l’espoir de guérir une maladie, grave ou pas.

Publicités
Cet article, publié dans Lecture, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Un Cerveau sain dans un Monde toxique

  1. Ping : Ce que j’ai lu en octobre | Du côté de chez Cyan

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s