Le Guépard

Défi cinéma

Il y a quelques temps, je vous parlais du Défi cinéma dans lequel je me suis lancée. Le Guépard faisait partie de mes films à (re)voir et j’ai profité d’une diffusion sur Arte pour le rayer de ma liste.

Ce billet comporte des descriptions des évènements et du déroulement du film, mais ne spoile pas 😉

***

visconti- le guépardLe Guépard. Réalisé par Luchino Visconti. Scénario et dialogues Suso Cecchi D’Amico, Pasquale Festa Campanile, Enrico Medioli, Massimo Franciosa et Luchino Visconti, d’après le roman éponyme de Giuseppe Tomasi di Lampedusa (à noter que les dialogues de la version française sont signés par René Barjavel). Avec entre autres Burt Lancaster, Alain Delon et Claudia Cardinale. 1963. 205 minutes.

Sicile, 1860. En pleine guerre civile entre les partisans de Garibaldi et diverses autres factions, le prince Salina et sa famille tentent de maintenir les apparences alors que l’aristocratie italienne agonise. Tancrède, le neveu du prince, part combattre aux côtés de Garibaldi, laissant derrière lui sa famille et Concetta, sa cousine, qui est éprise de lui. Lorsque celui-ci reparaît, beaucoup de choses ont changé.

Le film s’ouvre sur la famille Salina en train de prier autour de son chapelain, autant dire que le ton est donné dès le départ pour ce qui est du rythme de l’histoire! C’est la guerre qui, par l’entremise d’un soldat mort, va faire irruption inopinément au milieu des traditions séculaires. La tranquillité et l’isolement hautain de ces hauts aristocrates vont être mis à mal et, à partir de là, tout sera bouleversé malgré les efforts du prince pour maintenir les apparences.

le guépardC’est à travers les yeux de Tancrède, le neveu de Salina et personnage représentatif de la jeunesse dorée sicilienne que nous allons vivre quelques évènements emblématiques de la guerre civile. Sa motivation, tout comme l’approbation de son oncle, tient en quelques mots: « Si nous voulons que tout reste pareil, il faut que tout change ». On a vu plus révolutionnaire pour un partisan de la révolution.

guepardQuelques ellipses vont permettre à Visconti de ne pas trop s’attarder sur les scènes de bataille, mais j’imagine que le roman dont est tiré le film permet d’apporter aux évènements un minimum d’implication émotionnelle pour les personnages et les lecteurs. Ici, il s’agit juste d’une succession de scènes avec beaucoup de figurants pour les plans larges et de petites actions centrées sur Alain Delon pour les plans plus serrés. Difficile sans doute de restituer à l’écran un roman que j’imagine beaucoup plus riche et détaillé, mais qui, il faut le préciser, s’étale sur une cinquantaine d’années!

le guépardDes scènes de la vie quotidienne d’une riche famille d’aristocrates s’intercalent avec les scènes guerrières et sont l’occasion de très beaux plans sur les paysages, à défaut d’être passionnants. On nous montre ici les réflexions de Salina sur comment survivre aux changements qui s’annoncent tout en conservant ses privilèges et ses biens. Visconti fait preuve d’une certaine complaisance envers ce personnage brillamment interprété par Burt Lancaster. Sans être un salopard fini, il n’est pas forcément extrêmement sympathique pour le spectateur contemporain.

le guépardLes scènes se succèdent à un rythme plutôt lent, introduisant des personnages issus d’une classe modeste mais qui se sont hissés dans l’entourage de la famille Salina. Tancrède va s’éprendre d’une jeune fille très belle et très riche, dont son oncle espère qu’elle lui permettra de se lancer en politique. Le prince n’est d’ailleurs pas insensible au charme de la belle Angelica, qui elle-même joue un peu les allumeuses à son égard (bonjour la famille ^^).

le guépard - luchino viscontiNous arrivons ensuite à ce qui composera la partie la plus emblématique du film, la très longue et très célèbre incursion au bal, qui illustre la vacuité sans bornes de l’existence de toute une frange de la société. Et quand je dis que c’est long, croyez-moi, c’est que c’est vraiment long. Et je dois avouer que si cette partie du film a une ligne directrice, elle m’a totalement échappée. Heureusement la conclusion (que je ne vous dévoilerai pas) apporte un contrepoint parfait à tout le luxe et l’ennui distillés pendant la dernière heure du film.

Oui, on peut parler de dernière heure quand un film dure environ 3h30. Et 3h30 c’est très long quand l’intrigue est aussi peu trépidante que celle du Guépard

Vous vous dites peut-être à ce stade que pour ce qui est de promouvoir ce film, je ne m’y prends pas très bien ^^ C’est sans doute parce que je ne vois pas tellement de raisons de vous le conseiller! Parce que c’est long, voire interminable, déjà. Ensuite parce qu’il ne se passe pas grand chose et que les personnages ne sont pas du tout attachants.

le guépard - viscontiBien sûr, tout n’est pas inintéressant dans ce film, loin de là! Le talent du réalisateur parvient parfois à faire oublier  qu’on s’ennuie beaucoup. Les plans sont tous magnifiques, travaillés à fond. Les paysages sont à couper le souffle, les décors et les costumes sont somptueux. Les acteurs quant à eux sont tous excellents, Burt Lancaster en tête. Il y a également quelques scènes drôles qui sont vraiment les bienvenues, généralement grâce au chapelain de la famille qui parvient à faire sourire presque à chaque apparition tout en restant en retrait. Bref, les personnages font tous plus vrais que nature.

guepardAlors voilà, je ne veux pas laisser penser que j’ai une si bonne opinion de moi-même que je me permets de descendre des films et des réalisateurs encensés par la critique et qui ont le statut de grands classiques du cinéma. Je ne prétends pas être une spécialiste du sujet ou être légitime s’agissant de critiquer un film. Mais sur ce blog, c’est mon avis que je donne et il est forcément subjectif. Et subjectivement, je me suis ennuyée à mourir devant Le Guépard. La seule raison qui m’a poussée à le voir jusqu’au bout, c’est que, vu les excellentes critiques, je m’attendais à ce qu’il se passe quelque chose de mémorable. Disons qu’au moins, j’ai eu le plaisir des yeux, car tout est réellement magnifique à l’écran et la prestation des acteurs est très juste. Mais c’est le contenu qui ne m’a pas convenu.

Bref, je ne vais pas vous conseiller de voir ce film si vous n’avez pas envie de le voir. Si vous êtes curieux, n’hésitez pas bien sûr, mais attendez-vous à ce que ce soit long et qu’il se passe peu de choses. Si vous l’avez déjà vu et que ça vous à plu (ou déplu), on en parle dans les commentaires? 😉

Publicités
Cet article, publié dans Cinéma, Défi cinéma, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour Le Guépard

  1. Ping : Défi cinéma | Du côté de chez Cyan

  2. vinushka64 dit :

    Le livre m’avait plutôt plu, le film aussi, mais ça fait longtemps ! Après c’est vrai que c’était assez long.^^ J’ai peu de souvenirs au final. Peut-être que ma lecture du livre m’avait aidé à apprécier le film, je ne sais plus trop, je me souviens surtout de mon impression.

    • ducotedechezcyan dit :

      Le livre a dû te permettre d’avoir des détails pour étoffer un peu les longues scènes contemplatives du film ^^
      Je me laisserai peut-être tenter par le livre plus tard (quand j’aurai un peu oublié le film). Merci pour ton avis 😉

  3. lesetoilespleurentencorecesoir dit :

    Pourtant ce film il est vraiment super surtout en VO…

  4. Audrey dit :

    Je ne l’ai jamais vu, mais la dernière fois à la bibliothèque, un monsieur l’a demandé à la bibliothécaire pour le regarder avec son fils.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s