Défi cinéma: Gigi

Défi cinémaParce que je n’aime pas que lire, mais aussi visionner des films, je me suis lancée il y a quelques temps dans un Défi Cinéma pour découvrir des films plus ou moins anciens que je n’ai pas encore vus ou que j’ai envie de revoir. Jusqu’ici je n’ai pas tellement avancé dans ma liste faute de temps, mais petit à petit je compte bien améliorer ma culture cinéma 🙂

Il y a quelques jours, Arte diffusait Gigi, une histoire adaptée d’une nouvelle de Colette. Comme j’étais en train de lire la biographie de cette auteure, je me suis dit que c’était le moment ou jamais de découvrir ce film!

GigiGigi. Réalisé par Vincente Minnelli pour MGM. Scénario d’Alan Jay Lerner. Avec entre autres Leslie Caron, Louis Jourdan et Maurice Chevalier.  119 minutes. 1958.

Gigi est fille, petite-fille et nièce de courtisanes parisiennes, à une époque où peu de choix de carrière s’offrent aux femmes. Gaston, le neveu d’un ex-amant de sa grand-mère, est devenu un ami de la famille, qui apprécie de passer du temps avec Gigi, avant de se rendre compte que celle-ci a grandi et qu’elle lui plaît.

La première chose à savoir sur ce film, c’est qu’il s’agit d’une comédie musicale. Je l’ignorais (j’avoue que je ne m’étais pas renseignée lorsqu’on me l’a conseillé) et je dois avouer qu’en ce qui me concerne, ça n’a pas été une bonne surprise. Surtout parce que faire d’une histoire somme toute assez sordide un film dansant, chantant et gai, c’est assez bizarre selon moi. Parce que, soyons claire: Gigi est l’histoire d’une adolescente convoitée par un homme dans la force de l’âge (je ne dirais pas « homme mûr », parce que l’immaturité du personnage est assez flagrante), qui compte la mettre dans son lit avec l’assentiment de sa famille, famille l’ayant élevée dans le but avoué d’en faire une cocotte. Alors oui, ça se passait comme ça à cette époque, mais de là à en faire une comédie musicale, je trouve ça quand même plutôt glauque!

GigiLa photo ci-contre vous montre la jeune Gigi jouant à la balle avec ses copines après l’école. On parle donc bien ici de prostitution enfantine/adolescente. Et non seulement à aucun moment cet état de fait n’est critiqué dans le film, mais en plus il est montré sous un jour joyeux. Ajoutons que la chanson d’ouverture interprétée par Maurice Chevalier s’intitule en français « Remercions Dieu pour les petites filles« . Et on est pourtant en 1958 quand ce film est tourné, j’aurais cru qu’un sujet de ce genre abordé de cette manière aurait choqué à l’époque. En ce qui me concerne, choquée, je le suis! Pas par le thème, mais par la façon dont il est traité.

GigiEt non seulement personne ne semble avoir été choqué, mais le film a reçu d’innombrables récompenses!

Alors oui, Gigi comprend l’horreur de sa condition et l’exprime par une phrase à la fin, mais sincèrement, ça dépasse ma compréhension qu’un film considéré comme un superbe classique fasse l’apologie de la pédophilie. Parce que je ne vois pas comment on peut honnêtement définir le sujet du film autrement, même si les convenances (à défaut de la morale) sont finalement sauves.

GigiJ’avoue que la façon dont le film justifie à mots couverts les évènements m’a tellement horrifiée que j’ai peu fait attention au reste. Sachez pourtant que les décors et les costumes sont somptueux.

Le film a été en grande partie tourné dans des décors naturels à Paris, notamment au Jardin des Tuileries. La Belle-Epoque est reconstituée avec beaucoup de détails, notamment dans le luxe des toilettes des femmes.

GigiCompte tenu de mon ressenti au visionnage de ce film, qui me laisse un arrière-goût déplaisant plusieurs jours plus tard, vous comprendrez que Gigi n’entrera jamais au panthéon de mes films cultes. Si le sujet avait été traité différemment, j’aurais pu apprécier l’histoire. Ici il manque trop une critique sévère des faits pour me satisfaire. Non, ce n’est pas normal de chanter qu’on remercie Dieu pour avoir créé les petites filles dans un film qui traite de la prostitution d’une jeune fille!

Qu’en pensez-vous? Vous l’avez vu? Est-ce que le traitement de l’histoire vous a choqué autant que moi, ou vous avez trouvé que c’était justifié?

Publicités
Cet article, publié dans Cinéma, Défi cinéma, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Défi cinéma: Gigi

  1. Ping : Défi cinéma | Du côté de chez Cyan

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s