Sériemaniac épisode 2: 1 pitch, 2 séries

Un homme que l’on croyait mort revient en Angleterre, affublé d’une cicatrice au visage. Il découvre que son père est décédé et que la femme qu’il aime a trouvé un nouveau compagnon.

Ce pitch, c’est celui de 2 séries totalement différentes à la fois dans leur sujet et dans leur traitement: Taboo et Poldark.

Les ressemblances entre les 2 m’ont tellement frappée que je n’ai pas pu m’empêcher de les chercher alors qu’à la base rien ne permettait de penser que ces 2 séries avaient le moindre point commun.

Chronologiquement, Poldark est la série qui vient en 1er, mais c’est Taboo que j’ai découverte d’abord et c’est donc celle-ci que je commencerai par vous présenter.

Taboo. Série britannique créée par Steven Knight pour BBC, d’après une histoire et Tom et Edward Hardy. Avec entre autres Tom Hardy, Jonathan Pryce, Leo Bill, Jessie Buckley, Mike Kelly et Oona Chaplin. Drame historique. 8 épisodes de 60 minutes. 2017.

James Delaney était présumé mort depuis une douzaine d’années lorsqu’il revient en Angleterre. Il découvre que son père a probablement été assassiné et que sa soeur s’apprête à vendre son héritage, la terre de Nootka, située en Amérique du Nord, à la toute-puissante Compagnie des Indes. Le retour de James compromet les plans de tout ce petit monde.

La série est glauque, voire très glauque. C’est violent, c’est cru, c’est sombre: meurtres, inceste, cannibalisme, trahison, tortures, rien n’est épargné au spectateur, ni les flaques de sang, ni les scènes de sexe ou de nudité. Clairement, ce n’est pas une série pour les enfants ou les âmes sensibles.

Les personnages sont presque tous des psychopathes violents, au point que certains passages hallucinatoires donnent l’impression que la série va sombrer dans le fantastique. La folie, sous plusieurs formes, est omniprésente et plane sur l’ensemble d’une intrigue qui devient rapidement très addictive. Qu’ils soient dévorés par la soif de pouvoir ou le désir de vengeance, par leurs obsessions sexuelles ou leurs désirs fantasmagoriques, les protagonistes devraient faire peur ou rebuter le spectateur. Ils n’en sont en fait que plus fascinants au fil des épisodes.

Les acteurs sont magistraux, menés par un Tom Hardy monolithique et violent ultra convaincant et un Jonathan Pryce qui laisse transparaître une intolérable cruauté sous un vernis raffiné, quoiqu’impitoyable. Même les seconds rôles sont impeccables et contribuent à asseoir une ambiance lourde et terriblement glauque. Seule la prestation de Mark Gatiss m’a laissée dubitative, bien que j’apprécie cet acteur par ailleurs, du fait que j’ai trouvé le maquillage dont il est affublé complètement raté et ai donc eu du mal à croire à son personnage.

Une série très réussie, super addictive, convaincante, bien que la violence soit filmée avec un peu trop de complaisance à mon goût. A noter qu’une saison 2 a été annoncée et que le season finale me rend très impatiente de la découvrir.

***

Poldark. Série britannique créée par Debbie Horsfield pour BBC One, d’après la série de romans éponymes de Winston Graham. Avec entre autres: Aidan Turner, Eleanor Tomlinson, Ruby Bentall, Kyle Soller, Jack Farthing et Heida Reed. Romance historique. 2 saisons, 18 épisodes. 2015.

Fin du 18e siècle. De retour d’Amérique où il a combattu du côté des Anglais, Ross Poldark découvre que son père, ruiné, est décédé, qu’on le croyait lui-même mort au combat et que sa fiancée s’apprête à épouser son riche cousin. Son maigre héritage tombe en ruines et il va essayer de remettre en état le peu qui lui reste, dans une région minière sinistrée où les nantis font la loi et les pauvres meurent de faim.

Contrairement à ce que ce résumé plutôt déprimant peut laisser croire, la série baigne dans une atmosphère fraîche et romantique, tant grâce à son histoire qu’à ses magnifiques paysages. Les personnages évoluent dans de très beaux décors, même lorsqu’il s’agit de masures, tout reste pittoresque et bienséant. Ross Poldark passe énoooormément de temps à chevaucher ici et là sur fond d’océan, de falaises et de couchers de soleil ou à travailler sur son domaine en exhibant son torse musclé et son air tourmenté ou son sourire charmeur.

Au 1er abord, la série se présente comme une romance historique basique (certains affirment qu’il s’agit de faire concurrence à Outlander, l’aspect fantastique en moins); elle a le mérite de proposer en parallèle, même si c’est parfois un peu succinct, une réflexion sur la société de l’époque et sur la condition des femmes. Mais on reste toujours dans le poli et le joli. Le contraste n’en est que plus saisissant, mais je pense honnêtement que le but essentiel de l’histoire est d’attirer un public féminin en quête de romantisme et d’un beau héros tourmenté.

Ce n’est pas déplaisant, grâce notamment aux paysages qui permettent de belles images, l’histoire lorgne vaguement du côté de Jane Austen et l’intrigue générale n’est pas inintéressante. Mais l’ensemble souffre selon moi de beaucoup trop de remplissage et d’ellipses temporelles pour être totalement convaincant. Malgré les ellipses, souvent il ne se passe absolument rien et certains épisodes m’ont semblé très longs. J’ai d’ailleurs abandonné mon visionnage avant la fin de la 1e saison.

A noter qu’une 3e saison est actuellement en cours de production.

Vous l’aurez compris, de ces 2 séries au point de départ similaire, c’est Taboo qui a su me convaincre. Poldark est trop mièvre et trop prévisible à mon goût (au vu du trailer, on devine tout ce qui va se passer); les personnages sont trop lisses et trop manichéens. Restent de beaux paysages et des images superbes. Taboo serait une version glauque et malsaine (et boueuse. Très boueuse.), tandis que Poldark serait la version midinette et fleur bleue. Je pense que les 2 ont leur place et qu’il y a un public pour les 2 genres, parfois ce sera peut-être le même, d’ailleurs ^^ Si vous devez n’en voir qu’une, cependant, je vous conseille plutôt Taboo, que je trouve nettement mieux ficelée. Après une première impression mitigée, je suis vite devenue accro et j’ai hâte de voir la suite 🙂

Avez-vous vu l’une ou l’autre de ces séries (ou les 2)? Qu’est-ce que vous en avez pensé? Laquelle préférez-vous ou vous attire le plus?

Publicités
Cet article, publié dans Séries, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Sériemaniac épisode 2: 1 pitch, 2 séries

  1. Ping : Ce que j’ai lu en mars | Du côté de chez Cyan

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s