La double Mort de Linda

La double Mort de Linda. De Patricia MacDonald. Editions Le Livre de Poche, collection Thriller. 319 pages. (1994)

A Wayland dans le Massachussets, les ossements d’une jeune fille sont retrouvés dans une réserve ornithologique. Quelques mois plus tard, Greg et Karen Newhall s’apprêtent à célébrer la Fête des Mères lorsque Linda Emery, la mère biologique de leur fille adoptive fait irruption sans crier gare. Elle crée également la confusion dans sa propre famille en revenant après avoir disparu sans laisser de traces 14 ans plus tôt.

Pas facile de résumer le pitch de ce livre, car l’intrigue met un temps fou à démarrer et laisse totalement de côté le prologue, avant de n’y revenir que très brièvement à la fin. C’est seulement passé le 1er tiers du livre que le meurtre est commis. Et je vous déconseille de lire la 4e de couverture si vous  ne voulez pas passer tout ce temps à vous demander quand cet évènement va ENFIN arriver, étant donné que la victime est franchement antipathique.

La plupart des personnages de cette histoire, d’ailleurs, ne sont pas du tout attachants, au contraire. Et c’est dommage, parce que finalement ça rend difficile pour le lecteur de vraiment s’intéresser à ce qui va leur arriver.

On ne suit pas vraiment l’enquête, non plus, mais plutôt la façon dont la famille Newhall et en particulier Karen, la mère, va vivre les évènements. L’aspect psychologique, de ce côté, est plutôt bien mené, mais ça n’en semble pas moins très long. Bien que le livre ne compte que 319 pages, c’est encore une centaine de trop, selon moi.

Les choix narratifs de l’auteure ne m’ont pas toujours semblé judicieux, ce qui fait que le twist « presque-final » (ça n’arrive pas en toute fin ^^) ne m’a pas convaincue. On n’en savait pas assez pour le voir venir et en y arrivant, je n’ai pas compris tout de suite que c’était lié à l’intrigue ^^ Et on ne voit pas trop d’où ça sort, en plus.

Je n’ai rien à dire sur le style, ça se lit bien, mais ça n’a rien d’original ou de particulier. Venant d’une femme, j’ai trouvé aussi que certaines réflexions étaient d’une horripilante misogynie petit-bourgeoise, même en considérant que le livre date de 1994.

Pour finir, le titre français est complètement à côté de la plaque en plus d’être spoilant. A croire que Mother’s Day serait une référence incompréhensible en français, c’est vraiment n’importe quoi.

En résumé, une lecture longue et décevante.

Si vous l’avez lu, ça m’intéresse de connaître votre avis, parce que j’ai l’impression d’être totalement passé à côté…

Publicités
Cet article, publié dans Lecture, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour La double Mort de Linda

  1. Audrey dit :

    Je crois que je vais passer mon tour…

  2. Ping : Ce que j’ai lu en avril | Du côté de chez Cyan

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s