De sang-froid

De sang-froid. Récit véridique d’un meurtre multiple et de ses conséquences. De Truman Capote. Editions Folio. 506 pages. (1965)

Kansas, novembre 1959. La famille Clutter est sauvagement assassinée par deux jeunes truands. Truman Capote, fasciné par ce crime odieux, va se rendre sur les lieux pour mener une enquête minutieuse et en tirer ce livre, grand classique du « true crime ».

J’apprécie énormément la plume de Truman Capote, auteur que j’ai découvert grâce à Petit-déjeuner chez Tiffany et à quelques nouvelles. Je voulais lire De sang-froid depuis longtemps, mais sa réputation de livre-obsession m’avait toujours incitée à repousser cette lecture. Malgré tout, une fois ce livre acquis, je n’ai pas résisté longtemps à m’y plonger. Et je ne le regrette pas, car cette lecture m’aura marquée, sans doute pour un long moment.

Le livre s’ouvre sur une description très minutieuse de la famille Clutter, de sa vie de tous les jours, de son environnement et de ses fréquentations. Cette description est entrecoupée de passages présentant les 2 meurtriers. On sait dès le départ qui sont les coupables et le fait de les suivre dans leur quotidien en parallèle avec les Clutter donne une tension assez forte au récit. L’auteur s’attache ensuite à suivre l’enquête et les conséquences du crime sur la communauté d’Holcomb, où se sont déroulés les faits, toujours en parallèle avec les pérégrinations des meurtriers. Pour finir, l’enquête est résolue, on suit les interrogatoires, le procès et l’incarcération des condamnés.

Ce qui frappe avant tout le lecteur, c’est l’ambiance extrêmement perturbante dans laquelle baigne le récit. Le poids des évènements plane continuellement sur les faits exposés dans le moindre détail. Capote fait preuve d’une complète objectivité et ne tombe pas dans la facilité de présenter les meurtriers comme des monstres, ce qui est d’autant plus glaçant, car il est difficile de comprendre comment des individus apparemment ordinaires en sont venus à cette violence sanguinaire. Bien sûr l’enquête fournit des explications plausibles, tout en décrivant le processus judiciaire en action.

Certains passages tirent un peu en longueur, l’auteur faisant preuve d’une minutie probablement excessive, mais qui reflète bien son obsession pour l’affaire. La plume est précise, mais fluide, et entraîne assez facilement le lecteur. A mon avis, tout le monde ne sera pas sensible au style de Capote. Personnellement (et contrairement à beaucoup de lecteurs qui encensent notamment Gatsby le Magnifique), je le préfère très largement à Fitzgerald, même s’il n’est pas forcément plus accessible.

Pour résumer, j’ai énormément apprécié cette lecture, mais ce ne sera pas le cas de tout le monde. Si je devais la décrire en 2 mots, je dirais: minutieux et glaçant.

Si vous avez envie de découvrir Truman Capote, mais que vous appréhendez un peu la lecture de De sang-froid, je vous recommande vivement de commencer par ses nouvelles. Vous aurez un bon aperçu de sa plume sans la pression du livre-culte. Les éditions Folio en ont proposé dans leur format découverte à 2€. Personnellement, j’ai lu Cercueils sur Mesure et Monsieur Maléfique et autres nouvelles, que j’ai beaucoup appréciés.

Publicités
Cet article, publié dans Lecture, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour De sang-froid

  1. J’ai découvert ce roman il y a un peu plus d’un an, au tout début de mon blog et ce fut une véritable claque ! J’ai énormément aimé l’écriture, classique et précise et la psychologie des personnages, fouillée et minutieuse. Capote disait que s’il n’avait pas rencontré l’écriture, il aurait sans doute fini comme un des deux assassins… Vive l’écriture alors !

  2. Indra dit :

    Totalement d’accord avec toi : c’est un livre vraiment atypique et « minutieux et glaçant » lui va à merveille.
    Pour ma part, je suis complètement fan de ce roman – il fait partie de mes romans préférés -, mais il est assez difficilement abordable. Pour autant, le style de Capote pour ce genre de récit « true story » est vraiment parfait… Il ne laisse pas de place aux doutes quand à la véracité du récit et nous offre en même temps une distance appréciable au vue des crimes commis.
    Bref, je suis fan.
    Ta chronique tape dans le mile.

  3. Ping : Ce que j’ai lu en mai | Du côté de chez Cyan

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s