221b Baker Street

221b Baker Street. De Graham Moore. Editions Cherche Midi, collection Neo. 448 pages. (2010)

Londres, 1900. Arthur Conan Doyle, qui en est venu à détester son propre héros, se retrouve à mener l’enquête en marge de la police avec son ami Bram Stocker. New York, 2010. Un Holmesien de haut vol trouve la mort, dans des circonstances mystérieuses, au cours d’une série de conférences sur Sherlock Holmes. Se pourrait-il que les 2 affaires soient liées?

Ce que j’ai envie de vous dire en 1er à propos de ce livre, c’est: ne lisez pas le résumé qui figure sur la 4e de couverture, il en dit beaucoup trop! Il suffit de savoir que ce livre ne propose pas une réécriture de Sherlock Holmes, mais s’inspire en partie de faits réels, autour desquels l’auteur brode une histoire issue de son imagination. Par contre, si vous ne savez rien de Sherlock Holmes, je vous conseille de lire au moins une de ses aventures avant de vous lancer.

Ici on suit les 2 intrigues en parallèle et Graham Moore finit la plupart de ses chapitres sur des mini-cliffhangers qui rendent la lecture assez addictive, bien que les personnages ne soient pas particulièrement attachants. Ils ne sont pas non plus antipathiques, mais c’est vraiment l’envie de découvrir le fin mot de(s) l’histoire(s) qui motive le lecteur à tourner les pages.

J’avais deviné une partie des révélations qui sont faites au fil du récit avant les personnages, même si le « pourquoi » ne m’était pas forcément apparu. ça n’a pas gâché mon plaisir pour autant (surtout que je n’ai pas non plus tout deviné): c’est parfois sympa aussi de comprendre les indices semés par l’auteur et de faire marcher ses neurones dans le bon sens (et de ne pas se planter systématiquement, comme avec Agatha Christie ^^).

Sans être inoubliable, ce roman m’a fait passer un bon moment. C’est bien mené, on  ne s’ennuie pas et on apprend plein de choses à la fois sur Sherlock Holmes et son créateur et sur le Londres de 1900. La plume est agréable, pas dénuée d’humour et d’autodérision et toujours fluide. Ce n’est pas le meilleur livre du genre que j’aie lu, mais j’ai apprécié ma lecture, je n’en demandais pas plus 🙂

Publicités
Cet article, publié dans Lecture, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour 221b Baker Street

  1. CristySevla dit :

    Ce roman à l’air sympa, je pense qu’il pourrait me plaire 🙂

  2. Ping : Ce que j’ai lu en juillet | Du côté de chez Cyan

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s