Royaume de Vent et de Colères

Royaume de Vent et de Colères. De Jean-Laurent Del Socorro. Editions J’ai Lu. 284 pages. (2015)

Marseille, 1596. La ville est un des derniers bastions résistant encore à Henri IV. Alors que l’armée royale approche, nous allons suivre une poignée de personnages et découvrir comment ils sont arrivés là et pourquoi.

Je reste volontairement vague dans mon résumé, parce que le roman est bref et que je pense qu’il vaut mieux découvrir l’intrigue et ses personnages en se plongeant dedans sans trop en savoir. Au 1er abord, on a plutôt l’impression d’être dans l’historique, mais la magie, même si elle est peu présente, va rapidement nous confirmer qu’on est bien dans la fantasy. Fantasy historique, donc, mais aussi et avant tout ce livre nous propose les portraits fouillés et équivoques de quelques personnalités au passé plutôt unique.

J’avais entendu parler de ce livre lors de sa sortie en grand format et il me tentait énormément. Parce que l’époque où se déroule les évènements, dans une France encore agitée par les remous des Guerres de Religion, est assez rare en littérature, plus encore en fantasy. Et je dois dire que cet aspect de l’intrigue m’a comblée. On est en plein dedans! C’est dur, c’est cruel, c’est sombre et on marche à fond.

L’aspect fantastique, s’il est peu présent, est extrêmement bien mené également et je l’ai trouvé plutôt original. J’aurais aimé qu’il soit développé un peu plus, mais je ne suis pas sûre que ça aurait été pertinent.

L’intrigue est solide et intéressante, on se laisse facilement porter par les évènements. Ce n’est pas prévisible et certains détours empruntés par les personnages maintiennent en haleine, on a hâte de découvrir ce qui va leur arriver.

Le style de l’auteur est très agréable, j’ai apprécié la fluidité du texte et la brièveté des chapitres. Il y a peu de descriptions, mais elles sont suffisamment frappantes pour que le lecteur visualise facilement les lieux et les personnages. Globalement, c’est assez original, ça change vraiment de ce que le genre propose habituellement et c’est ce qui m’a le plus emballée dans ce livre. D’autre part, les lecteurs peu familiers de la fantasy ou que le genre rebute pourront malgré tout y trouver leur compte.

Malgré tout, je n’ai pas totalement adhéré. J’attendais énormément de ce livre, il était pratiquement inévitable que mes attentes soient au moins en partie déçues.

Premier point qui m’a gênée: la multiplication des points de vue en narration subjective. Là c’est affaire de goût. Je n’aime pas trop les histoires racontées en « je », surtout quand on doit suivre plusieurs personnages. Le style ne diffère pas assez de l’un à l’autre pour moi, à part le personnage de Silas, qui m’a semblé mieux caractérisé.

Ensuite, on a droit à quelques scènes de sexe qui, si elles ne sont pas particulièrement explicites (elles sont même très soft), n’apportent pas grand chose à l’intrigue. Vu la brièveté du roman, j’aurais préféré que l’auteur fasse l’impasse là-dessus et développe un peu plus d’autres points qui m’intéressaient réellement.

Pour finir, beaucoup de chapitres sont assez contemplatifs. Pour de la fantasy historique, je m’attendais à plus d’action. Il y en a, mais finalement ce n’est pas ce qu’on retient le plus une fois le livre refermé.

Même si je n’ai pas autant aimé ce livre que je l’espérais et bien que quelques points m’aient embêtée, j’ai beaucoup apprécié cette histoire et, plus encore, la plume de Jean-Laurent Del Socorro. J’espère avoir l’occasion de lire d’autres de ses livres prochainement et je vous conseille celui-ci, que vous aimiez ou non la fantasy.

A noter que le roman est suivi d’une nouvelle centrée sur un des personnages secondaires. Je l’ai trouvée très bonne et je l’ai beaucoup appréciée. Cette édition comporte également une préface (non-spoilante) et une interview de l’auteur à la fin (que je n’ai pas lue, je ne peux donc pas vous dire ce qu’elle vaut).

Publicités
Cet article, publié dans Lecture, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Royaume de Vent et de Colères

  1. Madame_Love dit :

    J’aime bien voir les points de vue de différents personnages et le « je » ne me dérange pas, mais c’est vrai que j’ai remarqué plusieurs fois que c’est un exercice difficile jamais vraiment bien réalisé (tous les personnages se ressemblent).

    • ducotedechezcyan dit :

      Je sais que beaucoup apprécient la narration subjective parce qu’ils trouvent que ça permet de mieux s’identifier aux personnages. Ce n’est pas mon cas, surtout quand on a plusieurs points de vue: il arrive toujours un moment où je m’embrouille et où je suis obligée d’aller vérifier qui parle ^^
      En tout cas, si tu aimes ce style de narration, le bouquin devrait te plaire 😉

  2. tomlinley dit :

    Je rajoute à ma PAL

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s