L’Etoile jaune de l’Inspecteur Sadorski

L’Etoile jaune de l’Inspecteur Sadorski. De Romain Slocombe. Editions Robert Laffont, collection La Bête noire. 592 pages. (2017)

Résumé de l’éditeur: Paris, 29 mai 1942 : une bombe explose devant le Palais de justice, dans un café fréquenté par les Brigades spéciales, faisant deux morts et plusieurs blessés. Quelques jours plus tard, le cadavre d’une inconnue est découvert en banlieue. Crime passionnel ou politique ? Chargé d’enquêter sur ces deux affaires, l’inspecteur Léon Sadorski voit ses projets de vacances contrariés ̶ d’autant plus qu’il doit bientôt participer à la grande rafle du Vél d’Hiv, exigée par les nazis et confiée à la police française. Un destin tragique menace désormais sa jeune voisine Julie Odwak, la lycéenne juive qu’il convoite en secret et dont il a fait interner la mère.

J’ai pu lire la version numérique de ce livre grâce à NetGalley et aux éditions Robert Laffont, que je remercie pour cette lecture.

 

Ce livre est le 2e tome des « aventures » de l’inspecteur Sadorski. Il peut être lu indépendamment du précédent, même si quelques éléments m’ont un peu échappé, du fait que je n’avais pas eu l’occasion de lire L’Affaire Léon Sadorski.

Il m’a fallu énormément de temps pour venir à bout de ce livre. Pas que je l’aie trouvé mauvais ou mal écrit, mais parce qu’il baigne constamment dans une ambiance extrêmement pénible. C’est que le héros de cette histoire, Léon Sadorski, est un flic antisémite, raciste et libidineux. Tout au long du récit, nous sommes dans sa tête et c’est franchement déplaisant. Je ne pouvais pas lire trop longtemps, parce que l’idéologie nauséabonde et les propos révoltants tenus par le personnage m’ont rendu physiquement malade. Je savais déjà que la France de l’époque n’était pas innocente des évènements racontés ici. Mais le savoir et être plongée dedans sont 2 choses totalement différentes!

Une note de l’éditeur en début de livre précise que ni l’auteur, ni Robert Laffont ne partagent les convictions du personnage dont il est question, on comprend pourquoi, parce que la façon dont c’est raconté fait froid dans le dos.

Malgré ça, je tenais à finir ce livre. Il n’est jamais bon de se voiler les yeux sur la réalité des choses et ce qui est raconté ici a réellement eu lieu: l’auteur s’est appuyé sur un fait divers et des rapports de police véridiques, sur des faits historiques avérés. Et ce n’est vraiment pas joli. Le récit de la rafle du Vél d’Hiv m’a arraché des larmes, mais rien que pour cette description, le livre vaut la peine d’être lu. Parce qu’il faut savoir ce qui s’est passé et ne jamais l’oublier.

La partie enquête arrive assez tardivement dans le récit et m’a semblé rester en retrait tout au long du livre. C’est plus un prétexte à décrire la police française pendant l’Occupation que le coeur de l’histoire. ça ne m’a pas vraiment dérangée, mais ça donne l’impression qu’il manque une vraie ligne directrice pour tenir l’ensemble du début à la fin. D’ailleurs, la résolution de l’affaire est un peu rapide.

L’auteur prend le parti de parler comme parlerait son personnage, souvent en discours indirect subjectif: il écrit « il » et pas « je », mais se place du point de vue de Sadorski. Il n’y a donc aucun filtre entre les pensées répugnantes du protagoniste et le lecteur. J’ai trouvé que c’était dur à encaisser, mais efficace.

Une lecture difficile et traumatisante, mais sans doute nécessaire.

Cet article, publié dans Lecture, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

9 commentaires pour L’Etoile jaune de l’Inspecteur Sadorski

  1. Madame_Love dit :

    Rien qu’en lisant le résumé j’étais un peu choquée, mais en voyant ton avis waow… Bien sûr que l’Histoire doit être racontée dans tous ses détails mais pour moi, passer par un personnage fictif aussi horrible n’est peut-être pas nécessaire dans ce cadre. Mieux vaut le récit d’une vraie personne dans ce cas.

    J'aime

  2. carine79 dit :

    Bon, je viens de l’écouter et ma première pensée va à Monsieur Tomé, qui interprète bien du coup. Et puis l’histoire avec l’opération « Vent printanier », ce qui m’a fait penser au documentaire « Auschwitz, les nazis et la solution finale » où ils évoquent l’opération avec les témoignages des Muller – Annette et Michel (qui est décédé l’an dernier, ce que je ne savais pas) – à ne pas confondre avec l’autre Michel Muller, l’acteur et humoriste célèbre qui est né en Autriche (ce que je ne savais pas non plus). Et puis avec les textes des ordonnances, ce qui me fait penser aussi au Calendrier de la persécution des Juifs de France de Monsieur Klarsfeld, qui est super bien documenté d’ailleurs, comme d’habitude. C’est en 4 volumes et s’étale de la période de 1942 à 1944 avec une introduction (Vichy-Auschwitz) et le mémorial des enfants déportés juifs de France où sont répertoriés tous les enfants déportés donc ainsi que les photos (pour ceux qui existent, s’entend).

    J'aime

    • ducotedechezcyan dit :

      ça doit être aussi difficile à entendre qu’à lire…
      Mais quand trouves-tu le temps de lire autant? 😉

      J'aime

      • carine79 dit :

        Ça dépend des circonstances.

        Après, pour le temps passé, j’ai plutôt tendance à acheter les livres que je préserve pour me documenter plus tard. Mais depuis qu’il y a les livres audio (que j’écoute en m’endormant), je les délaisse un peu, ce qui n’est pas bien, je sais. 😉

        J'aime

    • carine79 dit :

      Comme dans le roman, l’auteur évoque le CGQJ (Commissariat général aux questions juives) et Darquier de Pellepoix (le deuxième commissaire après Xavier Vallat), ça me fait penser au livre de Laurent Joly sur l’histoire du CGQJ. Je dis ça parce qu’il évoque le père de Jack Lang dedans.

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.