La Religion

La Religion. De Tim Willocks. Editions Pocket. 951 pages. (2006)

1565. Les chevaliers de l’Ordre des Hospitaliers sont assiégés dans Malte par l’armée ottomane. Parce qu’il a passé la moitié de sa vie à servir Soliman, Matthias Tannhauser est sollicité par le Grand Maître pour lui apporter ses conseils militaires. Il commence par refuser, mais finit par accepter, afin d’aider une femme à retrouver son fils illégitime, abandonné à Malte 12 ans plus tôt.

Ce roman a traîné assez longtemps dans ma PAL: ses 950 pages m’effrayaient un peu. Et c’était à juste titre, parce que ma lecture a été assez difficile. Pas que l’histoire ait été inintéressante, mais ce qu’on trouve ici, c’est surtout le récit du siège de Malte, avec tout ce qu’il entraîne de batailles sanglantes, de mutilations, de carnages, de folie. Et l’auteur ne nous épargne rien des horreurs de la guerre. J’ai eu besoin de plusieurs pauses au cours de ma lecture, parce que n’arrivais plus à supporter les descriptions des combats et de leurs conséquences.

Au milieu de toutes ces horreurs, nous suivons le petit groupe composé de Matthias, son compagnons Bors, de Carla et de sa suivante Amparo; de l’Inquisiteur Ludovico et de son âme damnée Anacleto; de quelques personnages plus ou moins secondaires. Je ne vous dirai pas si l’enfant va être retrouvé, ni comment va se conclure le siège pour les différents personnages. J’ignorais tout de cet épisode de l’Histoire avant d’ouvrir ce livre et je pense qu’il vaut mieux le découvrir en lisant pour se sentir plus impliqué dans les aventures des personnages.

Certains chapitres sont assez longs et c’est compliqué de les ingurgiter à cause de ce qu’ils décrivent, mais le style est agréable, fluide et plutôt addictif. Je ne regrette pas d’avoir pris le temps de lire lentement, de toute façon je n’aurais pas pu lire plus vite, ni d’une traite, un récit tel que celui-là.

Je ressors de cette lecture avec un sentiment de tristesse et de colère: 6 siècles plus tard, rien n’a changé. Les hommes continuent à s’entretuer pour les mêmes motifs, ils n’ont fait qu’inventer des moyens de le faire à plus grande échelle.

Une lecture instructive et intéressante, mais que je ne recommande pas forcément parce qu’assez difficile moralement.

Cet article, publié dans Lecture, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour La Religion

  1. tomlinley dit :

    J’ai déjà du mal à lire 1984 alors qu’il n’est pas épais ! Alors ça, je ne vais pas pouvoir. Malgré les passages difficiles, ça reste un sujet d’histoire qui m’intéresse tellement que j’aurais aimé. Un jour. Quand j’aurais du temps devant moi !

    J'aime

  2. Ce livre m’intéressait, mais ce que tu dis sur les descriptions horribles me refroidit carrément.

    J'aime

    • ducotedechezcyan dit :

      Pourtant je pensais être échaudée après Le Trône de Fer, mais là j’ai trouvé ça encore pire. Peut-être que tu peux essayer de trouver un extrait pour voir si tu supportes?

      J'aime

  3. Ping : Sénéchal | Du côté de chez Cyan

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.