Sériemaniac épisode #10 : trip coréen bis

Il paraît qu’une fois qu’on a plongé dans les séries coréennes, on devient vite accro ^^ Alors suis-je accro aux dramas (puisqu’on me dit qu’il faut utiliser le bon terme) ou est-il devenu plus difficile de trouver des séries qui me conviennent dans le monde télévisuel occidental? Peut-être bien un peu des deux! Quoi qu’il en soit, c’est avec toujours autant de plaisir que je poursuis mon exploration de la Corée du Sud à travers ses séries, en grande partie à cause de grâce à Outis, ma dealeuse officielle de pitchs en tous genres 🙂 Au programme aujourd’hui: des sales types et des dimensions parallèles. *

***

Bad Guys. Série scénarisée par Han Jeong Hun et réalisée par Kim Jeong Min pour OCN. Avec: Kim Sang Jung, Park Hae Jin, Ma Dong Seok, Kang Ye Won, Jo Dong Hyeok. 11 épisodes de 60 minutes. 2014.

Un tueur en série insaisissable assassine le policier qui le traquait. Le chef de la police charge alors Oh Gu Tak, un inspecteur mis à pied à cause de son alcoolisme et de ses méthodes violentes, de créer une unité spéciale pour l’arrêter, avec l’aide d’une jeune lieutenante qui applique le règlement à la lettre. Oh Gu Tak pense qu’il n’y a rien de tel que « des sales types pour attraper des sales types » et il va aller chercher en prison trois criminels endurcis pour remplir sa mission, en échange d’une réduction de peine.

Le concept n’est pas nouveau, il est régulièrement revisité notamment par la télé US, à travers des séries du genre de White Collar, où un escroc charmeur travaille pour le FBI. Là où Bad Guys fait la différence, c’est que les criminels recrutés n’ont rien de jolis garçons plein d’humour et propres sur eux. La force de frappe créée par Oh Gu Tak se compose d’un gangster violent réputé pour avoir « conquis » la ville en moins d’un mois, d’un tueur à gages surentraîné et d’un tueur en série psychopathe de haut niveau.

Le ton est donné dès le 1er épisode: c’est sombre, c’est violent, c’est glauque. Quand les « Chiens fous » d’Oh Gu Tak sont lâchés dans la ville avec carte blanche pour réussir, les autres criminels n’ont qu’à bien se tenir. Qu’ils travaillent ensemble, en mettant leurs compétences en commun, ou séparément, utilisant chacun les méthodes qui leur sont propres, ils vont faire preuve d’une efficacité redoutable là où la police traditionnelle et le système judiciaire s’avèreront corrompus jusqu’au trognon.

Mais il ne suffit pas d’enquêtes bien ficelées et de belles bastons (et des bastons, il y en a un paquet, pour mon plus grand plaisir) pour faire une bonne série, il faut aussi des personnages qui sortent du lot. Et ceux-là vont se révéler rapidement aussi attachants que fascinants, bien qu’on ne nous laisse jamais oublier qu’ils s’agit de criminels violents.

Pour ce qui est de l’aspect visuel, c’est bien filmé, bien chorégraphié. Les décors nous plongent dans une ambiance déliquescente en adéquation avec les intrigues. Et pour une fois les costumes sont sobres. Bref, tout va dans le même sens: ombre et simplicité au service du récit.

En résumé: une série d’action particulièrement efficace, sombre et glauque à souhait, avec une identité visuelle réussie. On peut lui reprocher d’être un peu trop prévisible, mais mon plaisir n’en a pas été amoindri pour autant. Et si elle n’a pas été addictive sur le moment, je me rends compte plusieurs semaines après coup qu’elle a été réellement marquante pour moi.

A noter qu’une saison 2 sera diffusée en 2018, mais avec des acteurs différents.

***

W (Two Worlds). Série scénarisée par Song Jae Jeong et réalisée par Jeong Dae Yun pour MBC. Avec: Lee Jong Suk, Han Hyo Ju, Kim Ui Seong, Cha Gwang Su. 16 épisodes de 60 minutes. 2016.

Kang Cheol est un ancien champion de tir devenu chef d’entreprise. Dix ans plus tôt, il a été accusé du meurtre de sa famille et n’a de cesse, depuis, de retrouver l’assassin. Oh Yeon Ju est interne en chirurgie cardiaque dans un grand hôpital. Pour elle, Kang Cheol est le héros d’un webtoon dont son père est l’auteur. Lorsque celui-ci disparaît, elle va fouiller son atelier et se retrouve aspirée dans la dernière case dessinée par son père, dans laquelle Kang Cheol vient d’être sauvagement agressé.

Encore une fois, nous voilà plongés dans un concept qui a été largement exploité au fil des années (Last Action Hero et Dramaworld sont les titres qui me viennent à l’esprit, même si la série m’a surtout rappelé un vieux clip du groupe A-ha), mais qui est ici revisité de façon redoutablement efficace. Il faut dire que le scénariste n’hésite pas à aller au bout de ses idées. Et des idées, il en a des tas! A peine le spectateur a-t-il eu le temps de se faire aux actions mises en place que la série bouscule et retourne dans tous les sens ce qu’on prenait pour acquis. Inutile de dire que c’est extrêmement jubilatoire, même pour le sériephile averti qui aurait pu se sentir blasé au départ.

L’histoire est toujours cohérente et l’avancée des divers points de l’intrigue ne se fait que rarement attendre. Et visuellement, c’est également une belle réussite. La mise en parallèle réalité/BD bénéficie de vrais dessins, très beaux et complètement en adéquation avec les 2 univers, et les passages d’un monde à l’autre sont traduits à l’écran par une multitude de détails imaginatifs et astucieux.

La série n’est pas exempte de défauts. Je lui reproche surtout d’avoir abusé des flashbacks et de laisser une place un peu trop importante à la romance (même si c’est globalement justifié par l’intrigue). L’épisode 13 en particulier est assez embrouillé. Malgré tout, les défauts ne nuisent pas réellement à la qualité d’une intrigue qui a su me tenir en haleine jusqu’à la fin.

Bien évidemment je vous recommande chaudement cette série qui plaira autant aux amateurs de réalités parallèles qu’à ceux de romances compliquées.

A noter qu’un documentaire très intéressant et plutôt amusant est disponible en complément des épisodes.

***

*Ces 2 séries sont disponibles sur la plateforme Viki 😉

Publicités
Cet article, publié dans Séries, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Sériemaniac épisode #10 : trip coréen bis

  1. Madame_Love dit :

    Dans W le père/méchant est hyper machiavélique ça fait froid dans le dos parfois.

  2. Sylphideland dit :

    Je note ces deux-là aussi !
    Merci pour ce partage ! W, c’est carrément ma came je pense 😛 Je suis curieuse de voir ce que donne Bad Guys aussi 😀

  3. Ping : De Case en Case | Du côté de chez Cyan

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s