Allô, Major Tom?

Allô, Major Tom? De David M. Barrett. Editions JC Lattès. 350 pages. (2018)

Résumé de l’éditeur: Être tout seul, loin des autres et de leurs problèmes, voilà qui convient très bien à Thomas Major. Aussi, lorsque par un curieux concours de circonstances, le jour de la mort de David Bowie, l’occasion se présente à lui d’être le premier homme à aller sur Mars, il n’y réfléchit pas à deux fois. Sauf qu’il ne s’attendait pas à ce que ce voyage improbable mène sur sa route Gladys et sa famille.
Gladys, avec l’âge, perd un peu la tête. Pourtant, quand elle reçoit un coup de fil de Tom Major, elle mesure bien sa chance : parler à un vrai astronaute ! Ses deux petits-enfants ne croient bien sûr pas un mot de cette histoire. Mais alors qu’ils sont en difficultés et risquent de tout perdre, un petit coup de pouce venu de l’espace pourrait bien changer la donne.
Car, si sous ses airs grognons Tom est en fait un homme abîmé par la vie, la rencontre déroutante avec cette famille est sur le point de bouleverser sa vision du monde. 

J’ai reçu ce livre grâce aux éditions JC Lattès et NetGalley, que je remercie pour cette lecture 🙂 Pour en savoir plus, clic-clic sur les logos 😉

J’avoue que c’est avant tout le titre de ce livre qui m’avait incitée à le demander: il m’a fait rire quand je l’ai vu dans le catalogue. Mais le résumé laissait entendre qu’on allait être dans le genre feel good, ce qui était un bon argument pour me donner envie de le lire. Au final, même si on a effectivement une histoire avec des bons sentiments et des personnages attachants, on n’est pas vraiment à 100% dans le feel good, parce que le moins qu’on puisse dire, c’est que nos protagonistes en bavent.

Prenons Thomas Major, astronaute par hasard, qui est parti pour Mars pour échapper au reste de l’humanité. Le récit de sa vie et de ses malheurs passés tient une bonne part du livre et on ne peut pas dire que ça respire la joie de vivre. ça ne le rend que plus proche pour le lecteur, puisque son parcours est somme toute semblable à celui de n’importe qui: des deuils, des échecs, des erreurs, mais aussi des moments de joie et de partage. Sauf que Tom a choisi une solution extrême: partir pour un voyage sans retour, avec ses mots croisés sous le bras.

Mais Tom passe un appel d’adieu et se retrouve en communication par erreur avec Gladys, une vieille dame qui perd un peu (beaucoup) la tête. De fil en aiguille, parce que Gladys doit élever ses petits-enfants et que les choses ont tendance à déraper souvent, l’astronaute et la famille vont rester en contact, lier connaissance et s’entraider.

Dans ce genre de roman, le schéma narratif ne peut pas être bien original, mais ça fonctionne parce qu’on apprend à connaître les personnages et qu’on finit par s’attacher à eux au fil de l’évolution de leurs relations. On nous raconte en parallèle leur passé et on comprend comment les choses en sont arrivées au point où le récit débute. Je ne suis pas spécialement amatrice de livres avec beaucoup de retours dans le passé, surtout qu’ici c’était la partie voyage vers Mars qui m’intéressait le plus. Mais comme on n’est pas dans l’anticipation, mais bien dans le roman contemporain, il fallait s’y attendre. ça reste intéressant, mais un peu trop développé à mon goût, d’autant que ça donne envie de secouer un peu Thomas pour qu’il arrête de s’apitoyer sur lui-même.

Mon personnage préféré dans cette histoire est sans conteste Gladys, la mamie qui se rend compte qu’elle perd les pédales, mais qui adore ses petits-enfants. Ses dialogues de sourd avec Thomas sont souvent hilarants et elle a quelques scènes d’anthologie qui méritent le détour. Ceux qui ont lu ce livre comprendront à quoi je fais allusion si je mentionne Robert de Niro ^^

La plume est agréable, c’est vivant et ça se lit facilement. Il y a beaucoup d’humour, parfois de l’ironie. Le directeur de la mission spatiale en fait souvent les frais, il faut dire que Thomas est particulièrement imaginatif s’agissant de manier le sarcasme. Certains m’ont fait beaucoup rire.

Une lecture plutôt agréable et souvent drôle, donc, mais qui souffre malgré tout de quelques longueurs. Parfois loufoque, parfois un peu larmoyant, mais globalement sympathique.

Cet article, publié dans Lecture, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

11 commentaires pour Allô, Major Tom?

  1. Linley dit :

    Pas à éliminer, pas à mettre en tête de liste. Merci !

    J'aime

    • ducotedechezcyan dit :

      De rien 😉 Quand tu as envie de ne pas te prendre la tête, c’est un bouquin qui peut faire l’affaire 😉

      J'aime

      • Linley dit :

        Des fois, c’est ceux-là qu’on veut.

        J'aime

        • ducotedechezcyan dit :

          On est d’accord 😉

          J'aime

          • Lynley dit :

            Je l’ai lu et j’avais gardé l’aspect « feel good » dans la tête, c’est pourquoi je l’avais choisi. Alors on ne va pas dire que ce sont les Misérables et que Ellie, c’est Cosette mais purée, ça aborde quand même des sujets pas faciles et ça les montre sans trop de chichi… Evidemment, il y a beaucoup d’humour et en effet, Gladys est inénarrable (enfin si… mais on se comprend ^^). J’ai beaucoup aimé Delil aussi. Trop sympa, le mec !

            Un bon bouquin, peut-être quelques longueurs en effet… pour moi, le plus grand problème, est l’aspect scientifique (tout l’aspect « espace ») sur lequel on marche quand même beaucoup dessus 😉

            Aimé par 1 personne

  2. Ping : Ce que j’ai lu en mai | Du côté de chez Cyan

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.