La Prière d’Audubon

La Prière d’Audubon. De Kôtarô Isaka. Editions Philippe Piquier. 448 pages. 2000.

Après un accident de voiture, Itô se réveille dans un appartement inconnu, sur une île coupée du monde extérieur. Il va faire la connaissance des habitants, à commencer par Hibino, qui a été chargé de lui faire découvrir les lieux, et du personnage le plus célèbre de l’île: Yugô, un épouvantail bavard et philosophe.

Ce livre avait atterri dans ma WL à cause de sa couverture et de son titre, qui m’avaient tapé dans l’oeil. Quand il a finalement rejoint ma PAL, je n’avais aucun souvenir de son pitch (je ne suis même pas sûre que je l’avais lu, pour être honnête ^^), mais j’étais extrêmement curieuse de découvrir comment un auteur japonais s’était emparé d’Audubon. Je connaissais ce peintre pour l’avoir étudié un peu à la fac, j’avais été suffisamment fascinée par sa passion des oiseaux pour me plonger dans une biographie abondamment illustrée par ses oeuvres.

Si la place d’Audubon dans ce roman est au final plutôt réduite (en quantité seulement, car elle donne du sens à l’histoire), ma lecture n’en a pas moins été intéressante pour autant. Mais s’il y a une chose dont je suis sûre, c’est que ce livre ne plaira pas à tout le monde.

Tout au long du récit, on baigne dans une ambiance bizarre renforcée par l’étrangeté des personnages rencontrés, le tout sur fond de critique de la société, d’onirisme et d’introspection. J’avoue qu’au départ, je me suis demandée où j’étais tombée 😆 Le livre a été comparé aux livres de Lewis Carroll. Effectivement, on nage souvent dans l’absurde.

Mais rien de tout ça n’est un défaut, l’intrigue a une cohérence qui lui est propre, même si elle n’est pas visible au premier abord (c’est le moins qu’on puisse dire ^^). Honnêtement, quand je voyais ce livre qui m’attendait, je n’étais pas forcément motivée pour m’y plonger. Pourtant, une fois ouvert, c’est un roman qui se lit très facilement, qui devient franchement addictif dès qu’on commence à lire.J’avais peur que la fin ne soit pas à la hauteur, quand même, parce qu’avec ce genre d’histoire, c’est difficile de conclure en donnant du sens à ce qui est raconté.

Verdict? La fin est juste parfaite! Elle ne répond pas à toutes les questions qu’on se pose sur l’île et sur les personnages, mais dénoue l’intrigue. Durement et doucement à la fois,  avec poésie. J’ai refermé mon livre avec un énorme sourire sur la figure et il y est resté pendant des heures. Si ça ce n’est pas une bonne raison pour lire ce bouquin… 😉

Je ne peux pas vous garantir que vous aimerez ce livre, le contenu est trop « différent » pour ça. Mais pour moi, c’est une pépite, même s’il faut arriver à la dernière page pour s’en rendre compte 🙂

Publicités
Cet article, publié dans Lecture, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour La Prière d’Audubon

  1. Linley dit :

    Je suis conquise par ton feed-back !

  2. Audrey dit :

    Déjà quand je vois l’éditeur Philippe Picquier, je ne me pose pas trop de question, l’éditeur faisant un travail remarquable. Et le côté absurde ne me dérange pas même si parfois c’est frustrant d’avoir l’impression de ne pas avoir tout saisi… Ton avis reste encourageant notamment avec cette fin que tu donnes très envie de découvrir 🙂

    • ducotedechezcyan dit :

      Rassure-toi, on comprend tout ce qui se passe, même si pour certaines choses ça arrive seulement à la fin 😉 Je pourrais expliquer davantage, mais je ne voudrais pas te gâcher le plaisir de la découverte ^^
      Je crois que c’est le 1er livre de cette maison d’édition que je lis, si tu en as d’autres à me conseiller ça m’intéresse 🙂

      • Audrey dit :

        Mon futur plaisir reste donc intact 🙂
        J’ai envie de te dire qu’avec cette ME, tu peux te tourner vers n’importe quel livre, mais je te conseillerais :
        _Fils de l’eau qui a un peu ce côté absurde/onirique
        _20 ans avec mon chat
        _Le chat qui venait du ciel
        Ces deux livres étant de toute beauté et très émouvant si on aime les chats. Et bizarrement, je pense que c’est ton cas 🙂
        _ Nos jours heureux qui aborde les thèmes de la peine de mort, du pardon… Très intense, mais à lire si ces questions t’intéressent. Il existe également un film.
        Tu pourras trouver toutes les chroniques sur le blog si tu veux en apprendre plus 🙂 (bonus, elles sont toutes relativement courtes)
        J’espère t’avoir donné des pistes de lecture, mais dans tous les cas, n’hésite pas à tenter des romans de cette ME. Les textes sont vraiment sélectionnés avec soin…

        • ducotedechezcyan dit :

          Merci beaucoup!
          Je vais aller voir tes chroniques pour en savoir plus sur ces titres et jeter un coup d’oeil au catalogue de cette maison d’édition 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.