La Bête du Gévaudan

La Bête du Gévaudan. D’Elie Berthet. Editions Libretto. 481 pages. 1858.

Résumé de l’éditeur: Entre le 30 juin 1764 et le 19 juin 1767, une bête sème la terreur dans la France paysanne de la région du Gévaudan (qui correspond globalement à l’actuel département de la Lozère). L’histoire de la « Bête du Gévaudan » dépassera très rapidement le fait divers et donnera naissance à toutes sortes de superstitions et de récits horrifiques. Le pouvoir royal enverra des troupes pour éliminer cette bête et mettre un terme à toutes les interprétations.

Car la créature tue et déchiquette hommes, femmes, enfants. On lui attribue une centaine de meurtres dont on ne sait si leur auteur est un loup, un chien, une hyène… un loup-garou, peut-être ? La rumeur s’emballe…

Romancier populaire du Second Empire, Élie Berthet (1815-1891) publie le premier roman sur l’affaire. Parue en 1858, sa Bête du Gévaudan obtient un succès immédiat.

***

J’ai reçu ce livre dans sa version numérique grâce à NetGalley et Libretto, que je remercie pour cette lecture 🙂

La première chose à savoir concernant ce livre,  c’est que le résumé induit en erreur sur le contenu. Oui, il est question de la Bête du Gévaudan et de la chasse qui lui est donnée par les habitants. Oui, il y a une théorie sur ce qu’était cette Bête. Mais non, le fond de l’histoire n’est pas celle de la traque de la Bête.

L’intrigue qui sert de trame au roman se résume en trois points: qui mademoiselle de Barjac, propriétaire des terres où sévit la Bête et pupille des moines de Frontenac, va-t-elle épouser? Qui de ces moines ou d’un noble soupçonné de protestantisme obtiendra gain de cause dans une affaire d’héritage? Léonce, le neveu du prieur, verra-t-il son ambition amoureuse couronnée de succès? Ces trois fils narratifs se mêlent pour n’en former qu’un seul, la traque de la Bête en étant l’arrière-plan et servant de prétexte à réunir les personnages. Si vous cherchez à lire le récit d’une chasse au monstre haletante et sanglante, passez votre chemin. Les passages de ce genre sont rares et la résolution du mystère est rapidement éventée, tout comme les autres secrets dont on découvre l’existence au fil de la lecture. Il faut dire que l’auteur ne fait pas de grands efforts pour cacher lesdits secrets et qu’en plus il n’est pas avare de clichés.

Les idées développées dans ce roman servent presque uniquement à faire l’apologie de l’Eglise catholique et à vilipender à peu près tout le reste. L’héroïne, qui est au départ une jeune fille indépendante et sûre d’elle, se voit rapidement punie de ses velléités libertaires. Entre culture du viol et affirmation du patriarcat, l’auteur ne lui laisse aucune chance, si ce n’est de se plier à l’avenir qu’on lui a destiné. Mais comme les méchants doivent être punis et les bons récompensés, elle a le grand bonheur que son tuteur, qui a toujours raison, dans son immense sagesse, ait choisi son homme idéal.

Si vous me connaissez un peu, vous vous doutez que beaucoup de choses là-dedans m’ont grandement exaspérée et fait bouillir intérieurement ^^ Si la misogynie du 19e siècle vous est aussi pénible qu’à moi, il est probable que ce livre vous énerve aussi.

Pour ce qui est de la plume, elle est plutôt fluide, mais assez datée, au point que certaines tournures ou certains mots m’ont fait buter. Sans le contexte, le sens m’aurait semblé nébuleux.

Dans l’ensemble, ce qui a trait à la Bête du Gévaudan est tellement noyé dans le reste que ce roman est très loin d’avoir comblé mes attentes. J’ai passé beaucoup de temps à lever les yeux au ciel et à grommeler au cours d’une lecture qui, du coup, a été particulièrement laborieuse.

Une grosse déception.

Cet article, publié dans Lecture, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour La Bête du Gévaudan

  1. Lynley dit :

    Mais quelle horreur !!!!! Je passe ! 😀

    Aimé par 1 personne

  2. Lynley dit :

    LOL ! Ma pauvre ! Tu te sacrifies pour la cause 😩

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.