Un Jardin dans les Appalaches

Un Jardin dans les Appalaches. De Barbara Kingsolver, Steven L. Hopp et Camille Kingsolver. Editions Rivage. 520 pages. 2007.

Une famille quitte l’Arizona pour s’installer dans une ferme familiale au sud des Appalaches. Leur but: vivre de leur propre production et des produits locaux, dans un souci écologique.

Ce livre raconte, au fil des mois, l’installation et le quotidien de l’autrice, son mari et leurs filles dans leur nouvelle vie, leurs motivations (basées sur des réflexions concrètement expliquées), leurs doutes, leurs résultats. Il y a également des encarts rédigés par Steven L. Hopp, le mari de Barbara Kingsolver, qui abordent des chiffres et des faits sociétaux, scientifiques, et des chapitres rédigés par leur fille Camille, qui apporte un point de vue un peu différent et propose des recettes saisonnières.

J’ai trouvé ce témoignage absolument passionnant, à la fois pour les idées développées et pour l’expérience humaine qu’il retrace. Je ne sais pas à quel point l’autrice a idéalisé son expérience (il est plus question des réussites que des échecs), mais c’était un plaisir de « voir » des gens vivre selon les principes qu’ils professent.

Le livre date de 2007, alors il n’est pas tout à fait actuel. D’autre part, il n’est question que de la situation des USA et de sa population, de ses règlements, de ses lois. Toutes les suggestions de lectures et de sites internet sont en anglais. Comme ils ne s’appliquent pas à nous, je ne suis pas allée voir de près, mais j’imagine que certains sites n’existent probablement plus. Quant à l’autrice, elle m’a semblé idéaliser énormément l’Europe et ses habitants, ce qui prête un peu à sourire. Mais c’est intéressant de découvrir comment nous sommes vus ailleurs.

Si j’ai énormément apprécié ma lecture, deux points m’ont dérangée. Le 1er est la description de l’abattage des volailles qui vont être consommées par la famille. Je ne suis pas d’accord avec les arguments utilisés par l’autrice pour justifier la consommation de viande, mais je les respecte, tout comme je respecte le choix de chacun d’en consommer ou pas. Par contre, même avant d’être végétarienne, je n’aurais pas supporté cette description. Là, ç’a été une horreur à lire, même si ça n’a rien à voir avec les techniques d’élevage et d’abattage industriel. 2e aspect qui m’a fait trépigner: la vision qu’a l’autrice de la « libération » des femmes (question de génération?).

Ces points négatifs n’ont pas réussi à gâcher ma lecture. J’ai appris plein de choses, à la fois sur la société américaine de 2007 et son industrie agro-alimentaire, mais évidemment surtout sur les potagers, l’agriculture biologique et raisonnée, sur les fruits et légumes et même sur la cuisine.

Une lecture passionnante et très enrichissante!

Publicités
Cet article, publié dans Lecture, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.