L’Affaire de Road Hill House

L’Affaire de Road Hill House. De Kate Summerscale. Editions 10/18. 523 pages. 2008.

Angleterre, 1860. Un crime horrible a été commis dans la maison d’une famille bourgeoise typique. Le jeune Saville, 3 ans, a été sauvagement assassiné. Le meurtrier est forcément un membre de la maisonnée.

Le résumé ressemble fortement un roman d’Agatha Christie, mais il s’agit d’un fait divers réel. Ce livre n’est pas une fiction, mais un essai sur ce crime et son contexte historique. Il est question de la création d’une vraie police, de ses méthodes de travail, avec les balbutiements que ça implique dans l’organisation et la vision des enquêtes. On parle également beaucoup du rôle de la presse, qui se développait à cette époque, ainsi que des 1ers romans de littérature policière (beaucoup d’auteurs semblent s’être inspirés de cette affaire). Il y a aussi une réflexion sur la société victorienne et ses moeurs.

Du fait qu’on parle d’un véritable crime, du meurtre d’un enfant qui-plus-est, l’ambiance est très pesante, ce n’est donc pas une lecture facile de ce point de vue. L’autrice insiste sur l’impact qu’a eu cette affaire sur la société de l’époque et sur le retentissement qu’elle a eu à travers tout le pays, pendant des années. Pour vous donner une idée de l’impact médiatique et sociétal, l’affaire serait à peu près de la dimension de celle dite « du Petit Grégory », dont on entend encore parler 35 ans plus tard. Dans les deux cas, la victime est un jeune enfant que les membres de la famille sont soupçonnés tour à tour d’avoir tué. Ici, quelqu’un a finalement été condamné pour le crime, mais des parts d’ombres subsistent.

Le récit n’est pas dénué de longueurs, du fait que l’autrice insiste beaucoup sur le contexte, notamment sur les policiers et leur formation. Elle prend aussi le temps, en fin d’ouvrage, de détailler ce que sont devenus les différents protagonistes mêlés à cette affaire. Mais la plume est agréable et précise, c’est le genre de documentaire qu’on lit comme un roman. Le livre comporte de nombreuses illustrations: photos, dessins, plans, etc, qui permettent au lecteur de se faire une idée assez complète des lieux, des personnes et des évènements.

Une lecture pesante vu son sujet sordide, mais très intéressante et instructive. Si vous vous intéressez au sujet ou aux romans policiers classiques, ce livre devrait vous plaire.

Cet article, publié dans Lecture, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

9 commentaires pour L’Affaire de Road Hill House

  1. Lynley dit :

    Le côté sordide me retient mais effectivement ça a l’air vraiment très bien.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.