Ces livres que je n’ai jamais pu terminer #9

C’était vraiment la misère ces derniers temps côté SF, j’ai abandonné presque coup sur coup 4 livres qui me faisaient super envie 😦

Le Cycle de Dune tome 3: Les Enfants de Dune. Editions Presses Pocket, collection SF. 539 pages. 1976.

Mon avis sur les tomes précédents: 1. Dune. 2. Le Messie de Dune.

Suite aux évènements ayant conclu le tome 2, nous retrouvons la soeur, la mère et les enfants de Paul Atréides au  milieu des nombreux complots: ceux qui les menacent et ceux qu’ils ont tramé.

Trop de complots tuent le complot. Trop de déductions tuent les déductions. Les personnages sont trop intelligents et retors, on n’en finit plus de les voir comploter les uns contre les autres et déduire comment les autres complotent contre eux.

C’est dommage, parce que je trouve l’univers très intéressant et la planète fascinante. Mais 539 pages dans cette veine? Au secours. Je ne sais pas pourquoi ça m’a moins gênée dans les autres tomes. C’est peut-être parce que justement on est encore dans la même chose que ce n’est pas passé. Tant pis.

***

La Trilogie martienne. De Kim Stanley Robinson. Editions France Loisirs. 1648 pages. 1993-1996.

La première colonie humaine s’installe sur Mars, après de longs mois de voyage. Les dissensions éclatent rapidement entre les colons, malgré l’immense tâche qui les attend.

Je crois que mon résumé explique un peu pourquoi j’ai fini par abandonner ce livre: on devrait parler conquête spatiale et exploration de Mars et à la place on passe les 3/4 du temps à se focaliser sur les états d’âme et les histoires de coeur de personnages tous plus mesquins et pénibles les uns que les autres. Sur les 6 ou 7 chapitres que j’ai lus, un seul permettait de visiter un peu la planète…

Bien sûr l’auteur explique les conditions de vie et la façon dont la colonie se développe, mais j’ai eu l’impression que c’était plus une toile de fond que le centre de l’histoire. Mars devrait être le personnage principal de ce livre, mais finalement ne sert que de cadre aux dissensions entre différentes factions en désaccord scientifique, politique et éthique.

Enorme déception, je me suis ennuyée à mourir la plupart du temps.

***

Théâtre des Dieux. De Matt Suddain. Editions Au Diable Vauvert. 688 pages. 2017.

Résumé de l’éditeur: Voici l’histoire de M. Francisco Fabrigas – explorateur, philosophe, physicien hérétique – qui embarque à bord d’un vaisseau plein d’enfants pour un voyage terrifiant vers une autre dimension, assisté par un capitaine juvénile, un brave garçon sourd, une fillette aveugle et futée, et une botaniste sensuelle, tous poursuivis par le pape de l’univers et un magnétiseur coquet. Sombres complots, cultes démoniaques, jungles meurtrières, pagaille quantique, la naissance de la Création, la mort du Temps, et une créature nommée Sweety : tout cela et plus encore derrière le voile de la réalité.

Je vous mets le résumé de l’éditeur, parce qu’après 140 pages, je suis toujours incapable de dire de quoi parle ce livre… L’auteur saute constamment du coq à l’âne, la chronologie est complètement embrouillée et l’intrigue est extrêmement confuse.

On est dans la SF parodique et oui, c’est parfois drôle. Mais ce serait bien quand même qu’on puisse comprendre quelque chose à ce qui se passe… A force de vouloir faire dans la loufoquerie, l’auteur m’a complètement perdue en route, et pourtant je me suis accrochée.

Le seul bon point que j’ai trouvé à ce livre, c’est le superbe travail éditorial qui a été réalisé: c’est un hard-back avec jaquette et des illustrations.

Si vous cherchez de la SFFF parodique, allez plutôt voir du côté de Terry Pratchett…

***

La Geste des Princes-Démons tome 1: Le Prince des Etoiles. De Jack Vance. Editions Presses Pocket, collection SF. 221 pages. 1964.

En quête de vengeance, Gersen traque un Prince des Etoiles, Attel Malagate, qui a exterminé toute sa famille.

Ce titre a atterri dans ma PAL suite au MOOC sur la SF que j’ai suivi il y a un moment et j’avais très hâte de le découvrir, surtout que cette couverture de Siudmak m’intriguait beaucoup.

Mais je n’ai jamais réussi à entrer dans l’histoire. Chaque chapitre est précédé de textes extraits d’ouvrages ou d’interviews qui sont censés présenter l’univers où se déroule l’intrigue (un peu à la manière de Dune, mais en beaucoup plus long), ce que j’ai trouvé très fastidieux à lire et qui en plus est écrit tout petit.

Le récit de la découverte d’une planète était intéressant, mais finalement l’ennui de suivre une intrigue qui ne me plaisait pas vraiment et le manque d’attrait envers le personnage principal ont fait que j’y allais à reculons. J’ai préféré abandonner. Surtout que j’avais déjà lu cet auteur avec Le Cycle de Tschaï et que ça n’avait pas vraiment collé entre nous non plus.

***

J’espère que mes prochaines lectures SF seront vraiment meilleures, parce que là c’était vraiment la débandade 😦 Est-ce que les circonstances ont pu jouer sur mon manque de patience? Peut-être, mais pas seulement, parce que je n’ai pas eu de mal à lire une pavasse avec quelques longueurs comme Le Dahlia Noir ou de la SFFF classique avec le 1er tome d’Elric

Cet article, publié dans Lecture, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

21 commentaires pour Ces livres que je n’ai jamais pu terminer #9

  1. Lynley dit :

    Choisis Hypérion pour avoir de la bonne SF 😉

    Aimé par 1 personne

  2. J’ai « La trilogie martienne » dans ma PAL et je suis bien contente d’avoir ton retour puisque je m’attendais également à y trouver de la conquête spatiale. C’est plus du space opera, finalement ?

    Aimé par 1 personne

    • ducotedechezcyan dit :

      Je ne le classerais pas en space-opera, c’est plus de l’anticipation réaliste avec une dimension « expérience sociologique ». L’auteur s’attarde beaucoup sur l’effet de l’expédition sur les personnages et la dynamique qui s’installe entre eux.
      On apprend également des choses sur la façon dont une colonie s’installerait et vivrait sur Mars, avec la construction des habitats, par ex. Mais on se concentrait beaucoup sur les états d’âme des personnages et pas assez sur l’aspect expédition spatiale/scientifique pour mon goût.
      En gros, si tu cherches le souffle de l’épopée, tu ne le trouveras pas ici (ou alors après ce que j’ai lu, mais je n’ai pas l’impression que c’est ce que l’auteur avait à proposer). Par contre, si tu es intéressée par la façon dont un groupe humain réagirait pendant le voyage, puis une fois installé sur Mars, d’un point de vue essentiellement psychologique/sociologique, là tu trouveras ton bonheur.

      Aimé par 1 personne

  3. vinushka64 dit :

    Ah mince j’ai le Théâtre des Dieux. >< Bon, je suis pas prête de l'essayer si ça passe du coq à l'âne car j'ai déjà du mal à me concentrer…

    Aimé par 1 personne

  4. Ping : Ce que j’ai lu en mai | Du côté de chez Cyan

  5. Ping : Tag ces livres que je ne lirai jamais | Du côté de chez Cyan

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.