Joy Ruby

Joy Ruby. D’Ayrton Glenet. Auto-édité. 138 pages. 2019.

Résumé de l’auteur: Un poulpe illusionniste, un chapeau de cowboy, un parieur avec la corde au cou et le plus grand vaisseau de paris de la galaxie, ça vous parle ?

Tout commence au milieu du désert. Sa dernière chance, son dernier souhait, un paris et une simple question : « Est-ce que vous pensez vraiment avoir mis la corde au cou de Joy Ruby?? ». Les deux chasseurs de prime n’ont aucun doute, mais avant de répondre, ils doivent écouter une histoire. Celle qui est à l’origine de la prime les ayant menés à ce jour fatidique.

J’ai découvert l’existence de ce roman au détour d’une recommandation automatique et quand le résumé en arrive à « ça vous parle? », la réponse a été un grand oui!

Mais là maintenant, c’est la 3e fois que je recommence ce billet, parce que ce n’est pas évident de donner un avis juste… C’est difficile d’écrire un avis négatif, mais je ne peux pas non plus en donner un qui soit totalement positif. Parce que j’ai aimé le fond, mais ça pêche vraiment sur la forme et ça a en grande partie gâché ma lecture.

L’histoire est originale, dans le genre absurde/nawak/défoncé, c’est assez drôle, distrayant, tout en étant bien mené et bien ficelé jusqu’à la fin. Il faut aimer le genre barré, bien sûr. C’est mon cas. Surtout qu’on est dans un mélange de SF et de western un peu halluciné qui à mon avis fonctionne très bien.

La plume est plutôt agréable, ça se lit bien. Je trouve qu’on y sent un potentiel d’amélioration qui serait plus facile à exploiter avec un récit plus long. Là, il fallait que ça aille vite pour être pertinent, donc les faiblesses de style, pas si nombreuses, ne sont pas gênantes.

Le problème, c’est que la forme « technique » ne va pas du tout. Le texte est bourré de coquilles et, pire encore, de fautes de conjugaison, innombrables. L’auteur s’est visiblement fié uniquement à son correcteur automatique pour la relecture de son roman… Certaines phrases n’ont aucun sens si le lecteur ne fait pas l’effort de corriger les coquilles et d’autres ne veulent pas dire ce que l’auteur voulait exprimer parce qu’il confond passé simple et imparfait. Si en français on utilise deux temps différents, ce n’est pas par hasard. Et ça, ce sont des fautes qui reviennent à toutes les pages, ça fait mal aux yeux. Ne parlons pas des « allait viens! » qui se répètent régulièrement.

La mise en page plus qu’approximative n’aide pas. Parfois il faut revenir en arrière pour être sûr-e de savoir qui parle ou même juste si c’est bien un dialogue, parce que la ponctuation et les retours à la ligne sont mal utilisés. A d’autres endroits, un saut de ligne aurait été indispensable pour se rendre compte qu’on passait à autre chose et qu’on n’était plus dans la continuité de ce qui précédait. ça peut vous sembler ridicule de tiquer sur ces détails, mais dans un récit aussi absurde, où beaucoup de choses n’ont ni queue ni tête, ça rend le récit parfois vraiment confus. Ce qui aurait pu passer dans un roman contemporain est vraiment un handicap ici.

J’ai aimé cette histoire, mais mes yeux ont tellement saigné dessus que je n’ai pas pris beaucoup de plaisir à la lire. Si ça avait été plus long, j’aurais abandonné…

Je vous conseille quand même ce livre si vous aimez le genre et que les fautes/coquilles ne vous dérangent pas. Mais si vous avez les yeux sensibles à ça, sachez que ça ne s’améliore à aucun moment et que ça donne l’impression que ces 138 pages sont beaucoup plus longues qu’elles ne le sont en réalité. C’est vraiment dommage… (ceci dit, le livre a dormi longtemps dans ma PAL, peut-être que l’auteur a fait des corrections depuis?)

Cet article, publié dans Lecture, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.