Contrecoups

Contrecoups. De Nathan Filer. Editions Michel Lafon. 352 pages. 2013.

Matt est un jeune homme qui a vécu des évènements difficiles dans son enfance et qui débute sa vie d’adulte sous les auspices d’une terrible maladie: la schizophrénie.

J’avais ce livre dans ma PAL depuis assez longtemps et j’avoue qu’il me faisait un peu peur. Je craignais que le sujet abordé soit difficile à appréhender pour moi ou qu’il ne soit pas traité de façon assez subtile, sachant que c’est Matt le narrateur.

Dès les premières pages, mes craintes se sont envolées. Les symptômes de la maladie s’expriment non seulement dans les propos, mais également dans la mise en page et le format du récit. Le lecteur est donc immergé dans l’histoire de Matt, dans sa perception de son environnement et dans les détours de ses pensées. Surtout, on se rend compte qu’on n’est pas si différents de Matt. On peut tous se reconnaître dans certains actes ou certaines pensées. Sans doute est-ce pour ça que cette maladie est si effrayante. A quel moment bascule-t-on de la « normalité » (entre guillemets, parce que je ne crois pas à la « normalité ») au trouble psychiatrique? Y a-t-il à un moment une barrière qui se rompt et nous laisse dériver vers un état mental inquiétant sans même qu’on s’en aperçoive? Qu’est-ce différencie une personne « malade » d’une personne « saine »?

La façon dont le sujet est abordé déconstruit beaucoup d’idées reçues autour de la schizophrénie et des personnes qui en souffrent. L’auteur met également l’accent sur les effets secondaires induits par les traitements ou sur le changement dans la perception qu’un schizophrène a de lui-même et dans celle que les gens ont de lui une fois diagnostiqué.

Le fait que le narrateur s’exprime à la première personne permet au lecteur d’être plus proche de lui, de s’immerger dans ses émotions. Matt s’adresse directement à nous, les sentiments sont bruts, il n’y a pas de filtre. On y est confronté-e-s de plein fouet. J’ai ressenti une profonde empathie pour lui et j’ai été très émue par certains passages.

Une très bonne lecture, très touchante. Je recommande chaudement!

Cet article, publié dans Lecture, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.