Ces livres que je n’ai jamais pu terminer #10

Les Salauds Gentilshommes tome 2: Des Horizons rouge Sang. De Scott Lynch. Editions Bragelonne. 640 pages. 2007.

Suite aux évènements du tome 1, nous retrouvons Locke Lamora et Jean Tannen en train de monter une nouvelle arnaque et de se faire de nouveaux ennemis dans une nouvelle ville.

Bref, tout est nouveau, et pourtant c’est plus ou moins la même chose.

J’avais plutôt bien aimé le 1er tome, malgré quelques éléments qui m’avaient agacée ou gênée, et j’avais très envie de lire ce tome 2, surtout que la couverture me promettait des aventures en mer, thème que j’apprécie beaucoup.

Mais très vite, je me suis rendue compte que ce tome avait les mêmes défauts que le 1er et que la construction de l’intrigue serait la même. Ce qui passait au niveau du caractère des personnages dans un tome 1 ne passait plus très bien dans un tome 2 (un peu d’évolution aurait été bienvenue) non plus. Bref, j’ai été assez rapidement agacée par les protagonistes et leurs magouilles, je trouvais le temps long et je me suis aperçue que je n’aurais de toute façon pas envie de lire les tomes suivants après toutes les longueurs des deux premiers tomes. Alors ça n’avait plus de sens de poursuivre sachant que je ne lirai pas la suite, j’ai arrêté ma lecture après une centaine de pages.

Je n’ai vu passer pratiquement que des avis positifs, alors si cette série vous tente, ne vous arrêtez pas à ce que j’en dis. Ce n’était pas pour moi, mais ça ne veut pas dire que ce n’est pas pour vous 😉

***

Histoire de la Chine. De Danielle Elisseeff. Editions du Rocher. 300 pages. 1997.

De cette autrice, j’avais lu il y a quelques mois Histoire du Japon, qui ne m’avait pas totalement convaincue, mais qui m’avait décidée à chercher d’autres livres plus complets sur le sujet. Avec Histoire de la Chine, je partais en sachant que ce serait plus un survol qu’autre chose. En 300 pages, ce n’était pas possible de faire plus.

Mon problème avec ce livre, c’est que je me suis rapidement aperçue que la façon dont l’autrice abordait son sujet n’allait pas me convenir. D’abord parce qu’elle donnait l’impression qu’elle cherchait à ménager le gouvernement chinois dans ce qu’elle était en train de raconter. Ensuite parce que les considérations sur la politique contemporaine embrouillaient son propos sur la Préhistoire du pays. Bien sûr c’est toujours intéressant de comprendre en quoi les découvertes archéologiques sont perçues quand elles sont faites et, ici, comment elles sont récupérées politiquement. Mais ça aurait été mieux de commencer par exposer les découvertes en question objectivement avant de parler idéologie.

D’autre part, ce livre a été publié en 1997 et il m’a semblé très daté. J’ai préféré l’abandonner et chercher quelque chose de plus récent sur la sujet à me mettre sous la dent. Si vous avez des titres à me conseiller sur le sujet, vous savez quoi faire dans les commentaires 😉

***

La Métamorphose et autres récits. De Franz Kafka. Editions Folio, collection Classique. 187 pages. 1938.

Ce livre est un recueil de textes et nouvelles classés par ordre chronologique d’écriture, précédés d’une préface (non spoilante, pour une fois!).

J’ai lu une centaine de pages, histoire d’aller au moins jusqu’à la  nouvelle qui donne son titre au recueil, mais je n’ai sincèrement pas accroché à cette lecture. Les premiers récits sont plus des instantanés brefs, des tranches de vie que j’ai trouvés sans intérêt. Vient ensuite une nouvelle qui partait pour être plus captivante, mais je n’ai rien compris à la fin 😆 J’ai rendu les armes au milieu de La Métamorphose: j’avais misé sur cette nouvelle pour sauver ma lecture, mais à part son côté bizarre, ça ne me plaisait pas non plus.

J’avoue que j’avais un a priori négatif sur l’auteur avant d’ouvrir ce livre. Pas que je m’attendais à quelque chose de mauvais, je pensais même trouver une belle plume (ce qui a été le cas), mais j’avais l’impression que ce n’était pas un auteur pour moi et que j’allais m’ennuyer. Et ça a effectivement été le cas.

Comme quoi parfois il faut savoir écouter son instinct.

***

Anno Dracula. De Kim Newman. Editions Bragelonne, collection STARS. 416 pages. 1992.

Angleterre, 1888. Le comte Dracula a épousé la reine Victoria et le pays est désormais peuplé par des non-morts autant que par des sangs-chauds. Quand une série de meurtres particulièrement ignobles est commise, les enquêteurs des deux parties de la population sont sur les dents.

Je partais confiante avec cette lecture: j’avais lu Moriarty il y a quelques mois et ça avait été assez fun et bien fichu pour me faire passer un bon moment. Et ce roman est plutôt dans la même veine: l’auteur mêle divers univers de fiction et des personnages réels pour construire son intrigue. Ce qui en soi est plutôt intéressant, en général.

Mon problème a été que c’était beaucoup trop. Trop de personnages issus de trop d’univers. Et dans certains cas, les références étaient trop pointues pour moi et/ou pas assez explicites. Quand l’auteur fait référence à Sherlock Holmes ou à Dracula, ok, je sais de quoi on parle. Qu’il y ajoute Jack l’Eventreur ou Oscar Wilde, je suis toujours. Mais mes souvenirs du roman de Stocker sont trop vagues quand on arrive aux personnages secondaires. Certains autres personnages semblent faire référence à d’autres univers fictifs, mais je ne sais pas lesquels et les allusions me sont passées au-dessus de la tête, du coup trop de choses m’échappaient. Surtout que s’y ajoutent les personnages réels que je ne connais pas et les personnages originaux créés par l’auteur. J’ai lu seulement quelques chapitres et il y avait déjà au moins une trentaine de personnages à se rappeler…

J’avais perdu le fil des personnages et l’intrigue se complexifiait, sans pour autant donner l’impression d’avancer. J’ai commencé à bailler sur mon bouquin. Quand je me suis rendue compte que j’avais relu plusieurs fois le même paragraphe et que je n’avais aucune idée de ce qui se passait, j’ai préféré laisser tomber.

Dommage, parce que le résumé m’avait vraiment donné envie…

Cet article, publié dans Lecture, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

12 commentaires pour Ces livres que je n’ai jamais pu terminer #10

  1. Lynley dit :

    Je comprends tes réticences qui t’ont fait arrêter ! Y a suffisamment de bonnes choses pour ne pas se forcer !

    Aimé par 1 personne

  2. Ton avis sur Locke Lamora tranche avec les habituelles louanges : au moins tu apportés un discours plus nuancé.
    J’avais bien aimé Anno Dracula il y a quelques années mais visiblement pas au point de lire la suite 🙃

    Aimé par 1 personne

    • ducotedechezcyan dit :

      Je n’ai vu aussi que des louanges sur Locke Lamora, je m’attendais à autre chose je l’avoue. Après, j’avais plutôt bien aimé le 1er tome, mais pas non plus adoré comme la plupart des gens dont j’avais vu les avis et j’avoue que je suis un peu perplexe devant l’engouement pour cette série. Je comprends ce qui peut plaire, mais pas ce qui peut plaire à ce point.
      Peut-être que le tome 1 d’Anno Dracula avait une fin suffisamment satisfaisante pour ne pas avoir envie d’en lire plus?

      J'aime

  3. Ma sœur m’a prêté Anno Dracula il y a quelques années, il va être temps que je m’y mette, que je le finisse ou non 😉

    Aimé par 1 personne

  4. Systia dit :

    Pour ma part j’avais a-do-ré Anno Dracula et ses milliards de références ^^.
    Mais je comprends parfaitement qu’on trouve ça trop.
    (Les annexes étaient agréables, d’ailleurs, pour expliquer certaines des références, et m’ont rendu l’auteur fort sympathique.)

    Et en effet, la fin est assez satisfaisante pour se contenter du tome 1. (Mais j’ai lu avec plaisir, quoi que moins d’enthousiasme débridé les tomes suivants.)

    Après, le roman peut se lire sans comprendre les références, je pense.
    Mais si ça t’a chiffonnée, pas sûre que tu réussisses à passer par-dessus ça : il faut accepter le fait de voir des noms qui ne nous semblent pas juste créés par l’auteur, même si on ne sait pas d’où ils viennent.
    Bref : j’ai aimé, suis désolée que tu aies été déçue, mais ne vais pas forcément essayer de te faire retourner là-dedans ^^.

    Aimé par 1 personne

    • ducotedechezcyan dit :

      Ce qui m’ennuie, c’est que j’ai l’impression de passer à côté de certains éléments importants parce que je ne saisis pas les références… Je me suis dit que j’allais chercher qui étaient les personnages, mais finalement je n’ai pas envie de « faire des devoirs » pour pouvoir apprécier un bouquin ^^

      J'aime

      • Systia dit :

        (Non, je n’ai pas procrastiné ma réponse… ^^)

        Je comprends, j’ai souvent fait des pauses pour chercher qui était tel ou tel perso.
        Mais je ne pense pas que ne pas avoir les références empêche la compréhension, ça ajoute surtout du sel à la lecture.
        Exemple qui m’a marqué : deux aides de camp du Baron Rouge dans le tome 2 (qui au lieu d’être un aviateur est donc un vampire volant). En vérifiant leurs noms, ce sont des tueurs en série allemands +/- de cette époque surnommés « le vampire de Düsseldorf » et « le vampire de Hanovre ».
        Ça n’apporte rien à l’intrigue, mais c’est marrant.

        Ça fait un moment que j’ai lu cette série, donc je ne garantis pas que certaines références ne sont pas importantes pour des points de l’intrigue. Mais il ne me semble pas tellement.
        (Mais c’est pénible, je le reconnais : me souviens avoir été embêtée à l’idée de lire sans le net à portée de main pour vérifier tel ou tel nom ^^.)

        Aimé par 1 personne

        • ducotedechezcyan dit :

          Je ne pense pas non plus que ça bloque complètement la lecture de ne pas saisir toutes les références, mais je trouvais ça super frustrant, ça me donnait l’impression que l’auteur s’amusait bien et que je ne pouvais pas m’amuser aussi ^^ Et je n’aime pas interrompre ma lecture pour chercher des infos. Je pense que tout bêtement ce livre n’était pas fait pour moi. ça m’a frustrée sur le moment, mais j’ai tenté, ça n’a pas marché, tant pis!

          J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.