Le Chevalier sans Nom

Graal tome 1: Le Chevalier sans Nom. De Christian de Montella. Editions Flammarion. 278 pages. 2003.

Enlevé à sa mère et élevé par la Dame du Lac, Lenfant devient chevalier et part au secours de la reine Guenièvre, séquestrée par un ennemi du roi Arthur, menant en parallèle une quête pour découvrir sa véritable identité.

Ce livre est une réécriture YA de l’histoire de Lancelot du Lac, à travers les épisodes les plus marquants de ses aventures, jusqu’à un moment-clé des légendes arthuriennes. Le sort du personnage est laissé en suspens à la fin du roman, même si on peut considérer qu’il s’agit d’une fin ouverte plutôt satisfaisante, il faut lire les tomes suivants pour en savoir plus.

J’avais déjà lu les deux premiers tomes de cette série lors de leur parution et je n’avais jamais pris la peine de me procurer les suivants. Lorsque je les ai trouvés dans une brocante, je me suis dit que c’était l’occasion de terminer cette lecture, mais j’ai préféré terminer le Cycle du Graal de Jean Markale avant de me lancer dans une autre série sur le même thème. Verdict: je préfère nettement ce que Jean Markale a fait (pour plus de détails, je vous renvoie à mon avis sur cette réécriture), mais la réécriture de Christian de Montella peut être un bon point d’entrée pour découvrir ces légendes. C’est parfaitement adapté pour le public-cible: pas de détails mythologiques difficiles à saisir, un récit sans temps morts et un glossaire à la fin.

Mon principal reproche à cette lecture est que c’est franchement sexiste. Alors, c’est « normal » dans le sens où l’auteur a été fidèle aux légendes originales, mais justement, une réécriture est l’occasion de remanier ce qui était problématique dans les précédentes versions, selon moi.

Une bonne lecture malgré tout, sachant que Lancelot est probablement un des personnages que j’apprécie le moins dans ces légendes. Je viens de terminer le tome 2 et je lirai la suite rapidement.

A lire sur le même thème: Le Cycle du Graal de Jean Markale (la version la plus proche des légendes d’origine, avec des explications sur les mythes et la société celtique); L’Enchanteur de René Barjavel (une version plus littéraire et poétique); Perceval d’Anne-Caroline Pandolfo et Terkel Risbjerg (la quête de Perceval version BD); Les Dames du Lac et sa suite Les Brumes d’Avalon de Marion Zimmer Bradley (les légendes arthuriennes racontées du point de vue des femmes).

Cet article, publié dans Lecture, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Le Chevalier sans Nom

  1. Erf, c’est en effet dommage que le roman reste si sexiste alors que c’est une réécriture… Je regardais la date mais en fait non, même avant il y a eu des réécritures assez modernes de ce côté-là. Bon, à voir car je suis curieuse mais clairement pas dans mes priorités.

    Aimé par 1 personne

  2. Ping : La Neige et le Sang | Du côté de chez Cyan

  3. Ping : Ils ne me laisseront pas un souvenir impérissable #15 | Du côté de chez Cyan

  4. Ping : La Revanche des Ombres | Du côté de chez Cyan

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.