Des BD en pagaille #65

Delilah Dirk tome 2: Delilah Dirk et le Shilling du Roi. De Tony Cliff. Editions Akileos. 268 pages. 2013.

Mon avis sur le tome 1: Delilah Dirk et le Lieutenant turc.

Suite aux évènements racontés dans le tome 1, nous retrouvons Delilah et Selim au Portugal, où ils vont être confrontés à une affaire d’espionnage.

Quand j’ai compris autour de quoi allait tourner l’intrigue, j’ai un peu grimacé: ce n’était pas vraiment un thème qui m’attirait. Mais finalement, après un moment de flottement, je me suis laissée embarquer dans les aventures parfois improbables, mais toujours palpitantes, rencontrées par nos héros. Comme avec le 1er tome, on voyage beaucoup, il y a énormément d’action et de rebondissements et on arrive à la fin de l’histoire bien trop tôt malgré les 268 pages!

J’ai aimé qu’une grosse part du récit tourne autour de la condition des femmes au début du 19e siècle et qu’on en découvre beaucoup sur le passé et l’identité de Delilah. Et ce que j’apprécie aussi énormément dans cette série, c’est la relation entre les protagonistes. Delilah et Selim forment un super duo, qui sort totalement des clichés habituels du genre. Pour finir, il y a beaucoup d’humour, je me suis beaucoup amusée avec cette BD.

Côté dessins, on est toujours dans la même veine. C’est dynamique, coloré et il y a une patte très particulière s’agissant des visage. Les décors et costumes sont somptueux et il y a un grand souci d’exactitude dans le détail.

Excellente lecture!

***

L’Ange aux Ailes de Lumière, Intégrale. Scénario de Harry Bozino. Dessin de Carlos Magno. D’après l’oeuvre de Julia Verlanger. Editions Les Humanoïdes associés. 96 pages. 2019-2020.

Deux jeunes agents appartenant à une fédération de planètes habitées par des Terriens sont envoyés en mission sur un monde ayant récemment adhéré à l’organisation. Sur fond de dissensions religieuses et de troubles populaires, le sauvetage sacrilège d’une femme enceinte va conduire nos héros dans des lieux inhospitaliers. Et si les mythiques anges aux ailes de lumière n’étaient en fait pas des légendes?

Les idées de départ et les thèmes abordés étaient super intéressants, mais j’ai été très déçue par cette BD. Tout va très vite, rien n’est approfondi. Le propos est souvent confus du fait qu’il manque des éléments pour comprendre quelle est exactement la situation. On n’a pas vraiment le temps non plus de s’attacher aux personnages, les deux héros sont même plutôt agaçants.

Malgré tout, j’aurais pu apprécier ma lecture, si j’avais accroché aux dessins. Mais je les ai trouvés plutôt moches (ça n’engage que moi), voire grossiers dans les traits des visages, au point que parfois je ne savais plus qui était qui…

Grosse déception! Mais le roman de Julia Verlanger dont est tirée cette BD a l’air très intéressant, cette lecture m’a au moins permis de découvrir son existence et je compte le lire quand j’en aurai l’occasion: Dans les Mondes barbares (si vous l’avez lu, ça m’intéresse de savoir ce que vous en avez pensé, vous savez quoi faire dans les commentaires 😉 ).

***

Enemy tome 1: Le Jour où… Scénario de Ange. Dessin d’Ornella Savarese. Editions Soleil. 66 pages. 2020.

Un groupe d’enfants vit dans une « bulle » qui représente tout leur univers. Mais leur monde clos est infestée de créatures dangereuses et la seule solution est de quitter la bulle.

L’intrigue est assez classique, mais plutôt bien ficelée et assez palpitante. On explore le monde avec les enfants, il y a de l’action et pas mal de péripétie. Les dissensions entre les groupes et les conflits religieux sont amenés de façon (hélas) réaliste. Les personnages sont sympathiques, pas encore très développés pour l’instant, mais ce tome n’est qu’une introduction. Bref, c’est bien ficelé et agréable à lire, même si ça ne déborde pas d’originalité dans le genre SF/post-apo.

Les dessins sont très agréables à l’oeil. Les traits des personnages sont assez fins, même si certains se ressemblent un peu trop pour que je les ai différenciés facilement au premier abord. Par contre le dessin permet de les voir à différentes époques et le traitement de cet aspect est réussi. Les paysages sont également très beaux. La mise en couleurs joue sur des couleurs claires qui rend l’album lumineux et contraste avec les créatures qui se tapissent dans l’obscurité. Le seul reproche que j’aurais à faire, c’est que les personnages se baladent dans la neige avec pratiquement rien sur le dos et personne ne semble souffrir du froid… A moins qu’on ait une explication cohérente là-dessus dans le tome suivant, ça m’a plusieurs fois sortie de l’histoire.

Une BD très sympa, dont j’ai beaucoup aimé les dessins et les couleurs et dont je lirai la suite avec plaisir.

Cet article, publié dans Lecture, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.