Sériemaniac #32: en avant la musique!

Je continue sur ma lancée et je vous parle des séries vues il y a quelques mois (avant d’oublier des détails importants ^^). Aujourd’hui je vous propose deux séries très différentes à la fois dans le propos et dans le traitement, mais qui ont un point commun: la musique.

When the Devil Calls Your Name (악마가 너의 이름을 부를 때). Scénario: No Hye Yeong, d’après le mythe de Faust. Réalisation: Min Jin Gi. Chaîne tvN. Avec: Jeong Gyeong Ho, Park Sung Woong, Lee Sul, Lee El, Song Kang, Kim Won Hae. 16 épisodes de 68 minutes. Corée du Sud. 2019.

Seo Dong Cheon, un musicien raté, a vendu son âme au Diable en échange de dix ans de jeunesse, de succès et de gloire. Alors que les dix ans arrivent à leur terme, celui qui se fait désormais appeler Ha Rib est bien décidé à tout faire pour ne pas remplir sa part du marché, y compris à fournir au Diable une autre âme à la place de la sienne.

Une réécriture contemporaine et coréenne de Faust, il fallait que je voie ça! Et je dois dire que le début de la série a rempli toutes ses promesses! Un Diable charismatique et sournois au possible associé à un futur damné mesquin et tout aussi sournois, ça démarrait bien. Surtout que leur relation vire rapidement à une bromance bancale et toxique assez jubilatoire. Entre les deux, une jeune chanteuse à l’âme pure et au passé sombre, une productrice de musique blasée et un jeune musicien à la recherche de son père.

Soyons honnête, ces autres personnages servent plus de faire-valoir au duo Diable-Ha Rib qu’ils ne valent pour eux-mêmes, ils sont plutôt clichés, voire même carrément ennuyeux. En tout cas, on trouve le temps long quand les deux anti-héros ne sont pas à l’écran.

Malheureusement, après quelques épisodes, le Diable et Ha Rib ne suffisent plus vraiment à maintenir l’intérêt, la scénariste ayant choisi de leur trouver des excuses, d’en faire des victimes et de nous traîner laborieusement dans des histoires larmoyantes au possible, alors que c’était précisément le fait qu’ils soient de gros pourris qui faisait tout l’intérêt de l’intrigue… Jusqu’à conclure que le Diable était finalement moins mauvais que Dieu et ses anges…

L’aspect musical de l’histoire est finalement plus une toile de fond qu’un réel point fort (surtout qu’on nous assène constamment la même chanson pendant 16 épisodes et qu’à la longue on a envie de couper le son), finalement la série aurait pu se passer dans n’importe quel milieu.

En résumé, une série qui démarrait très fort, avec des scènes hilarantes et d’autres touchantes, mais qui se noie lentement dans ses propres larmes au lieu de développer le côté sombre qui faisant tout son sel. A voir pour la bromance et pour la performance de Park Sung Woong, excellent dans le rôle du Diable.

***

I wanna hear your song (Let Me Hear Your Song / Sing for Me / 너의 노래를 들려줘). Scénario: Kim Min Ju. Réalisation: Lee Jeong Min. Chaîne: KBS2. Avec: Yeon Woo Jin, Se Jeong, Song Jae Rim, Ji Yeon, Gu Bon Wung. 32 épisodes de 35 minutes. Corée du Sud. 2019.

Hong Yi Yeong, victime d’un grave accident dans le passé, souffre d’une amnésie partielle et fait face à de graves insomnies. Alors qu’elle vient enfin de trouver un emploi de timbalière dans un orchestre, elle fait la connaissance de Jang Yun, un pianiste qui tente de l’aider à dormir. Mais celui-ci cache quelque chose et son but est bien différent de ce qu’il laisse paraître: la nuit de l’accident de Yi Yeong, un homme est mort et Jang Yun est bien décidé à découvrir si Yi Yeong l’a tué.

Le contexte musical de cette série est assez développé: on passe beaucoup de temps avec les musiciens et le nouveau chef d’orchestre, ainsi que dans l’organisation qui finance les concerts. Au fil des épisodes, on en apprend plus sur ce milieu pas joli-joli, sur les difficultés des musiciens (un peu comme dans Mozart in the Jungle, mais sans l’aspect complètement barré). Mais cette série est avant tout axée sur la quête de vérité des protagonistes: Yi Yeong et Jang Yun cherchent à découvrir ce qui s’est réellement passé la nuit de l’accident. Ils courent de véritables dangers en poursuivant leur enquête, certains ayant tout intérêt à ce que le mystère reste entier.

J’ai trouvé l’intrigue bien ficelée et bien menée, même si certains éléments étaient un peu prévisibles. L’amnésie de l’héroïne est bien traitée et n’est pas seulement un prétexte comme souvent dans les dramas. Mon problème avec cette série, c’est que j’ai trouvé les personnages assez fades et pas vraiment charismatiques. Certains parmi les second rôles étaient même carrément agaçants et n’apportaient rien à une histoire par ailleurs très intéressante et addictive.

En bref, il m’aurait fallu la qualité de cette intrigue avec le charisme des personnages de When the Devil calls your name ^^ Mais j’ai passé un très bon moment avec cette série et je vous la recommande si le sujet vous tente.

***

Si vous avez vu ces séries, votre avis m’intéresse, vous savez quoi faire dans les commentaires 😉 Et si vous avez des séries sympas à me conseiller, n’hésitez pas!

Cet article, publié dans Séries, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Sériemaniac #32: en avant la musique!

  1. J’avais bien aimé I wanna hear your song 🙂

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.