Cet été, j’ai lu: des classiques #2

Entre mon rythme de lecture qui est très soutenu dernièrement et la pause des vacances, j’ai pris énormément de retard dans la rédaction de mes billets (je sais que je ne suis pas obligée de vous parler de toutes mes lectures, mais j’ai déjà tellement bassiné mon entourage pendant les vacances que je n’ai plus que vous à qui en parler 😆 ), du coup je me suis dit que j’allais rassembler plusieurs titres par billet et les classer par genre et par ordre de lecture, même quand il y avait des tomes d’une même série. J’espère que ça vous plaira 🙂

Retour à Peyton Place. De Grace Metalious. Editions Presses de la Cité. 416 pages. 1956.

Mon avis sur le tome 1: Peyton Place.

La publication d’un livre, dévoilant les dessous de la ville sous couvert de fiction, fait scandale à Peyton Place, tandis qu’Allison se découvre adulte.

Ce deuxième tome est plus centré sur le personnage d’Allison et ses pérégrinations, ce qui fait que Peyton Place et ses habitants passent un peu au second plan, même si la présence de la ville pèse sur l’ensemble de l’intrigue.

J’ai trouvé cette suite, semble-t-il dictée par le succès du premier opus, moins inspirée et plus classique dans son propos. On reste ici le plus souvent avec le seul personnage d’Allison, alors que le tome 1 s’intéressait plus équitablement à plusieurs protagonistes féminines. L’autrice traite toujours de la condition des femmes dans les années 1950 et de thèmes qui y sont reliés, mais dans l’ensemble j’ai trouvé ma lecture moins prenante.

Bonne lecture, mais pas aussi percutante que le tome 1.

***

Emma. De Jane Austen. Editions RBA, collection Romans éternels. 403 pages. 1816.

Emma Woodhouse, jeune fille fortunée et désoeuvrée, prend sous son aile Harriet Smith, bien décidée à l’introduire dans la bonne société pour lui permettre de faire un bon mariage.

Mon piètre résumé ne rend pas justice à ce roman  plein d’humour et peuplé de personnages plus délicieusement ridicules et/ou attachants les uns que les autres.

Il s’agit d’une relecture, ce livre étant un de mes romans préférés. Malheureusement mon plaisir a été fortement gâché par l’édition, que j’avais choisie pour sa jolie couverture et sa qualité matérielle. Le problème, c’est que ça pêche énormément à la traduction! J’ai eu l’impression que personne n’avait pris la peine de relire le texte avant publication: coquilles, contresens, dialogues mis en page en dépit du bon sens au point que souvent on ne sait plus qui parle, confusions entre les personnages, etc. Au point que je me demande si l’intrigue est compréhensible pour quelqu’un qui ne la connaîtrait pas déjà… J’ai tellement buté sur certains passages qu’il m’a fallu plus d’une semaine pour lire un roman que je dévore habituellement en deux jours et ma lecture a été une succession de frustrations. Je regrette vraiment ma vieille édition moche!

Bref, c’est un excellent livre massacré par un éditeur négligent. Je vous recommande cette lecture, mais je vous déconseille très vivement cette édition!

***

Jazz à l’Âme. De William Melvin Kelley. Editions 10/18. 264 pages. 1965.

Ludlow Washington, abandonné enfant dans un institut pour aveugles, devient musicien dans un orchestre. Entre jazz et vie amoureuse, le jeune homme trace son chemin au coeur d’une Amérique en proie à la ségrégation raciale.

J’ai lu ce livre grâce à NetGalley, merci aux éditions 10/18 pour cette lecture.

Ce livre est un classique de la littérature afro-américaine contemporaine, pourtant je n’en avais jamais entendu parler avant de le voir au catalogue de NetGalley… Quel dommage de l’avoir découvert seulement maintenant!

Ce qui m’a d’abord attirée dans ce roman, c’est qu’on allait parler musique, sujet que je trouve passionnant, mais qui est rarement traité de façon convaincante en littérature à mon avis. De ce point de vue, j’ai un un peu déçue, car j’ai trouvé que cet aspect restait assez en retrait, au profit de la vie amoureuse du personnage principal. Ce qui m’amène à un autre point négatif: Ludlow m’a perdue en route, lorsqu’il lui vient le fantasme d’éveiller le désir d’une femme en la frappant…

Heureusement il y avait également des points positifs dans cette lecture. Ce qui concerne la musique, même si le sujet n’était pas assez présent pour mon goût, est très intéressant. J’avoue être assez ignare concernant le jazz, ce que j’ai appris avec ce livre était passionnant. D’autre part, l’aspect historique, même s’il est abordé seulement à travers le quotidien du personnage, détermine l’ambiance. Ludlow étant aveugle, les questions qu’il se pose sur les problèmes raciaux et la ségrégation prennent une forme originale. Au fil du temps, il évolue dans son rapport aux autres et dans sa perception de ces questions.

Une lecture très intéressante malgré ses défauts, je regrette malgré tout qu’on ne s’attarde pas davantage sur ce qui tourne autour de la musique.

***

La suite au prochain épisode 😉 En attendant, si vous avez lu ou comptez lire un de ces titres, votre avis m’intéresse, vous savez quoi faire dans les commentaires 😉

Cet article, publié dans Lecture, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Cet été, j’ai lu: des classiques #2

  1. Ping : Ce que j’ai lu en septembre | Du côté de chez Cyan

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.