Le Roi Lear

Le Roi Lear. De William Shakespeare. Editions La Bibliothèque des Classiques. 40 pages/1312. 1603-1606.

Le Roi Lear a décidé de partager son royaume entre ses filles en fonction de l’amour qu’elles lui portent. Les deux aînées reçoivent la part du lion tandis que la plus jeune est bannie et déshéritée, jusqu’à être privée de sa dot. En parallèle, le comte de Gloucester, dupé par son fils bâtard qui convoite son héritage, condamne son fils légitime.

Les deux intrigues finissent par se rejoindre et les deux pères vont avoir l’occasion de regretter leur crédulité et les actions injustes qui en ont résulté.

La pièce traite avant tout de l’amour filial et de l’aveuglement des parents. Les évènements sanglants qui en résultent (c’est une tragédie, on ne fait pas dans la dentelle ^^) frappent l’ensemble du pays. L’auteur met l’accent sur les conséquences des dissensions familiales des puissants sur la société. On retrouve un thème que j’ai souvent rencontré dans les légendes d’origine celtiques dont il semble que Shakespeare aurait pu s’inspirer: la dislocation du royaume suite à l’affaiblissement ou aux actes injustes du souverain.

Une lecture très intéressante de par les thèmes abordés, qui propose de beaux personnages et offre quelques belles tirades. Certains passages sont assez touchants, notamment la rencontre entre le comte, aveuglé tant métaphoriquement que littéralement, et son fils injustement condamné. Le trio de soeurs rappelle un peu Cendrillon (on a les références qu’on peut ^^), même si la fin est évidemment plus tragique ici.

Très belle pièce, j’espère avoir l’occasion d’en voir une adaptation. Si vous en avez une à me conseiller, n’hésitez pas 😉

Cet article, publié dans Lecture, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Le Roi Lear

  1. Ping : Beaux livres et jolies éditions: les trésors de ma bibliothèque #3 | Du côté de chez Cyan

  2. Bien que l’intérêt de la pièce réside dans les conséquence du déchirement familial chez les puissants, la thématique me semble hélas courante et encore très actuelle…

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.