Le Cadavre de Bluegate Fields

Charlotte Ellison et Thomas Pitt tome 6: Le Cadavre de Bluegate Fields. D’Anne Perry. Editions 10/18, collection Grands détectives. 382 pages. 1984.

1. L’Etrangleur de Cater Street. 2. Le Mystère de Callander Square. 3. Le Crime de Paragon Walk. 4. Resurrection Row. 5. Rutland Place. 6. Le Cadavre de Bluegate Fields.

Le cadavre d’un jeune homme visiblement issu de la bonne société est repêché dans les égouts de Londres. Pitt est chargé de l’affaire, comme toujours aidé discrètement par Charlotte.

Ce tome est dans la même veine que les précédents, l’autrice reprend une recette identique: un crime commis dans la bonne société de l’époque victorienne lui permet d’aborder différentes thématiques tournant autour de la condition des femmes et des plus pauvres, le tout dans une ambiance plus ou moins centrée sur un huis-clos.

Cette fois le récit tourne essentiellement autour de la prostitution, de l’homosexualité et de la pédophilie. Autant dire que l’enquête se révèle délicate pour Thomas et Charlotte, le premier étant forcé à marcher sur la corde raide, ses supérieurs ne tenant pas à provoquer un scandale; la seconde ayant été élevée dans un milieu tellement protégé qu’elle n’avait aucune idée de ce qui pouvait se cacher sous le vernis de la société privilégiée dans laquelle elle est née, et ce malgré les enquêtes sordides auxquelles elle a été mêlée dans le passé.

Si les thèmes abordés dans ce tome sont particulièrement choquants, c’est encore et toujours la détermination des personnages aisés impliqués dans l’enquête a cacher à tout prix les vices de leur milieu, même si cela implique de laisser filer un meurtrier et/ou de faire condamner un innocent qui m’a encore une fois laissée le plus ébahie.

Cette nouvelle aventure de Thomas et Charlotte a les mêmes qualités et les mêmes défauts que les précédentes: l’aspect psychologique est bien traité, l’analyse de la société victorienne est pertinente, le côté huis-clos fonctionne bien et l’ensemble est assez addictif; pour le négatif, la construction des enquêtes finit par être un peu répétitive, la vision parfois étriquée qu’a Thomas du rôle que devrait remplir Charlotte (même si elle évolue un peu cette fois) est souvent agaçante et la résolution est trop rapide et facile.

Un roman policier classique, mais efficace, qui a su maintenir mon intérêt jusqu’à la fin, même si j’avais compris le qui avant d’y arriver.

Est-ce que vous avez déjà lu un ou des tomes de cette série? Qu’en avez-vous pensé?

Cet article, publié dans Lecture, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Le Cadavre de Bluegate Fields

  1. « La détermination des personnages aisés impliqués dans l’enquête a cacher à tout prix les vices de leur milieu, » C’est à chaque fois ce qui me choque dans les romans évoquant cette époque historique même si actuellement, ce n’est pas forcément mieux.

    Aimé par 1 personne

  2. Ping : Mort à Devil’s Acre | Du côté de chez Cyan

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.