The Girls

The Girls. D’Emma Cline. Editions de La Table Ronde. 331 pages. 2016.

Californie, fin des années 60. Evie, une adolescente paumée et en quête désespérée d’attention, se lie d’amitié avec un groupe de marginales vivant dans une secte, sous la coupe du charismatique Russel.

Ce roman et ses personnages sont inspirés de la Manson Family, la secte dirigée par Charles Manson, qui fut à l’origine de meurtres particulièrement ignobles dans les années 60. La narratrice, Evie, est mentionnée comme une membre inconnue de la secte et est le prétexte à décrire les évènements précédant les meurtres.

Cette lecture fait froid dans le dos à plus d’un titre. Non seulement parce qu’on sait sur quoi va déboucher le récit, mais aussi pour les abus sexuels qui sont décrits, un peu trop complaisamment à mon avis. La narratrice les présente comme des relations plus ou moins consenties. J’appelle ça des viols. Sur des filles mineures, dont une de 14 ans. Une partie de ces agressions est explicitement décrite. Il est également suggéré évasivement qu’une fillette de 12 ans en aurait été aussi victime, sans que ce soit plus précis. Si ce genre de thématiques est rédhibitoire pour vous, ne lisez pas ce livre.

L’histoire nous est racontée en parallèle par l’Evie de 14 ans et par l’Evie adulte, celle dont la vie a été brisée par cette expérience, mais qui, paradoxalement, alors qu’elle se cache plus ou moins de la société, en fait également une sorte de titre de gloire. Nostalgie de l’époque où elle se sentait importante aux yeux de quelqu’un et où elle découvrait la sexualité. Je ne crois pas qu’une seule fois dans le récit elle ne se considère comme une victime d’abus.

Ce livre m’a mise extrêmement mal à l’aise, beaucoup de choses sont très dérangeantes. Non seulement les évènements décrits sont très glauques, mais la perception qu’en a la narratrice est carrément effrayante. Mes nièces ont entre 12 et 18 ans, dans une autre vie, elles auraient pu être des cibles pour Russel/Manson et ses adeptes… J’ai souvent été au bord de la nausée pendant ma lecture.

Pourquoi ai-je lu jusqu’au bout, me demanderez-vous, si c’était à ce point difficile pour moi?

Malgré tout ce qui donne envie de vomir dans cette histoire, c’était très intéressant de découvrir les mécanismes derrière les faits. Comment ces jeunes filles non seulement se sont laissées piéger par cet homme, qu’elles trouvaient charismatique et leur donnait l’attention qu’elle ne recevaient pas de leurs familles et amis; comment elles étaient prêtes à tout et n’importe quoi (surtout n’importe quoi) pour lui, y compris des meurtres particulièrement sauvages; comment elles étaient incapables de s’émanciper de cette emprise. Etc.

J’avais vu quelques semaines plus tôt un documentaire proposé par Arte sur Charles Manson et la musique, cette lecture avait donc une dimension plus intéressante pour moi, du fait que je connaissais les faits, personnes et problèmes derrière ceux, moins précis, du roman.

Un roman extrêmement dérangeant, très glauque, un peu trop complaisant pour mon goût, mais qui reste intéressant pour découvrir un fait divers traumatisant de l’Amérique des années 60.

Cet article, publié dans Lecture, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

12 commentaires pour The Girls

  1. Lynley dit :

    J’ai lu/vu des choses similaires sur d’autres sectes tout aussi monstrueuses, c’est insupportable et en même temps, il ne faut pas trop souvent détourner le regard, sinon c’est laisser trop la possibilité que ça se répète. Quelle horreur !

    Je ne sais pas pour cette histoire là particulière mais pour celle que j’avais entendu, la démission des parents (en toute bonne foi… pas une démission perverse) me laisse toujours pantoise et leur aveuglement est révoltante. Je me demande du coup si la complaisance dont tu parles ne vient pas de là. Après tout, personne n’a trouvé à redire pendant des années, so what ?

    Aimé par 1 personne

    • ducotedechezcyan dit :

      Je ne sais pas pour la réalité ou pour d’autres romans, mais dans celui-ci, les parents, divorcés, sont simplement absents et plus préoccupés par leur vie amoureuse que par leur fille.
      C’est de la complaisance de l’autrice à décrire ces scènes d’abus que je parlais.

      Aimé par 1 personne

      • Lynley dit :

        Oui, c’est exactement ce genre d’absence auxquelles je pensais.

        Ce que je n’ai pas compris, c’est à quel point l’autrice a discuté avec des Evie ? Est-ce qu’on comprend qu’elle a lu des choses sur le sujet ou a-t-elle fait un travail d’investigation ?

        Mais je suis d’accord, ça ne justifie aucune complaisance.

        Aimé par 1 personne

        • ducotedechezcyan dit :

          Il n’y a rien de précisé dans le bouquin sur la façon dont il a été écrit. J’en savais suffisamment sur le sujet avant ma lecture pour savoir que le roman suit les faits réels assez précisément et la façon dont les relations d’emprise sont nouées m’a semblé réaliste, mais je ne saurais pas dire si l’autrice s’est basée sur des témoignages ou a juste fait appel à son imagination.

          Aimé par 1 personne

  2. Il a l’air vraiment intéressant parce que c’est important de parler de ce genre de faits pour éviter que l’histoire se répète; mais je pense que ça risque d’être trop dur pour moi à lire. Je te remercie de ton avis qui m’aura au moins permis d’avoir un aperçu de ce livre que, si j’avais été moins sensible, j’aurais lu.

    Aimé par 1 personne

  3. Allys dit :

    C’est vrai que c’est intéressant, mais je crois que je vais passer mon tour. Ce genre de livre a le don de me mettre un peu trop mal à l’aise (ce qui est peut-être le but…)

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.