Le Mystère du Tramway hanté

Ministère égyptien de l’Alchimie, des Enchantements et des Entités surnaturelles tome 2: Le Mystère du Tramway hanté. De P. Djèli Clark. Editions L’Atalante, collection La dentelle du Cygne. 101 pages. 2019.

Mon avis sur le tome 1: Les Tambours du dieu Noir.

Le Caire, 1912. Un agent chevronné du Ministère et son apprenti sont chargés d’enquêter sur une affaire de tramway hanté et de se débarrasser de l’entité agressive qui refuse de quitter les lieux.

On n’est pas ici dans une suite directe de L’étrange Affaire du Djinn du Caire, mais dans une novella compagnon: l’intrigue se situe après le tome 1 et il est question de son héroïne à plusieurs reprises, mais on suit cette fois des personnages complètement différents, que ce soit dans leurs personnalités ou dans leurs méthodes, bien qu’appartenant à la même organisation. J’ai été surprise au début, car je m’attendais à retrouver les mêmes personnages, comme dans un roman d’Agatha Christie ou un tome de la série Darkwood.

Les personnages dont nous faisons la connaissance avec ce tome 2, s’ils ne sont pas aussi excentriques que leur collègue l’était considérée, sont intéressants et attachants à leur manière et j’ai apprécié de passer du temps avec eux.

L’histoire est assez courte, mais bien construite et menée efficacement. La mise en place est un peu longue, malgré la brièveté de l’intrigue, mais permet d’apprendre beaucoup de choses sur le contexte. Les lieux, les problèmes sociaux, la condition des femmes, mais aussi les créatures fantastiques qui peuplent le récit, les rituels magiques et le folklore moyen-oriental qui forment la trame du récit, sont décrits avec suffisamment de détails pour qu’on comprenne bien les tenants et aboutissants de l’enquête, mais sans que ça nuise à l’intrigue par un trop-plein d’informations inutiles.

L’aspect féministe du premier tome était l’un de ses points forts, c’est aussi le cas ici, même si les deux personnages principaux sont des hommes. L’humour n’est ni lourd, ni sexiste et vise tous les protagonistes sans distinction de genre. On sent l’affection de l’auteur pour ses personnages à travers les petits ridicules dont il les affuble, ce qui contribue à nous les rendre plus attachants et à nous intéresser à leur sort.

Je n’en dirai pas plus, le texte étant très court, je me contenterai de souligner à quel point j’ai passé un bon moment avec ce livre original, prenant et dépaysant. Une belle réussite, j’ai hâte de lire le tome suivant 🙂

Publicité
Cet article, publié dans Lecture, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Le Mystère du Tramway hanté

  1. Une novella qui a l’air plus que convaincante ! Et ça fait plaisir de voir de l’humour qui ne tombe pas dans les clichés visant certaines catégories…

    Aimé par 1 personne

  2. Ping : Fall Book TAG | Du côté de chez Cyan

  3. Ping : L’Abécédaire SFFF #2 | Du côté de chez Cyan

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.