Grimm Legacy tome 2: L’Expédition H.G. Wells

Grimm Legacy tome 2: L’Expédition H.G. Wells. De Polly Shulman. Editions France Loisirs. 374 pages. (2013)

Leo travaille sur un projet de science pour le lycée lorsque une version miniature de lui-même apparaît dans sa chambre, chevauchant une mystérieuse machine temporelle, avec une jolie fille comme passagère. Le jeune homme finit par découvrir l’existence du Dépôt d’Objets Empruntables de la ville de New York, où il va faire la connaissance de Jaya, la jolie fille avec qui voyageait son autre « moi ».

La 1e chose à savoir sur ce tome 2, c’est qu’il peut être lu indépendamment du 1er. Quelques allusions sont faites aux évènements de La Malédiction Grimm, dont certaines sont spoilantes concernant l’avenir des personnages du tome 1, mais l’intrigue de L’Expédition H.G. Wells n’est pas une suite. L’histoire de Leo se passe quelques années après celle d’Elisabeth, mais n’y est pas liée de quelque façon que ce soit. Donc si vous voulez commencer par le tome 2, vous pourrez suivre l’intrigue sans aucun problème.

Personnellement, j’ai préféré cette histoire à la précédente. Le côté jeunesse est toujours présent, mais les personnages sont plus intéressants (il faut dire qu’Elisabeth m’avait prodigieusement agacée) et les références SF m’ont beaucoup plu. Outre l’univers d’H.G. Wells, on croise beaucoup Jules Verne et il y a beaucoup d’allusions à d’autres classiques du genre.

L’histoire en elle-même est assez haletante une fois qu’elle décolle, même si, comme dans le 1er tome, la mise en place est un peu longue. Comme dans beaucoup de romans jeunesse, il y a aussi pas mal de grosses ficelles et/ou de facilités, ça passe plus ou moins bien selon les circonstances.

J’ai beaucoup aimé la description et l’utilisation des engins et accessoires empruntés au Dépôt (qui n’est pas sans rappeler la série Warehouse 13). L’excursion dans le passé est bien ficelée: c’est à la fois ludique et instructif.

Pour résumer, une lecture vraiment sympathique, mais qui pâtit un peu de son côté très jeunesse et des facilités qui en découlent. Le gros plus est d’ouvrir des perspectives de lecture plus ambitieuses pour les jeunes lecteurs.

Le tome 3 de la série est déjà dans ma PAL et je suis curieuse de le découvrir à son tour 🙂

Publié dans Lecture | Tagué , , , | Laisser un commentaire

Des BD en pagaille #31

Levius vol. 1. De Haruhisa Nakata. Editions Kana. 236 pages. (2014)

Dans un monde steampunk dévasté par la guerre, le jeune Levius est recueilli par sa grand-mère et son oncle. Doté d’un bras artificiel, le jeune garçon va devenir un champion de boxe mécanique, tandis que des évènements plus ou moins étranges se déroulent autour de lui.

Il est un peu compliqué de résumer cette histoire, à cause des nombreux allers-retours entre le passé et le « présent » et, je dois l’avouer, de la confusion que j’ai ressenti parfois au cours de ma lecture: je n’étais pas toujours bien sûre de comprendre de quoi il était exactement question…

Malgré mes incertitudes, j’ai plutôt apprécié Levius. Les personnages sont intéressants, même l’oncle un peu vulgaire, et l’univers dans lequel se déroule l’intrigue est assez fascinant, même s’il m’a semblé un peu succinct. Mon seul bémol concernant l’histoire, c’est que c’est parfois un peu trop contemplatif, alors que des explications n’auraient pas été superflues.

Pour ce qui est du dessin, il est assez plaisant, mais je regrette que certaines cases aient été carrément floues (je n’ai pas réussi à déterminer si c’était fait exprès ou si c’était l’édition à 1€ qui était en cause, affaire à suivre). D’autre part les 1es pages, en couleur, sont carrément sublimes, j’ai trouvé d’autant plus dommage que la suite soit en noir et blanc.

J’ai envie de connaître la suite de l’histoire, mais les points négatifs me font hésiter à acquérir le tome 2. Si je peux l’emprunter ou s’il existe une version totalement en couleur, je le lirai à coup sûr; dans le cas contraire, sauf très bonne affaire, je m’en tiendrai probablement là.

A noter que l’auteur a adopté le sens de lecture à l’occidentale (de gauche à droite) et pas le format traditionnel du manga, ce qui est un gros plus.

***

Monsieur Bascoulard. De Bernard Capo. Editions Bulleberry. 48 pages. (2013)

Alors qu’il séjourne à Bourges, le narrateur, journaliste et écrivain, découvre l’existence de l’artiste Bascoulard, quasi-inconnu en dehors de la région. Auteur de très nombreux dessins de la capitale berruyère, Bascoulard va se révéler peu à peu au travers des témoignages et des hauts-lieux de son art.

Etant originaire de la région de Bourges, Bascoulard ne m’était pas inconnu. Mes parents se souviennent l’avoir vu souvent passer avec son vieux tricycle lorsqu’ils étaient enfants et sont de fervents admirateurs de ses dessins, ils ne manquent jamais de raconter une anecdote à son sujet aux visiteurs qui découvrent son existence. C’est d’ailleurs mon père qui m’a offert cette BD, pour me permettre d’en apprendre plus sur cet artiste généralement méconnu (et sûrement aussi pour me l’emprunter, mais chut ^^).

Bref, tout ça pour dire que, contrairement au narrateur de cette histoire, Bascoulard et son art ne m’étaient pas totalement inconnus. J’ai néanmoins appris beaucoup grâce à cette BD que j’ai trouvé très intéressante. L’occasion d’en découvrir aussi un peu plus sur l’histoire récente de ma ville de naissance et l’évolution de son urbanisme.

Au lieu de mettre en scène Bascoulard du début à la fin, Bernard Capo suit les pas du narrateur à la découverte de l’artiste, dessine la ville et les témoins avec qui il discute, reproduit des oeuvres et ne propose que quelques planches consacrées exclusivement à Bascoulard. ça m’a un peu déstabilisée au début, mais ça rend la BD plus vivante et donne la sensation qu’on mène une enquête.

Le dessin, en noir et blanc, reste clair et plutôt réaliste. Ce n’est pas ce que je préfère en BD, mais ça correspond à ce qui est raconté et aux dessins de Bascoulard.

J’avoue que j’avais quelques réserves avant d’ouvrir cette BD: avoir entendu parler de Bascoulard toute ma vie ne me donnait pas envie de lire sur le sujet et je ne suis pas aussi sensible à son art que devrait apparemment l’être tout Berruyer qui se respecte ^^ Mais j’ai été agréablement surprise par ma lecture. J’ai trouvé le contenu intéressant et instructif et l’aspect enquête de la BD m’a plu.

Je ne recommande pas forcément par contre, sauf si vous avez envie de découvrir l’artiste et sa ville ou que vous êtes fan de Bernard Capo.

***

Ninjak tome 1: L’Armurerie. Scénario de Matt Kindt. Dessin de Matt Kindt, Clay Mann, Juan José Ryp et Butch Guice. Editions Valiant et Bliss Comics. 164 pages. (2016)

Colin King, agent surentraîné du MI-6, est envoyé par son superviseur pour infiltrer une mystérieuse organisation criminelle, l’Armurerie. En parallèle, nous découvrons son enfance et ses débuts d’agent secret.

Ce comics appartient à l’univers partagé Valiant, que j’avais découvert avec The Valiant et Bloodshot Reborn. Si Bloodshot avait un faux air de Wolverine, Ninjak n’est pas sans rappeler parfois un certain Batman. L’histoire – ou plutôt les histoires, devrais-je dire – n’est pas pour autant inintéressante ou trop proche de l’univers DC.

Si on en apprend beaucoup sur le passé de Colin et qu’on découvre peu à peu ses motivations, on en sait relativement peu sur sa personnalité et ses émotions une fois le comics refermé. En effet, notre héros est constamment concentré sur le rôle qu’il doit jouer et les actions qu’il doit mettre en oeuvre pour remplir sa mission, ne laissant que peu de place au lecteur pour ressentir un minimum d’empathie à son égard. Les autres personnages sont intéressants, pas spécialement fouillés à ce stade (mais ce n’est que le tome 1), à l’exception de Roku, le personnage féminin principal.

L’intrigue part assez rapidement vers le mystique et l’ésotérique, mais il y a beaucoup d’action et on n’a pas le temps de s’ennuyer. Cependant, l’alternance des 3 lignes temporelles donne une impression de confusion par moments, d’autant que s’y ajoutent des flash-back concernant d’autres personnages.

Le dessin quant à lui va du sympa au sublime. J’ai préféré le travail de Clay Mann à celui des autres dessinateurs, mais là, c’est affaire de goût personnel. Les arrières-plans sont parfois détaillés, parfois juste esquissés; ça fonctionne plus ou moins bien selon la situation. Les couleurs sont très belles et contribuent largement au plaisir de l’oeil. A la fin est proposée une galerie de couvertures et de planches, c’est un bonus sympa.

Dans l’ensemble, une lecture plutôt agréable, mais pas à la hauteur des attentes créées par les autres comics Valiant que j’avais lus précédemment. Je lirai la suite si j’en ai l’occasion, mais ce ne sera pas une priorité. Si vous avez lu le tome 2, peut-être saurez-vous me donner envie de m’y plonger? 😉

Publié dans Lecture | Tagué , , , , , | 17 commentaires

Test/Tag Vive les vacances!

tag-vacances

Les vacances sont finies, mais rien de tel qu’un bon bouquin pour se dépayser et avoir l’impression de voyager, n’est-ce pas? 🙂 Alors c’est le moment de profiter de ce tag trouvé sur le site de PKJ pour prolonger l’état d’esprit des vacances!

1) Citer un livre dont l’histoire se déroule loin de chez vous.

Mars, la ceinture d’astéroïdes, Jupiter et Vénus, je pense qu’on peut difficilement faire plus éloigné de chez moi ^^

2) Citer un livre où l’intrigue se passe dans un endroit où vous êtes déjà partis en vacances.

Il y a une éteeeeernité de ça, j’ai eu l’occasion de faire un séjour à New York qui m’a énormément marquée, tout comme ce livre très particulier.

3) Citer un livre que vous avez lu en vacances.

Je profite toujours des vacances pour lire des pavés 🙂 Je dois avouer que celui-là ne me laisse pas un grand souvenir…

4) Citer un livre où les personnages sont en vacances pendant tout le livre.

Vu le titre, je ne pouvais pas manquer de citer celui-ci ^^

5) Citer un livre dont la couverture évoque les vacances.

Et c’est bien à cause de la couverture que j’avais été tentée de lire ce livre! Malheureusement, au bout de moins de 100 pages je l’ai abandonné car je trouvais que l’intrigue n’avançait pas…

6) Citer un livre où les vacances des héros ne se déroulent pas comme prévues.

Ce n’est pas forcément un livre que je recommanderais, mais les vacances de l’héroïne ne se déroulent effectivement pas comme elle l’avait cru.

7) Citer un livre que vous aimeriez lire en vacances.

Parce que je ne peux pas citer TOUS les livres de ma PAL ^^

8) Citer un univers livresque où vous aimeriez partir en vacances.

Même si j’aime beaucoup les romans de Barbara Constantine, je dois avouer que je cite ce livre un peu par défaut… Parce que, soyons honnête, je risquerais de me faire trucider en moins de 5 minutes dans les univers de mes livres préférés ^^

9) Citer un livre dans lequel le héros prend l’avion ou le train.

10) Citer un livre avec un roadtrip.

Je ne sais pas si on peut réellement parler de road trip, mais les personnages de ce roman voyagent beaucoup. Et j’ai la flemme de chercher quel roman PKJ on essaie de me faire citer ^^

Voilà, c’est déjà fini! Ce tag est comme les vacances, il arrive trop vite à la fin!

Certains de ces livres ont fait l’objet d’un billet sur le blog; les autres ont une page LivrAddict: dans les 2 cas, clic clic sur les couvertures pour en savoir plus! 😉

Quels livres auriez-vous cités? Si vous avez fait ce tag, laissez-moi un lien, j’irai voir vos réponses 🙂

Publié dans Blabla | 2 commentaires

Le Monde du Fleuve

Le Fleuve de l’Eternité tome 1: Le Monde du Fleuve. De Philip Jose Farmer. Editions Le Livre de Poche. 284 pages. (1971)

Toute l’humanité a été ramenée à la vie, toutes époques et civilisations confondues, sur les rives d’un gigantesque fleuve. Qui est à l’origine de ce « miracle »? Pourquoi? Comment? C’est ce que va tenter de découvrir le célèbre explorateur Richard Burton, avec l’aide de quelques alliés.

J’avais lu ce livre il y a trèèèès longtemps, tout comme le tome suivant, mais je n’avais pas pu poursuivre ma lecture faute de trouver l’intégralité de la série à ma médiathèque. J’ai profité du challenge Objectif du mois, dont la consigne pour avril était « relire un livre », pour repartir du bon pied.

J’avais un souvenir relativement fidèle de l’intrigue générale et de quelques détails pratiques des conditions de vie des personnages, mais pas de certaines révélations qui sont fournies par l’auteur au cours du récit, ce qui fait que je n’ai pas trouvé l’histoire prévisible et n’ai pas eu trop de sensation de déjà-vu au cours de cette relecture.

Comme la première fois, j’ai trouvé l’intrigue passionnante et les idées très originales. Les personnages, sans être forcément super sympathiques ou attachants, sont suffisamment intéressants pour donner envie d’en savoir plus. On suit essentiellement le point de vue de Burton, mais d’autres protagonistes ont une place importante dans l’histoire.

Le style est agréable et fluide. Quand des thèmes historiques, sociologiques ou scientifiques sont abordés, ils le sont de manière simple et claire. Il y a beaucoup d’action et d’aventure. Outre Burton, on rencontre beaucoup de personnages historiques ou de « célébrités ». Je ne les ai probablement pas tous repérés, mais c’est un petit jeu sympa pour le lecteur de les chercher.

Le gros hic de ce livre, c’est l’extrême misogynie dans lequel il baigne constamment. Les femmes sont considérées comme des objets mis à la disposition des hommes, ce qui pourrait être justifié par l’histoire. Sauf que, lorsque l’auteur s’attache (généralement brièvement) à suivre l’une d’elle, ses réactions et son comportement sont  ceux qu’un gros macho arriéré s’imagine lui voir. On a droit à des scènes d’hystérie ou de disponibilité sexuelle quasi-instantanée. Ne parlons pas de les voir réfléchir, c’est réservé aux mecs, qui sont tous super-virils et n’ont jamais de difficultés à trouver des compagnes consentantes.

Le livre date de 1971 donc je ne suis pas non plus super surprise par cette misogynie exacerbée, mais ça m’a quand même considérablement énervée, d’autant que je ne me souvenais pas de cet aspect.

Ma lecture a tout de même été agréable malgré ce gros bémol; je suis curieuse de lire la suite et de découvrir le comment du pourquoi.

Si vous l’avez lu, votre avis m’intéresse 😉 Avez-vous été dérangé(e) par le côté misogyne ou avez-vous réussi à en faire abstraction pour vous plonger dans l’histoire?

Publié dans Lecture | Tagué , , | 8 commentaires

Les Lumières d’Assam

Les Lumières d’Assam. De Janet MacLeod Trotter. Editions France Loisirs. 544 pages. (2007)

Inde, 1904. La plantation de thé de la famille Belhaven est acculée à la faillite et, à la mort de leur père, Clarissa et Olivia doivent faire face à la réalité: le seul moyen de rester chez elles serait que l’aînée épouse le riche Wesley Robson, ce qu’elle refuse absolument. Les jeunes filles sont alors contraintes d’aller vivre chez le cousin de leur père en Angleterre et de démarrer une nouvelle vie.

Ce qui m’a attirée avant tout vers ce livre, c’est la perspective de me retrouver en Inde avec les personnages. Après avoir vu où allait se dérouler l’intrigue, je n’avais pas bien lu le résumé et je n’avais pas compris qu’en fait on allait surtout passer du temps en Angleterre. De ce point de vue, ma lecture a été une déception, car après quelques chapitres qui se déroulent effectivement en Inde, j’ai attendu qu’on y retourne tout du long…

Autre déception: dès les 1es pages, j’ai compris comment le livre allait se terminer, quels que soient les obstacles qui allaient se dresser sur la route des protagonistes. Et l’auteure, bien qu’elle ait pris d’innombrables détours et tenté de nous faire croire qu’on n’en arriverait pas là, n’a pas manqué de conclure exactement par ce que j’avais prévu. Le pire, c’est que la fin tombe comme un cheveu sur la soupe et m’a semblé particulièrement bâclée.

L’histoire nous est racontée essentiellement du point de vue de Clarissa, une héroïne courageuse et déterminée. Elle a des faiblesses et manque parfois de perspicacité, mais on ne peut qu’admirer sa volonté de prendre sa vie en main. Son problème essentiel vient de ce que l’auteure ne lui rend pas justice avec sa conclusion, qui la fait passer pour une idiote (à mon avis).

Il y a beaucoup d’autres personnages, malheureusement ils manquent de développement à mon goût. Même avec la petite soeur, geignarde, ingrate et égoïste, qui est presque omniprésente, on a l’impression de rester en surface. Ne parlons pas des love interest masculins, qui sont à peine esquissés, au point d’être presque transparents.

Et il faudra un jour qu’on m’explique comment des histoires de grand amour peuvent être crédibles avec si peu d’éléments: non seulement les personnages masculins sont quasi-absents de l’histoire, mais il suffit de se voir une fois pour être follement amoureux… ça pourrait être drôle, à force, si les auteures de « romans féminins » n’employaient pas toujours les mêmes artifices peu crédibles.

La plume est agréable et dans l’ensemble le livre est plutôt addictif. On est curieux de découvrir comment Clarissa va se sortir des multiples mésaventures qui lui tombent dessus au fil du récit. Et il y a une réflexion sur la condition des femmes qui est intéressante. Malgré tout, il y a énormément de longueurs, bien que l’auteure abuse un peu des ellipses temporelles, surtout en comparaison avec la rapidité de la fin. Tout ça pour ça! Non!

J’ai lu ce livre assez rapidement malgré ses défauts (c’est écrit gros, dans les éditions France Loisirs, ça aide ^^) et il n’est pas totalement exempt de qualités, je vous rassure. Enormément de points m’ont dérangée, mais j’aurais pu adhérer malgré tout, même à la romance (c’est dire!) si la romance en question et en particulier la conclusion de l’histoire n’avaient pas été amenées n’importe comment. Je n’y ai pas cru et j’ai trouvé que les personnages auraient mérité mieux que cette fin décevante.

Si vous l’avez lu, je serais curieuse de savoir si votre avis rejoint le mien ou si vous pensez que je suis passée à côté 😉

Publié dans Lecture | Tagué , , | 6 commentaires

Ce que j’ai envie de lire en mai

Mai est un mois qui s’annonce toujours bien grâce à ses jours fériés et le retour attendu du beau temps: l’occasion de se poser sur un banc dans un jardin pour lire ou de profiter des grasses matinées pour se coucher tard et finir son bouquin en cours 🙂 Et j’ai bien l’intention de profiter de toutes ces occasions de bouquiner!

Mes lectures en cours en ce début de mois:

la vie tout simplement - Jessica Alba

Ensuite il est prévu que j’attaque une LC avec les copines du forum Séries of Interest. Nous avions prévu de faire cette LC en avril, mais nous avons dû la repousser pour des raisons pratiques. Nous allons donc lire:

Si cette lecture vous intéresse et que vous souhaitez nous rejoindre, faites-moi signe 😉

Ensuite (ou en parallèle), je lirai:

Je vous avais déjà montré les 2 derniers dans des précédentes prévisions de lecture, mais par manque de temps, je ne les ai toujours pas lus. En plus, Les Rois maudits à la suite du Trône de Fer, c’est trop, il me fallait un break entre les 2 ^^ J’espère que cette fois-ci ce sera la bonne 🙂

Pour le challenge Objectif du , je dois lire un livre de mon genre préféré. Ce sera:

Pour finir, j’ai pioché dans ma Bookjar:

Honnêtement, je ne suis pas sûre de lire celui-là, j’ai peur que ça fasse beaucoup de SFFF à la suite. Je lirai plus probablement un Agatha Christie et, dans l’idéal, j’aimerais lire un des Dinosaures de ma PAL (les livres que j’ai depuis avant 2014 ^^), mais ça restera sans doute un voeu pieux, disons ce qui est 😆

Et vous, vous prévoyez de lire quoi, en mai? 🙂

Publié dans Blabla | Tagué , | 6 commentaires

Ce que j’ai lu en avril

Comment se fait-il que les mois défilent aussi vite?! Encore une fois, je n’ai pas vu le temps passer… Avril a été un mois chargé en sorties et moments en famille ou entre amis, ce qui fait que j’ai un peu moins lu que les mois précédents. Il faut dire aussi que j’ai ingurgité l’Intégrale 4 du Trône de Fer et que la lecture a été très dense, au point qu’en refermant le bouquin il m’a fallu quelques jours avant de réussir à me replonger réellement dans un autre roman!

En avril, j’ai lu ou fini de lire 7 livres:

+ 2 relectures:

Il n’y aura pas de billet pour Raison et Sentiments, j’ai la sensation d’avoir déjà trop parlé de ce livre et de ne plus avoir grand chose d’intéressant à dire dessus. Je vous le recommande néanmoins très chaudement, comme tous les autres titres de Jane Austen 🙂

*3 BD/comics:

En avril, j’ai également découvert une série:

Certains billets sont encore en cours de rédaction, mais pour les autres, il suffit de cliquer sur les couvertures pour y accéder 😉

Et vous, c’était comment, en avril? 🙂

Publié dans Blabla | Tagué | 6 commentaires

Le blog a 3 ans!

Déjà 3 ans! Je suis aussi surprise de constater que le blog est arrivé à cet anniversaire que je l’étais l’an dernier pour ses 2 ans, mais c’est avec autant de plaisir que je fais cette constatation 🙂

Le temps a passé très vite et j’aime toujours autant partager mes lectures ici. Je dois reconnaître que j’ai parfois des coups de mou s’agissant de rédiger certains billets et que j’ai tout bonnement oublié de vous parler de certains livres, oups! D’ailleurs depuis quelques temps, je ne poste plus le samedi comme je le faisais avant… Ce n’est pas que je n’ai plus rien à dire (tout le monde sait que je suis une grande pipelette ^^), c’est plutôt que je préfère fignoler davantage mes autres billets et que dernièrement ç’a été un peu compliqué de proposer des avis vraiment travaillés, pour cause de grosse fatigue et de capacité de concentration quasi-inexistante. Rien de grave, heureusement, mais l’IRL a ses exigences qu’on ne peut pas ignorer ^^

Bref, tout ça pour dire que j’espère continuer à jacasser par ici encore longtemps et que je vous remercie de me lire, de commenter et de partager vos lectures avec moi. Grâce à vous, j’ai découvert plein de super bouquins (ma PAL ne vous dit pas merci!) et j’espère que nous avons encore de nombreux moment de papotages devant nous 🙂

Publié dans Blabla | Tagué | 16 commentaires

La moisson du week-end

Un week-end prolongé où il y a une foire aux livres, une brocante, un passage en bibliothèque ET une virée shopping entre filles, ça se termine forcément avec une grosse moisson de bouquins à ajouter à ma PAL 🙂 Je vous montre tout ça un peu dans le désordre, parce que ce week-end a été un peu échevelé et que je n’ai aucune idée de ce qu’on a fait en 1er ^^

De la foire aux livres d’un village voisin, j’ai rapporté 12 livres:

Pile de gauche de bas en haut: Dans l’Abîme du Temps de H. P. Lovecraft; Les Chants de Maldoror de Lautréamont; Le Corsaire Rouge de James Fenimore Cooper, Nouvelles musicales d’E.T.A. Hoffmann, Histoires extraordinaires d’Edgar Allan Poe; La Débâcle d’Emile Zola.

Pile de droite de bas en haut: Le Noël d’Hercule Poirot et Mon petit Doigt m’a dit d’Agatha Christie; A l’Ouest rien de nouveau d’Erich Maria Remarque; Mr Brown d’Agatha Christie; Le Chat qui lisait à l’envers de Lilian Jackson Braun; L’Enchanteur de René Barjavel.

De la brocante, j’ai rapporté 3 livres, mais ils sont pour Grande Belette (j’ai oublié de faire une photo avant qu’elle les prenne), je vous montre quand même les couvertures:

Nous avons fait un petit tour dans un magasin-à-tout-à-bas-prix et j’y ai trouvé (à 3€90 au lieu de 25, inutile de dire que je n’ai pas hésité une seconde!):

Un petit tour à la FNAC m’a permis de découvrir que c’était le moment des prix découverte chez Milady (et toujours ce foutu logo qui défigure la couverture, pfffff!):

Pour finir, j’ai récupéré à la bibliothèque une BD que j’avais réservée:

Je suis ravie de toutes ces trouvailles, à 3 exceptions près, tous ces livres étaient dans ma WL et c’est avec plaisir que j’ai rayé ces titres dans ma liste 🙂 Le hic, maintenant, c’est qu’il faut que je leur trouve une place dans mes étagères qui débordent déjà ^^

Si vous avez lu l’un de ces titres, dites-moi ce que vous en avez pensé, ça me donnera envie de les lire rapidement pour qu’on compare nos avis 😉

Et vous, qu’avez-vous acheté? Vous avez passé un bon week-end? 😉

Publié dans Blabla | Tagué , , | 14 commentaires

Le Crime de l’Orient-Express

Le Crime de l’Orient-Express. D’Agatha Christie. Editions Le Livre de Poche. 255 pages. (1933)

Alors qu’Hercule Poirot voyage dans le légendaire Orient-Express, un passager est assassiné. Le train étant immobilisé à cause des intempéries, le directeur, qui voyageait à bord, demande à notre détective de découvrir l’identité du meurtrier qui se cache parmi les voyageurs.

J’avais déjà lu ce livre à l’adolescence et il m’avait énormément marquée. J’avais donc un souvenir très précis de la conclusion, mais j’avais malgré tout très envie de le relire, pour voir si, en connaissant la chute, je parvenais à découvrir les indices menant à la résolution du mystère. Et la réponse est: non! Si je n’avais pas su comment ça allait se terminer, jamais je n’aurais pu trouver la réponse! Il faut croire que je n’aurais pas fait une bonne détective ^^

Ce que j’aime chez Agatha Christie, c’est son don pour toujours mettre en scène les choses à peu près de la même façon en donnant l’impression que c’est totalement inédit. Ici encore, nous sommes dans un huis-clos où une brochette de personnages sont tous les suspects d’un meurtre, dans le cadre d’un secret de famille qui va se révéler au fil des pages.

Après le meurtre en avion (La Mort dans les Nuages), le meurtre en bateau (La Mort sur le Nil) et un autre meurtre en train (Le Train bleu), c’est encore un moyen de transport qui tient lieu de scène pour les protagonistes et de décor pour l’intrigue, et pourtant les circonstances et les mobiles sont toujours différents. Pas de déjà-vu, ni d’effet répétitif, donc, on a toujours l’impression de l’inédit, même après avoir lu une grande partie des livres d’Agatha Christie.

Le seul reproche que je pourrais faire à ce livre, c’est que sa fin m’a semblé un peu rapide, mais ç’a été une excellente lecture, même en connaissant à l’avance le fin mot de l’histoire 🙂

Publié dans Lecture | Tagué , | 9 commentaires