Dans les Jardins du Malabar

Les Jardins du Malabar - Anita Nair

Dans les Jardins du Malabar. D’Anita Nair. Editions Albin Michel. 438 pages.

Résumé de l’éditeur:

1659. Le Zamorin, tout puissant souverain de Malabar, au sud ouest de l’Inde sur la côte de Kerala, donne une grande fête connue sous le nom de Mamangam. Venu assister aux célébrations, Idris, marchand itinérant somalien, est fasciné par cette démonstration de puissance et de richesses. Etranger dans ces contrées, il engendre lui-même avec son œil d’or, tout autant d’émerveillement et d’incrédulité. Par un étrange coup du sort, Idris fait alors la connaissance de Kandavar, son fils né d’une mystérieuse nuit d’amour dans cette même contrée neuf ans plus tôt. Mais l’enfant n’a qu’une idée en tête : devenir un guerrier Chaver dont la destinée, fixée par la tradition ancestrale, est d’assassiner le Zamorin. Pour le sauver d’une mort certaine, Idris l’emmène avec lui dans un voyage qui les conduira à Ceylan, Toothukudi, jusqu’aux mines de diamants du royaume de Golconde. Ce long périple sera-t-il l’occasion pour Idris d’amasser une immense fortune ? Sera-t-il capable de renoncer à une passion naissante pour s’en retourner dans la province de son fils, vers un futur incertain ?

J’ai reçu ce livre grâce à une Masse Critique Balelio et aux éditions Albin Michel, merci à eux pour cette découverte 🙂

masse_critique babelio logo Albin Michel

Nous rencontrons donc ici Idris, originaire d’Afrique, mais grand voyageur, qui se retrouve en Inde et y tombe sous le charme d’une jeune femme avec qui il conçoit un enfant, Kandavar. Le jeune garçon s’est mis en tête de tuer un potentat local et, pour le protéger de ses pulsions guerrières, Idris l’entraîne en quête d’aventures dans un long périple à travers le pays.

Le début m’a semblé assez confus sur le fond et sur la forme. De plus, la multiplication des termes liés à l’islam et des mots indiens n’a pas aidé à m’immerger rapidement dans le récit. Ensuite je me suis rendu compte qu’il y avait un lexique à la fin, ce qui a facilité ma compréhension, mais des notes en bas de pages auraient été peut-être plus pratiques: quand on interrompt sa lecture régulièrement pour chercher la signification d’un mot, la lecture manque de fluidité et devient vite fastidieuse.

D’autre part, si j’ai beaucoup apprécié ma découverte de l’Inde du 17e siècle, de son histoire, de ses coutumes, de ses paysages, tout l’intérêt du roman, pour moi, a résidé dans cette découverte. J’avoue que les personnages et l’intrigue m’ont nettement moins intéressée que le contexte et l’environnement dans lequel ils évoluent. Idris, Kandavar, Kuttimalu, Tilottamma et les compagnons de voyage du père et du fils, les gens qu’ils rencontrent au fil de leurs pérégrinations ne sont pas inintéressants, mais je ne me suis pas attachée à eux et j’avoue que leur sort m’est resté indifférent tout au long de ma lecture.

J’ai beaucoup apprécié le style, en revanche, même si la traduction a le défaut de laisser de côté trop de termes inconnus du lecteur français lambda. L’effet exotique est là, mais ça devient rapidement pénible de ne pas comprendre de quoi on nous parle sans se référer au lexique.

Je ressors donc de ma lecture assez mitigée. Heureusement, l’aspect historique/découverte de l’Inde est bien mené, toujours intéressant, ce qui m’a permis de maintenir mon intérêt jusqu’à la fin. Malgré tout, j’ai trouvé le temps plutôt long et je crois que j’oublierai assez rapidement ce que j’ai lu.

Si vous avez lu Les Jardins du Malabar, n’hésitez pas à venir partager votre avis dans les commentaires 😉 Si vous ne l’avez pas lu, est-ce qu’il vous tente?

Publicités
Cet article, publié dans Lecture, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Dans les Jardins du Malabar

  1. J’avais adoré le livre Compartiments pour dames, de la même auteur ^^. J’avais quand même eu un peu la même impression que toi sur l’immersion, mais c’est quelque chose que j’aime bien ressentir au cours de mes lectures, mais pas non plus de manière trop importante haha.
    Je pense que je vais acheter ce livre, mais pas pour moi, plutôt pour ma mère. Elle est en plein dans des lectures sur l’Inde, roman, documentaires, etc. Merci pour cette découverte 🙂 !

    • ducotedechezcyan dit :

      Je pense que Compartiment pour Dames m’intéressera sans doute plus par son sujet 😉
      Bonnes lectures à ta maman 😉

  2. Cristy Sevla dit :

    Dommage que ta lecture soit mitigé, mais ce roman à l’air intéressant pour bien des aspect 🙂

    • ducotedechezcyan dit :

      Je ne regrette pas d’avoir découvert ce livre même s’il ne m’a pas plu autant que j’espérais. C’était quand même très intéressant pour l’aspect historique et le contexte 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s