Lectures d’Halloween: le livre que j’ai lu

Il y a quelques jours de ça, je vous présentais le livre que vous m’aviez choisi pour Halloween. Je l’ai fini hier, pile poil pour pouvoir vous en parler aujourd’hui 🙂

Dans l’Abîme du Temps. De H.P. Lovecraft. Editions Denoël. 251 pages.

Ce livre se compose de 4 nouvelles:

Dans l’Abîme du Temps. 85 pages (1935)

Nathaniel Peaslee, professeur d’économie à l’université de Miskatonic, est victime d’un malaise duquel il se réveille amnésique. Sa nouvelle personnalité et son comportement étrange effraient son entourage, au point que seul un de ses fils le supporte encore.

La Maison de la Sorcière. 37 pages (1932)

Walter Gilman, un brillant étudiant, s’installe dans la maison d’une sorcière du 17e siècle, persuadé qu’il va découvrir des liens entre les mathématiques et les sciences occultes et faire ainsi progresser ses recherches. Aussitôt il commence à faire des rêves étranges.

L’Appel de Cthulhu. 33 pages. (1926)

A la mort de son oncle, un professeur d’anthropologie trouve parmi ses effets personnels des documents retraçant de mystérieux évènements ayant eu lieu à travers le monde à la même période. Il va mener l’enquête et découvrir les traces d’un culte ancien effrayant.

Les Montagnes hallucinées. 82 pages. (1931)

Une ambitieuse expédition scientifique a été menée en Antarctique plusieurs années plus tôt et, afin d’empêcher d’autres savants de suivre ses traces, un des survivants entreprend de raconter l’horreur que ses collègues et lui-même ont vécue au cours de cette exploration.

Trois de ces nouvelles reposent sur un thème assez similaire: des créatures très anciennes font peser leur présence sur notre monde, incitant des scientifiques à mettre en garde leurs contemporains. On a affaire à des entités gigantesques et très puissantes, que les narrateurs successifs ont eu l’occasion de découvrir par accident et qui menacent l’existence humaine, d’une façon ou d’une autre. Le message est plus ou moins le même dans ces 3 histoires: il ne faut surtout pas réveiller ces créatures!

La Maison de la Sorcière sort du lot. L’entité démoniaque qui hante le héros est une sorcière et pas une créature monstrueuse issue du fond des âges. Autre différence avec les autres textes: ici l’histoire est racontée en narrateur objectif et pas en « je », ne s’appuie pas sur des témoignages ou récits-dans-le-récit. Personnellement, c’est l’histoire que j’ai préférée et qui me semble le plus correspondre à « l’esprit » d’Halloween. Pour moi, c’est également la plus effrayante du recueil.

Les 2 nouvelles les plus courtes sont aussi les plus digestes, les 2 autres m’ont paru très longues. L’auteur décrit énormément de choses dans le détail, au point que c’est parfois très fastidieux. Dans Les Montagnes hallucinées, c’est au point que certaines choses manquent de crédibilité: en observant des fresques, le narrateur est capable de déduire toute l’histoire d’un peuple, l’organisation de sa société et son évolution. S’il y avait passé des années, encore, mais là quelques heures lui suffisent! Des 4 histoires, c’est celle que j’ai le moins aimée, même si j’ai trouvé que le thème de l’expédition scientifique en milieu hostile était intéressant.

Ce que j’ai le plus apprécié dans ces nouvelles, c’est la thématique du rêve/cauchemar et la façon dont cela influe sur la réalité, que je trouve assez fascinante et très bien exploitée par Lovecraft. J’avoue que les histoires de monstres antiques m’ont assez peu passionnée, par contre.

Dans l’ensemble, j’ai trouvé ce recueil intéressant, mais les 2 nouvelles les plus longues étaient trop descriptives pour mon goût. J’ai parfois eu du mal à avancer, en particulier avec la dernière nouvelle. Il faut dire aussi que je commençais à trouver que c’était un peu répétitif, parce que, sur les 4 histoires, 3 m’ont semblé très similaires sur le fond, voire sur la forme.

Un regret, aussi: que cette édition ne propose pas les nouvelles dans l’ordre chronologique d’écriture, ce qui aurait pu permettre de voir l’évolution entre elles.

En bref, une lecture en demi-teinte. Je me souviendrai surtout de l’ambiance générale et de l’histoire de la sorcière. Si vous avez l’occasion de lire celle-ci pour Halloween, n’hésitez pas 😉

Cet article, publié dans Lecture, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Lectures d’Halloween: le livre que j’ai lu

  1. Ping : Ce que j’ai lu en octobre | Du côté de chez Cyan

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.