Frieda

Frieda. La véritable Histoire de Lady Chatterley. D’Annabel Abbs. Editions Hervé Chopin. 464 pages. 2020.

Résumé de l’éditeur: Le destin d’une femme exceptionnelle. Une histoire d’amour qui est devenue synonyme de libération sexuelle.

En 1912, une jeune baronne allemande vivant à Nottingham commet l’irréparable : elle quitte son confortable foyer et ses trois adorables enfants pour vivre son amour. La décision de Frieda von Richthofen va donner naissance à l’un des plus grands scandales de son temps. Et sa relation avec D.H. Lawrence inspirera le très sulfureux roman L’Amant de lady Chatterley.

Inspiré d’une histoire vraie, Frieda raconte le destin d’une muse. Il explore les sentiments et les émotions complexes qui traversent une femme qui se bat pour être à la fois libre et mère. Qu’est-ce qui peut pousser une femme à quitter ses enfants ? Quel amour peut être plus fort que celui d’une mère ? Des questions qui résonnent encore aujourd’hui.

J’ai reçu ce livre grâce aux éditions HC et à leur attachée de presse, que je remercie pour cette lecture 🙂 Si vous êtes intéressé-e-s par cette lecture, ce titre sort aujourd’hui en librairie 😉

Il s’agit de  la biographie romancée de la femme qui a inspirée D.H. Lawrence pour L’Amant de Lady Chatterley (et beaucoup d’autres de ses livres). Le mot-clé ici, c’est « romancée » (pas dans le sens « romance », dans le sens « roman »). ça rend la lecture beaucoup plus digeste que la plupart des biographies, parce que l’autrice ne s’attarde pas sur les périodes où il ne se passait pas grand chose dans la vie des personnages, par ex. Et il y a évidemment beaucoup de dialogues.

Pour moi le point négatif, c’est que l’autrice dit avoir pris pas mal de libertés avec la réalité pour que son roman soit plus intéressant. Mais elle ne laisse pas ses lecteurs faire des suppositions et explique pourquoi elle l’a fait et quels sont les évènements qu’elle a modifiés dans la postface. On trouve également une description des personnes citées dans le livre et quelques repères chronologiques en fin d’ouvrage.

L’histoire est racontée du point de vue de plusieurs personnages, même si on suit essentiellement Frieda, ce qui permet non seulement de savoir ce qui se passe à différents endroits en même temps, mais aussi et surtout de comprendre les sentiments d’autres protagonistes en plus de ceux de l’héroïne.

Les chapitres sont courts, le style est agréable et fluide, les pages se tournent facilement. On est assez rapidement immergé-e-s dans l’histoire et il est facile, en tant que femme du 21e siècle, de ressentir de l’empathie envers Frieda, opprimée par la société de son époque, même si on ne comprend pas toujours certains de ses choix.

Il m’a manqué quelques repères temporels pour être totalement satisfaite de ma lecture: l’autrice prend soin de préciser la date au début de chaque partie et on a quelques références faites aux vêtements portés par les personnages. Mais en dehors de ça, on reste dans le flou pour ce qui est du contexte politique, social ou artistique, par exemple. J’en aurais voulu un peu plus sur cet aspect.

Une bonne lecture, qui dessine un portrait de femme très intéressant et touchant.

PS: il n’est pas nécessaire d’avoir lu D.H. Lawrence pour apprécier ou comprendre Frieda.

Cet article, publié dans Lecture, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Frieda

  1. Ping : Ce que j’ai lu en mai | Du côté de chez Cyan

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.