L’Aiguille Creuse et autres Histoires

Les Aventures extraordinaires d’Arsène Lupin tome 2: L’Aiguille Creuse et autres Histoires. De Maurice Leblanc. Editions Jean-Claude Gawsewitch. 368 pages. 1911-20.

Ce recueil regroupe des nouvelles, un roman et une pièce de théâtre, sous le format dans lequel ils avaient été publiés à l’origine dans la revue Je sais tout, y compris les illustrations et le bulletin de concours qui était joint à la première partie de L’Aiguille Creuse. Il est précédé d’une lettre imaginaire que Maurice Leblanc aurait écrite à sa petite-fille et d’une présentation rédigée par l’Association des Amis d’Arsène Lupin.

Ce recueil contient les histoires suivantes:

  • Le Piège infernal (nouvelle)
  • L’Echarpe de Soie rouge (nouvelle)
  • La Mort qui rôde (nouvelle)
  • Le Mariage d’Arsène Lupin (nouvelle)
  • Le Fétu de Paille (nouvelle)
  • Edith au Cou de Cygne (nouvelle)
  • L’Aiguille Creuse (roman)
  • Le Retour d’Arsène Lupin (pièce de théâtre écrite en collaboration avec Francis de Croisset)

Attention: si vous comptez lire les récits plus anciens, sachez que certains sont spoilés dans ceux-ci.

Mon avis sur le tome 1: Les Aventures extraordinaires d’Arsène Lupin. Vingt Histoires originales.

Les nouvelles sont assez courtes (sauf Le Mariage d’Arsène Lupin, qui est en deux parties), mais bien ficelées et assez amusantes, à l’exception d’une (celle citée ci-dessus) qui a un aspect plus sérieux et sentimental sur la fin. Elles sont plaisantes à lire, distrayantes, tout en faisant un peu travailler les neurones du lecteur qui cherche à comprendre le fin mot de l’histoire.

L’Aiguille Creuse s’ouvre sur une effraction incompréhensible, car rien n’a été volé, et sur la recherche d’un des intrus qui a été blessé. On y rencontre des personnages-cultes, comme l’inspecteur Ganimard ou Herlock Sholmès, des énigmes, des lieux mystérieux, une jolie femme (évidemment) et autres procédés habituels de la série. Ici Arsène Lupin affronte un lycéen avec qui il partage certains traits de personnalité et qui est bien décidé à le battre sur son propre terrain. C’est un vrai récit d’aventure, où l’Histoire de France est mise en valeur au même titre que les technologies nouvelles qui se diffusent à l’époque.

J’avais déjà lu ce roman dans sa version remaniée pour une publication en volume unique, mais j’avoue que ça fait trop longtemps pour que je sois capable de voir s’il y a réellement des différences entre les deux. Même si je me souvenais de l’intrigue dans ses grandes lignes (et en particulier la fin m’avait beaucoup marquée), j’avais totalement oublié certains éléments et je me suis laissée surprendre à l’occasion. C’était une très agréable relecture, bourrée d’humour et avec pas mal d’action.

Le dernier texte du recueil est une pièce de théâtre dont j’ignorais l’existence. Il s’agit en fait du prologue d’une pièce plus longue qui a été finalement réécrite en l’excluant de la version définitive. La mise en place m’a semblé exagérément longue, mais dans l’ensemble c’est assez amusant et on apprend des détails sur une partie de la vie de Lupin qui m’étaient inconnus. Mon seul reproche est finalement qu’elle aurait dû être placée ailleurs dans le recueil, du fait qu’on apprend la mort d’un des personnages rencontrés ici dans un des récits précédents. Comme je n’ai pas lu les aventures d’Arsène Lupin dans l’ordre, j’étais déjà au courant et ça ne m’a donc pas gênée, mais si vous êtes sensibles à ce genre de spoiler, soyez prévenu-e-s.

La plume de Maurice Leblanc est très vivante et très fluide, le livre se dévore assez rapidement et facilement. Il y a beaucoup d’humour et d’ironie et Arsène Lupin est un tel cabotin que c’est toujours très amusant à lire. La seule chose qui m’ennuie, c’est que les personnages féminins ne sont pas très intéressants en général. La date d’écriture y est pour beaucoup évidemment, c’est la raison pour laquelle j’arrive à en faire abstraction en général.

Très bonne lecture, très distrayante.

Cet article, publié dans Lecture, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour L’Aiguille Creuse et autres Histoires

  1. Madame_Love dit :

    Je ne pensais pas que ça pouvait être aussi distrayant. J’ai toujours l’idée que vieux = barbant.

    Aimé par 1 personne

  2. Ping : Lupin, dans l’ombre d’Arsène – Direct-Actu.fr

  3. Ping : Oups…? | Du côté de chez Cyan

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.