Ils ne me laisseront pas un souvenir impérissable #24

Récits tirés du Théâtre grec. De Georges Chandon. Editions Fernand Nathan, collection Contes et légendes. 256 pages. 1952.

Sous ce titre sont rassemblés des résumés des pièces d’Eschyle, Euripide, Sophocle et Aristophane, réécrites pour un lecteur contemporain ayant déjà quelques notions de mythologie grecque.

D’après la préface, le livre est destiné à la jeunesse. C’est le premier problème selon moi: je veux bien croire que les collégiens de 1952 avaient un meilleur niveau de français que ceux de 2022, mais le nombre de mots et expressions qui m’ont parus hors de portée d’un adolescent lambda était très important. D’autre part, l’auteur a choisi des pièces traitant de sujets qui semblent inappropriés pour un jeune public: meurtres, infanticide, inceste, sacrifices humains, adultères, suicide et j’en passe…

J’avais déjà lu la plupart des tragédies dont il est question ici et je connais les légendes dont elles sont tirées, donc pas de surprises pour moi, si ce n’est de constater que la réécriture ne les rend pas plus compréhensibles (du coup, quel intérêt?). Je ne connaissais pas les comédies d’Aristophane présentées, par contre, mais là encore, j’ai trouvé le propos confus, voire incompréhensible.

Pour finir, certaines des divinités sont citées ici sous leur nom romain et pas sous leur nom grec, ce que j’ai trouvé idiot puisque le but était censé être de faire découvrir la mythologie grecque.

Bref, un gros fail. Dommage, parce que le projet était intéressant: les pièces du théâtre antique sont souvent absconses pour nous, c’est une occasion manquée de les rendre réellement accessibles.

***

Une Enquête de Loveday et Ryder tome 2: Un Pique-Nique presque parfait. De Faith Martin. Editions Harper Collins poche. 280 pages. 2018.

Un étudiant est retrouvé mort au cours d’un pique-nique organisé par ses condisciples. Loveday et Ryder vont de nouveau s’associer pour mener l’enquête.

Ce second tome est dans la lignée du premier et a recours aux mêmes ficelles: un duo improbable, mais efficace, une hiérarchie peu coopérative, un milieu de privilégiés mis en parallèle à un contexte ouvrier, du sexisme, etc, etc.

Je n’ai rien à reprocher à ce roman, à part qu’il ressemble trop au premier tome, sur tous les points. Ce n’est pas déplaisant à lire, les personnages sont plutôt sympathiques et l’enquête est globalement bien ficelée, même si certaines choses sont là encore tirées par les cheveux.

Une lecture distrayante sur le moment, mais absolument pas marquante. Je lirai probablement la suite, mais c’est uniquement parce que je lis cette série avec ma maman.

***

Pivoine. De Pearl Buck. Editions G.P. 382 pages. 1948.

Pivoine est une jeune esclave vivant dans une famille juive de la Chine d’avant Mao.

J’avais déjà lu ce livre à l’adolescence, mais j’avoue que je n’en avais que très peu de souvenirs. Le relire aujourd’hui n’était pas forcément une bonne idée, parce que je ne peux pas dire que je l’ai beaucoup apprécié…

Un amour impossible, une jeune fille qui se sacrifie pour l’homme aimé, déjà on est loin du genre d’histoire qui m’intéresse, surtout quand c’est aussi gentillet. Mais on est cerné-e par la bigoterie, voire le fanatisme religieux, de certains des protagonistes et ça, pour moi c’est rédhibitoire si ce n’est pas dénoncé clairement. D’autre part, il y a beaucoup de mélodrame et l’accent mis sur la comparaison entre les Chinois tolérants et les Occidentaux intolérants et condescendants manquait clairement de subtilité. Pour finir, certaines ficelles utilisées par l’autrice pour faire avancer son récit sont particulièrement simplistes.

Une grosse déception, j’ai trouvé le temps très long et je n’ai apprécié aucun personnage. Si vous avez envie de lire Pearl Buck, je ne vous recommande pas ce roman. Mais s’il vous intéresse, je vous conseille cette édition: le texte est très aéré et il est assez joliment illustré.

Cet article, publié dans Lecture, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Ils ne me laisseront pas un souvenir impérissable #24

  1. Allys dit :

    Je me souviens que j’avais lu du Pearl Buck quand j’étais jeune. Je ne me souviens absolument pas de quel livre il s’agit, mais il me reste juste une impression de tristesse associée à cette autrice…

    Aimé par 1 personne

    • ducotedechezcyan dit :

      Les sujets qu’elle aborde ne sont pas très gais, en général, alors ça ne m’étonne pas ^^
      J’ai lu beaucoup de ses livres, je me rends compte avec le temps que finalement certains sont assez datés ou trop complaisants. Quelques-uns valent quand même la peine d’être (re)lus, mais peut-être pas tous…

      Aimé par 1 personne

  2. J’avais bien aimé le premier tome de Une Enquête de Loveday et Ryder, mais je n’ai finalement jamais ressenti le besoin de continuer la série. Et ton avis me conforte dans l’idée que ce n’est pas forcément très grave, la suite n’étant pas exceptionnelle…

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.