La Tiare de Nefertiti

penelope-green,-tome-4---la-tiare-de-nefertiti-338797-250-400

La Tiare de Nefertiti de Béatrice Bottet est le 4e tome (et le dernier?) des aventures de Penelope Green et nous emmène en Egypte sur un site archéologique.

L’archéologue Martha Morley sollicite la présence de Penelope sur son champ de fouilles afin de rendre compte d’une fantastique découverte. Notre jeune journaliste et son fidèle Cyprien sont prêts à se lancer dans une nouvelle aventure, mais Thorne, le nouveau rédacteur en chef du Early Morning News, est un misogyne de la pire espèce et leur met des bâtons dans les roues. Nos héros finissent par partir malgré tout. Ils devront affronter la chaleur accablante du désert et des voleurs d’antiquités.

Ce 4e tome est dans la lignée des précédents: à la fois roman d’aventure et tour d’horizon de la condition des femmes au début du 20e siècle. Comme les précédents titres, ce roman prend son temps avant de décoller, ce qui rend la lecture de la 1e moitié un peu laborieuse. Je croyais ne jamais entrer dans le vif du sujet!

Outre le schéma habituel mis en place par l’auteure, on se retrouve avec un mystère supplémentaire sur lequel enquêter: celui des véritables origines de Cyprien. Nous découvrons avec ce tome que notre marin est amnésique, a tout oublié de sa petite enfance et ignore qui sont ses parents et d’où il vient. Cette intrigue secondaire manque trop de profondeur pour vraiment nous maintenir en haleine. J’aurais trouvé plus judicieux de parler de cette histoire dès le 1er tome, là on dirait que Béatrice Bottet s’est rendu compte que son personnage manquait un peu de consistance et a voulu lui donner un passé mystérieux pour le rendre plus intéressant. De plus, la résolution de cette intrigue tient en quelques lignes. D’ailleurs, dans l’ensemble tous les personnages secondaires restent un peu trop à l’état d’esquisse, certains étant un peu trop clichés.

L’enquête de ce tome-ci est moins haletante que celles des précédents tomes et, si les personnages sont toujours aussi sympathiques, je trouve que l’essoufflement de la série commence à se faire de plus en plus sentir. Le contexte historique et social est de moins en moins exploité au profit de la romance et de rebondissements qui manquent un peu trop d’enjeux pour véritablement nous causer de l’inquiétude au sujet des personnages.

Ma médiathèque n’a pas d’autre tomes et je n’ai pas trouvé d’infos sur une suite, donc je suppose que je suis arrivée à la fin de cette série. D’un côté c’est dommage car la conclusion ouvre des perspectives intéressantes, mais comme je me suis lassée au fil des tomes, je suis satisfaite de m’en tenir là.

Je vous conseille cette série si vous êtes intéressés par la condition des femmes et l’histoire du début du 20e siècle.

Publicités
Cet article, publié dans Lecture, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s