Le Train de 16h50

couv10784694

Le Train de 16h50 d’Agatha Christie est une enquête de Miss Marple se déroulant dans les années 50.

Une amie de Miss Marple voyage en train. En regardant par la fenêtre, elle est témoin d’un meurtre qui a lieu dans un autre train qui vient de doubler le sien. Mais personne ne veut la croire, car aucun corps n’a été retrouvé. Miss Marple, qui commence à être très âgée, fait appel à une jeune gouvernante nommée Lucy pour l’aider à prouver qu’un meurtre a bien eu lieu.

Une énième enquête racontée par Agatha Christie avec ses trucs habituels. L’originalité réside dans le fait que le crime n’est pas avéré dès le départ et que Miss Marple et Lucy doivent d’abord trouver un cadavre.

L’intrigue n’est pas sans rappeler celle de Fenêtre sur Cour, le film d’Alfred Hitchcock: un personnage a assisté à un meurtre, mais ne peut le prouver. Sauf que là, à la place de James Stewart, on a une vieille écossaise près de ses sous.

L’enquête ne m’a pas vraiment emballée, j’ai trouvé qu’il était trop facile de deviner qui était le meurtrier. De plus la description des potentiels suspects est un peu trop succincte, ce qui fait que je me fichais un peu de qui avait fait le coup, finalement. Même mon intérêt pour la victime est retombé, du fait que son identité n’amenait pas grand chose de palpitant.

Ce que j’ai le plus apprécié dans ce livre, ce sont les noms à coucher dehors que l’auteur prend plaisir à nous faire savourer du début à la fin: Elspeth Gillycuddy remporte la palme, mais on peut aussi s’amuser à prononcer ceux des autres personnages. La famille Crackenthorpe m’a fait penser à une célèbre marque de petits pains suédois ^^ Quant à Lucy Eyelesbarrow, je me suis laissé dire qu’on pouvait l’apprécier dans d’autres histoires d’Agatha Christie.

Pour conclure, une lecture sympathique pour les fans de l’auteur, mais qui ne fait pas partie de ses meilleures: peu d’action, coupable prévisible, personnages peu attachants. Et une tripotée de remarques misogynes qui m’ont horripilée sous la plume d’une femme.

Publicités
Cet article, publié dans Lecture, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Le Train de 16h50

  1. LaLibrosphere dit :

    Etant une fan inconditionnelle de l’auteur, je ne suis pas très objective et je pense que j’apprécierai ce livre. Mais je note tes arguments, je verrai si je suis confrontée aux mêmes problèmes dans ma lecture 🙂

    Bonne continuation !

    • ducotedechezcyan dit :

      J’aime aussi beaucoup cette auteure, mais je trouve qu’elle a été plus inspirée avec d’autres histoires.
      Si tu lis celle-là, je serais curieuse de connaître ton avis 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s